Typique du Japon – Professions et vocation

En parcourant la préfecture de Shizuoka, nous rencontrons régulièrement des personnes qui ont consacré toute leur vie à leur métier. Jusqu’à un âge avancé, ils s’investissent et transmettent leurs compétences. Le credo occidental d’un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, ou encore la crise de la quarantaine, décrite depuis bien plus longtemps, pour laquelle les gens se tournent vers de tout nouveaux concepts de vie, ne semble pas prévu ni même envisageable. Peter Rosei écrit dans ses notes de voyage :“Dans la ville japonaise, il y a souvent encore des magasins ou des entreprises artisanales qui existent dans une sorte d’autosuffisance médiévale”. Cette frugalité et ce contentement, nous les ressentons nous aussi en rencontrant des personnes très différentes et leurs métiers.

Une vie pour l’artisanat

Buchweizennudel Produktion. Mit gespreizten Fingern fährt Sumiko Sano durch die dünnen Soba Nudeln. Sie sollen auf keinen Fall kleben / © Foto: Georg Berg
Sumiko Sano passe ses doigts écartés à travers les fines nouilles soba. Elles ne doivent en aucun cas coller / © Photo : Georg Berg

Sumiko Sano a 85 ans, elle est très aimable, courbée par l’âge et très ferme dans ses instructions pour la préparation des nouilles soba, les nouilles de sarrasin japonaises. Cela fait 28 ans qu’elle tient le petit restaurant du village de Yuno, au pied du Mont Fuji. Chez elle, les nouilles soba sont même cuites dans l’eau de la montagne sacrée. Sumiko Sano a repris la gestion du restaurant d’une dame alors très âgée elle aussi. Actuellement, elle est assistée par deux femmes d’une vingtaine d’années plus jeunes et prêtes à reprendre le titre et la tâche dans un avenir proche. Il en va ainsi depuis des générations. Plus précisément depuis 19 générations – et depuis 400 ans, on cultive le sarrasin dans la famille de Sumiko Sano.

Namagiri – La bataille n’est jamais terminée

Mit weit über 80 Jahren ist Herr Serizawa noch im Einsatz. Hier beim Zerlegen von Fisch. Namagiri heisst dieser Arbeitsschritt, bei dem die kleine Thunfischart Bonito geteilt und die Innereien entfernt werden / © Foto: Georg Berg
A bien plus de 80 ans, Monsieur Serizawa est toujours en activité. Ici, il découpe du poisson. Namagiri est le nom de cette étape de travail, au cours de laquelle le petit thon bonite est divisé et les entrailles retirées / © Photo : Georg Berg

Ce lundi, le processus de transformation du poisson en flocon recommence. Cela fait cinq générations et 138 ans que cela se passe ainsi. La manufacture de Yasuhisa Serizawa se trouve discrètement dans un virage sur la route qui descend vers Tago Bay, à l’ouest de la péninsule d’Izu. C’est le début d’un processus très divisé, où chacun connaît sa place et sa tâche. Tout commence avec du sang, de l’eau et du feu. Il y a de la vapeur, de l’eau qui clapote des tuyaux. Le plan de travail est constamment nettoyé par un flot d’eau fraîche. Il n’y a jamais de temps mort. Chacun des quelque 15 collaborateurs sait ce qu’il a à faire.

Erinnerungen eines arbeitsreichen Lebens. Serizawa Senior zeigt Reporterin Angela Berg Fotos seiner aktiven Zeit als Chef des Familienbetriebs / © Foto: Georg Berg
Souvenirs d’une vie bien remplie. Serizawa Senior montre à la journaliste Angela Berg des photos de son époque active à la tête de l’entreprise familiale / © Photo : Georg Berg

Dans cette horlogerie de la précision dans le traitement d’environ deux tonnes de thon, le père de Yasuhisa se fait remarquer. Depuis plus de 60 ans, il produit des katsuobushi, connus chez nous sous le nom de flocons de bonite. Il a dirigé cette entreprise pendant plusieurs décennies. Aujourd’hui, à un âge avancé, il continue tout simplement. Serizawa Senior sait lui aussi ce qu’il doit faire. Mais il ne peut plus suivre le rythme. Il se déplace comme au ralenti, mais avec une assurance de somnambule. Sans regarder, il enjambe chaque tuyau d’arrosage. Il s’agenouille pour allumer le feu pour le premier fumage ou coupe le poisson en deux. Plus tard, il me montre des photos de sa période active. Il s’agit de photos de manifestations au cours desquelles il est récompensé pour le honkarebushi de qualité supérieure de sa manufacture. Mais parmi elles, il y a aussi une photo prise dans un parc d’attractions qui semble particulièrement importante pour lui. Peut-être sa seule sortie d’agrément ?

Bonsaï – dans le jardin des mondes apprivoisés

Bonsai-Meister und Garten-Inhaber Toshio Ohsugi im Porträt mit einem 500 Jahre alten Pflegefall. Der Baum wurde den Aufzeichnungen nach um 1920 aus den Bergen von einem Felsen genommen. Seine Wurzeln hatten einen Spalt in den Fels getrieben / © Foto: Georg Berg
Le maître du bonsaï et propriétaire du jardin Toshio Ohsugi en portrait avec un arbre de soins vieux de 500 ans. Selon les archives, l’arbre a été prélevé sur un rocher dans les montagnes vers 1920. Ses racines avaient creusé une fente dans la roche / © Photo : Georg Berg

Les maîtres bonsaïs suivent une formation de cinq ans. En remerciement des compétences acquises, ils continuent ensuite à travailler pendant un an pour leur formateur. En tant que propriétaire du jardin Gashouen dans la ville d’Izu, Shizuoka, Toshio Ohsugi possède de nombreux bonsaïs de sa propre création. Mais une grande partie des plantes ont été confiées à l’entretien par leurs propriétaires. Il ne s’exprime que vaguement sur la valeur des arbres. Beaucoup sont plus chers qu’une Mercedes Benz. Souvent, les bonsaïs sont ramenés à la maison par leurs propriétaires pour des festivités. Les propriétaires de plusieurs bonsaïs changent les plantes de temps en temps, faute de place dans leurs propres murs.

Der Bonsai hat schon viele Gärtnergenerationen erlebt / © Foto: Georg Berg
Le bonsaï a déjà connu de nombreuses générations de jardiniers/ © Photo : Georg Berg

Donner un visage au bonsaï

Chaque bonsaï a un visage. Le côté de parade a l’attention particulière du maître bonsaï. Le visage d’un bonsaï s’incline légèrement vers l’avant, vers l’observateur. La taille prudente des arbres avec de minuscules sécateurs, la taille des racines ou le rempotage sont les tâches d’un maître bonsaï. Pendant les mois d’été, les arbres doivent être arrosés deux fois par jour. L’évaluation comme la vente et même la location de bonsaïs font partie des services de Toshio Ohsugi. Mais ce qui rend son métier si particulier pour lui, c’est la connaissance des générations de maîtres bonsaï qui l’ont précédé et qui avaient déjà le même arbre nain ancestral sous leur garde. Il porte une si grande responsabilité, dit Toshio, qui le rend humble et reconnaissant.

Der Schriftsteller Peter Rosei schreibt in seinen Reisenotizen, „Die Japaner haben unübersehbar einen Hang zu übersichtlich eingerichteten, ja gezähmten Welten.“ Im Alkoven eines traditionellen Hauses wird mit viel Bedacht nur eine Vase, eine Blume oder ein Bonsai präsentiert / © Foto: Georg Berg
L’écrivain Peter Rosei écrit dans ses notes de voyage que “les Japonais ont indéniablement un penchant pour les mondes clairement aménagés, voire apprivoisés”. Dans l’alcôve d’une maison traditionnelle, on ne présente avec beaucoup de soin qu’un vase, une fleur ou un bonsaï / © Photo : Georg Berg

MERCI à Izu – De quelqu’un qui est parti pour devenir boulanger

Daiichi Sugiyama porte une veste de boulanger avec des rayures noires, rouges et dorées. Des pains foncés contenant du seigle et des mélanges de graines s’empilent sur l’étalage, et sa maison est un hommage évident aux colombages allemands. Comment cela a-t-il pu arriver ? Il nous répond avec bonne humeur et utilise avec virtuosité un traducteur linguistique mobile.

Daiichi Sugiyama trägt eine Bäckerjacke mit schwarz-rot-goldenen Streifen und benutzt virtuos einen mobilen Sprachübersetzer / © Foto: Georg Berg
Daiichi Sugiyama porte une veste de boulanger avec des rayures noires, rouges et or et utilise avec virtuosité un traducteur linguistique mobile / © Photo : Georg Berg

Les Japonais sont très soucieux des détails

Sugiyama raconte qu’il a fait son apprentissage de boulanger à Kiel. Depuis, il travaille aussi avec de la farine complète et cuit des pains aux céréales. Il a fait venir ses machines d’Allemagne. Les variétés de farine qu’il a fabriquées pour le Japon portent des noms comme Wilhelm et Hanse – et la boulangerie s’appelle même DANKE. Un mot allemand que tous les Japonais comprennent. D’ailleurs, l’arigato japonais est également le mot que tout étranger apprend immédiatement. Car les Japonais remercient si souvent qu’on l’intériorise immédiatement en le répétant sans cesse. Les sortes de pains forts sont très appréciées. Toutefois, ils sont plutôt servis en accompagnement du dîner. Dans le petit-déjeuner japonais composé de soupe miso, de légumes marinés au vinaigre et de poisson, le pain n’est pas prévu.

Manifestierte Erinnerung. Die Fachwerkhäuser in Rothenburg ob der Tauber haben Daiichi Sugiyama so beeindruckt, dass er sein Wohnhaus samt Bäckerei und Ladenlokal nach dem mittelalterlichen Vorbild aus Deutschland nachbauen ließ / © Foto: Georg Berg
Un souvenir manifeste. Les maisons à colombages de Rothenburg ob der Tauber ont tellement impressionné Daiichi Sugiyama qu’il a fait reconstruire sa maison, avec sa boulangerie et son magasin, sur le modèle médiéval allemand / © Photo : Georg Berg

Cliquez ici pour lire le reportage détaillé sur les soba, le saké et le satoyama.

Lire le reportage détaillé sur la fabrication traditionnelle du katsuobushi.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/typisch-japan-berufe-und-berufung