Hôtel Tresanton en Cornouailles

Dans les années 1940, un homme d’affaires a construit l’hôtel Tresanton comme clubhouse pour lui et ses amis navigateurs à St Mawes. Peu de temps après, le club de voile est devenu un hôtel très populaire dans les années 1950. En 1997, Olga Polizzi a racheté Tresanton. La célèbre designer d’intérieur et directrice du design du groupe Rocco Forte Hotel, qu’elle a créé avec son frère Rocco Forte, dit de Tresanton que cela a été la meilleure décision de toute sa vie professionnelle d’acheter son propre hôtel. Ici, elle peut se réaliser avec son style personnel. Et cela se voit, car comme dans son deuxième hôtel, Endsleigh dans le Devon, toutes les pièces sont aménagées de manière très individuelle et dégagent un charme particulier. Beaucoup d’art sur les murs, des antiquités et des objets trouvés en rapport avec la mer. Des tissus et des coussins aux couleurs harmonieuses. Un merveilleux mélange qui semble tout à fait harmonieux. Tresanton est un hôtel imbriqué, construit sur plusieurs niveaux et bâtiments dans la pente. Ici un angle, là une pièce. De nombreuses terrasses et possibilités de s’attarder. Un salon confortable avec une grande cheminée, une terrasse ensoleillée avec des meubles de salon, un magnifique restaurant avec des sols en mosaïque et une vue sur la mer. Toutes les chambres ont une vue sur la baie de St. Mawes. Certaines disposent même d’une terrasse privée.

Wiederkehrendes Muster: Die Mosaikfliesen im Eingangsbereich von Tresanton finden sich auch im Licht durchfluteten Restaurant wieder / © Foto: Georg Berg
Motif récurrent : les carreaux de mosaïque de l’entrée de Tresanton se retrouvent dans le restaurant inondé de lumière / © Photo : Georg Berg

Tresanton est adapté aux enfants, avec une maison de jeux pour eux. Les suites familiales ont des chambres à coucher pour enfants en forme de cabines. Mais on a également pensé aux propriétaires de chiens. Il n’y a certes pas de possibilité de passer la nuit dans la maison pour les quadrupèdes, mais il est possible de se restaurer ensemble au Dogs-Bar, situé directement à l’entrée inférieure, à hauteur de la route côtière.

Wenn Hund-Frauchen/Herrchen unzertrennlich sind, dann ist die Dogs-Bar der richtige Ort. Hier wird auf Wunsch auch das Essen aus dem Restaurant serviert / © Foto: Georg Berg
Si le maître et la maîtresse du chien sont inséparables, le Dogs-Bar est l’endroit idéal. On y sert aussi, sur demande, les repas du restaurant / © Photo : Georg Berg

Olga Polizzi affirme que Tresanton est en constante évolution. Cela tient aussi à sa passion pour le design d’intérieur. Elle transforme sans cesse les chambres et les met en scène avec de nouvelles trouvailles faites sur les marchés d’antiquités. L’année 2017 est actuellement placée sous le signe de la nouvelle terrasse.

Luftaufnahme von Tresanton mit den in den Hang gebauten Gebäuden und dem neuen Beach Club im Bau / © Foto: Georg Berg
Vue aérienne de Tresanton avec les bâtiments construits dans la pente et le nouveau Beach Club en construction / © Photo : Georg Berg

Il sera le premier et le seul hôtel de la région à ouvrir une terrasse sur la plage à l’été 2017. En dessous de l’hôtel, et en contrebas de l’étroite route côtière qui traverse St Mawes, le Beach Club invitera alors à la détente sur trois niveaux.

Pittoreske Ausblicke bieten sich aus vielen Fenstern des Hotel Tresanton. Hier ein Blick Richtung Ortszentrum von St. Mawes / © Foto: Georg Berg
De nombreuses fenêtres de l’hôtel Tresanton offrent des vues pittoresques. Ici, une vue en direction du centre de St. Mawes / © Photo : Georg Berg

Sur la côte de Cornouailles, on peut faire de fantastiques promenades. Dans le village de St Mawes, on trouve de jolis restaurants et des boutiques. Du petit port part un ferry qui transporte les passagers toutes les demi-heures vers St Anthony à Roseland. Le vieux phare est le symbole et le nom de Tresanton.

Der gegenüber des Hotels Tresanton gelegene Leuchtturm St. Anthony mit der Fähre von St. Mawes erreichbar / © Foto: Georg Berg
Le phare de St. Anthony, situé en face de l’hôtel Tresanton, est accessible par le ferry depuis St. Mawes / © Photo : Georg Berg

En quittant l’hôtel Tresanton sur la droite et en remontant la route, une belle promenade commence le long de la côte. En passant par le château de St Mawes, construit par Henri VIII en 1542, il faut compter deux bonnes heures pour l’aller-retour. En fonction de la durée du séjour à destination, bien sûr. Car une surprise vous y attend.

Die Burg von St. Mawes, gebaut von Heinrich VIII als Bollwerk gegen die Kreuzritter des Papstes / © Foto: Georg Berg
Le château de St Mawes, construit par Henri VIII comme rempart contre les croisés du pape / © Photo : Georg Berg

Un cimetière sous les palmiers

Au bout de la promenade côtière, un cimetière t’attend. Pas une destination attrayante ? Oh si, car on a du mal à en croire ses yeux lorsqu’on s’est faufilé au-delà des petits docks du port et qu’on s’approche, par un sentier battu, d’un cimetière comme on peut difficilement en imaginer un plus beau. L’église de St Just date du 14e siècle, se trouve directement sur une baie et est entourée de tombes très anciennes, de palmiers, de magnolias et de camélias. Quel endroit pour un mariage !

Flechtenbewachsene Gräber in der Abendsonne. Der kleine Friedhof von St. Just / © Foto: Georg Berg
Des tombes couvertes de lichen au soleil couchant. Le petit cimetière de St Just / © Photo : Georg Berg

Le chef Paul Wadham – un entretien de cuisine

Outre un petit-déjeuner fulminant pour les clients de l’hôtel, l’établissement propose également une carte pour le déjeuner et affiche souvent complet pour le dîner du soir. Paul Wadham et son équipe ont donc beaucoup à faire et nous nous retrouvons pour une discussion en cuisine.

Es gibt viel zu dirigieren, daher unterhalten wir uns am besten in der Küche von Tresanton / © Foto: Georg Berg
Il y a beaucoup à diriger, c’est pourquoi nous discutons le mieux dans la cuisine de Tresanton / © Photo : Georg Berg

Paul Wadham est chef de cuisine à Tresanton depuis 2001. Originaire de l’île de Wight, il s’est installé avec sa famille dans un village voisin de St Mawes après quelques années d’errance. Paul commence sa formation à Londres en 1986. Lui, le fils d’un boulanger, dit avoir aimé le métier de cuisinier dès le début. Il travaille ensuite à Genève dans une brigade de cuisine d’inspiration française. Avant de rentrer en Angleterre, il découvre encore la cuisine italienne. En fait, Paul dit qu’il continue d’apprendre en allant simplement manger à l’extérieur.

Paul Wadham bei den Vorbereitungen für den Mittagstisch / © Foto: Georg Berg
Paul Wadham en train de préparer le repas de midi / © Photo : Georg Berg

La propriétaire de l’hôtel, Olga Polizzi, lui laisse carte blanche et une grande liberté d’organisation, ce que Paul Wadham apprécie beaucoup. La préférence de sa patronne pour les plats frais préparés “à la minute”, il l’applique ensuite parfaitement à chaque plat de notre menu.

Paul legt Wert auf die Zusammenarbeit mit lokalen Anbietern. Das gilt für Gemüse ebenso wie für Fleisch, Fisch und Meerestiere / © Foto: Georg Berg
Paul attache une grande importance à la collaboration avec des fournisseurs locaux. Cela vaut aussi bien pour les légumes que pour la viande, le poisson et les fruits de mer / © Photo : Georg Berg

Ce n’est pas si simple !

La nourriture de Tresanton nous a été annoncée comme étant d’une fraîcheur étonnante, simple et sans fioritures. Mais les plats de Paul Wadham ne sont pas simples. Ils sont très attrayants.

La première entrée est déjà un exemple du credo de la cuisine. Légère et fraîche, la burratta au jambon de Parme et à la radicchio. La sommelière Priscilla a choisi un Lustau Dry Olorosso, Don Nuno. Un sherry complète parfaitement le plat.

Les entrées : légères et parfaitement équilibrées

Parmaschinken mit Burratta und Radicchio / © Foto: Georg Berg
Jambon de Parme avec burratta et radicchio / © Photo : Georg Berg

La deuxième entrée est également une salutation printanière bien équilibrée. Des betteraves rouges avec de la rhubarbe, du pecorino et de la chicorée. La belle composition sert tous les goûts et le rosé de Serafini & Vidotto de Venise soutient le plat avec sa fraîcheur.

Ein Frühlingsgruß: Rote Bete mit Rhabarber, Pecorino und Chicoree / © Foto: Georg Berg
Un salut printanier : betterave rouge avec rhubarbe, pecorino et chicorée / © Photo : Georg Berg
Kabeljau-Krokette mit Sauce Vierge / © Foto: Georg Berg
Croquette de cabillaud à la sauce vierge / © photo : Georg Berg

Les plats principaux : de la terre et de l’eau

Filet vom Longhorn-Rind mit Spargel, Jerusalem Artischocke und Nußbutter / © Foto: Georg Berg
Filet de bœuf longhorn avec asperges, artichaut de Jérusalem et beurre de noix / © photo : Georg Berg
Meeresfrüchtesalat mit Hummer, Barsch und Seeteufel / © Foto: Georg Berg
Salade de fruits de mer avec du homard, du bar et de la lotte / © photo : Georg Berg

Les desserts : une harmonie parfaite entre la conclusion sucrée et l’accompagnement du vin

Schokoladentorte mit Erdnussbutter-Eiscreme / © Foto: Georg Berg
Tarte au chocolat avec crème glacée au beurre de cacahuètes / © photo : Georg Berg
Vanille-Panacotta mit Grappa, Erdbeeren und Baiser. Die Panacotta hat ein sehr intensives Vanille-Aroma. Orangenzesten sorgen für eine leichte und angenehme Bitternote und im Knusperchips sorgt Mohn für den richtigen Crunch / © Foto: Georg Berg
Panacotta à la vanille avec de la grappa, des fraises et de la meringue. La panacotta a un arôme de vanille très intense. Les zestes d’orange apportent une légère et agréable note d’amertume et dans les chips croustillantes, le pavot apporte le bon croquant / © Photo : Georg Berg

Réveil à l’hôtel Tresanton

Les mouettes crient, le soleil brille et on entend le vent qui fait battre les drapeaux en rythme contre le mât. Il est temps de se lever. Le petit déjeuner attend dans le restaurant désormais baigné de lumière. Sur demande, le journal du jour est déjà accroché à la porte de la chambre.

DF_9720-tresanton-hotel-times.jpgBonnes
nouvelles ? On ne le sait pas encore – mais sur demande, elles sont affichées le matin sur la porte de la chambre.

Prenez le petit déjeuner comme un empereur !

C’est tout à fait possible à Tresanton. Le buffet du petit-déjeuner mise lui aussi sur la fraîcheur. Des jus de fruits frais et des fruits pressés. Des granolas faits maison par le chef Paul Wadham, des variations de noix et de bons yaourts sont la base d’un début de journée parfait. Le client peut encore commander des plats chauds de la cuisine à partir de la carte du petit-déjeuner.

Auch beim Frühstück wird die FRISCHE großgeschrieben! Perfekter Start in den Tag am Meer / © Foto: Georg Berg
Même au petit-déjeuner, le FRAIS est une priorité ! Un début de journée parfait au bord de la mer / © Photo : Georg Berg
Protein-Booster am Morgen: Avocado mit pochiertem Ei auf Sauerteigbrot / © Foto: Georg Berg
Booster de protéines le matin : Avocat et œuf poché sur pain au levain / © Photo : Georg Berg

“It’s a man’s world” – James Brown et les huîtres sauvages

Austernfischer James Brown ist ein echter Typ / © Foto: Georg Berg
L’ostréiculteur James Brown est un vrai mec / © Photo : Georg Berg

Il n’y a plus beaucoup d’hommes sur la côte de Cornouailles qui veulent faire ce dur métier. James Brown – c’est son vrai nom – est ostréiculteur. Récolter les huîtres sauvages indigènes dans leur environnement naturel selon les anciennes méthodes de pêche, voilà son travail. La zone de pêche de James Brown s’étend sur les rives abruptes et escarpées de l’estuaire du Fals. C’est ici que l’eau de marée salée de l’Atlantique rencontre l’eau douce riche en minéraux du Fals. C’est elle qui confère aux huîtres leur goût sucré et légèrement métallique.

La concurrence ne dort pas

Le chef Paul Wadham nous a cité James comme l’exemple parfait de son principe de fraîcheur et de proximité. Nous voulons savoir d’où proviennent exactement les huîtres sauvages que Tresanton propose à sa carte pendant la saison des huîtres et nous rencontrons James près de son voilier vieux de 120 ans. “Ada” vient de terminer la saison. La pêche des huîtres sauvages est strictement réglementée par la loi et la période de pêche s’étend d’octobre à fin mars. Les huîtres sauvages sont une spécialité. Les ostréiculteurs comme James Brown tentent de protéger l’espèce indigène. Mais le danger vient d’un envahisseur du Pacifique. La grande huître du Pacifique est une huître de ferme, élevée en cage. Mais au fil des années, plusieurs d’entre elles ont réussi à s’échapper en pleine mer. Par conséquent, elles se répandent également dans les eaux où vivent les huîtres indigènes. Comme elles sont plus grandes et poussent plus vite, les huîtres du Pacifique remplacent de plus en plus les “cornish wild oysters”.

Diesem Segelboot sieht man nicht sofort an, dass es zum Austernfischen verwendet wird / © Foto: Georg Berg
On ne voit pas tout de suite sur ce voilier qu’il est utilisé pour la pêche aux huîtres / © Photo : Georg Berg

Le travail à bord nécessite beaucoup de force musculaire. Comme il y a 500 ans, seuls les bateaux à rames ou à voile sont utilisés dans les eaux protégées. Les huîtres sauvages poussent sur des pierres, sur d’autres crustacés et sur leurs propres congénères. C’est ce qui rend la récolte si difficile. James travaille avec un panier de capture spécial qui est tiré sur le fond marin et un couteau de plongée. Au début, les huîtres sont microscopiques. Beaucoup sont mangées par les escargots. Elles ne sont récoltées qu’à partir du grade 1, c’est-à-dire des huîtres de 60 à 80 grammes. Les huîtres de grade 2 pèsent jusqu’à 100 g et celles de grade 3 plus de 100 g.

Dieser Fangkorb wird hinter dem Segelboot hergezogen und löst die Austern von ihrem Untergrund / © Foto: Georg Berg
Cette cage de capture est tirée derrière le voilier et détache les huîtres de leur support / © Photo : Georg Berg

Pour atteindre 100 g, une huître sauvage doit être âgée de 4 à 5 ans. James vérifie chaque huître avec un anneau. Si l’huître passe encore à travers la mesure, elle est trop petite et est remise à l’eau.

Austern, die durch den Ring passen, sind zu klein und dürfen zurück ins Meer / © Foto: Georg Berg
Les huîtres qui passent à travers l’anneau sont trop petites et peuvent être remises à la mer / © Foto : Georg Berg

La pêche est rincée pendant deux jours dans un réservoir d’eau salée de 600 litres. Ce n’est qu’ensuite que les huîtres sont mises en vente. James les livre lui-même dans la cuisine de Tresanton.

Malheureusement, les dernières huîtres sauvages ont été consommées plusieurs jours avant notre arrivée, car la pêche aux huîtres est suspendue d’avril à octobre. Nous avons donc dû nous rabattre sur l’huître allongée du Pacifique, qui est toujours disponible. James Brown a lui aussi besoin d’une alternative jusqu’à la reprise de la saison avec le grand festival des huîtres de Falmouth en octobre. Pendant les mois d’été, il emmène des touristes en mer. C’est certes moins fatigant physiquement, mais cela peut aussi être épuisant pour les nerfs, dit James avec un clin d’œil.

Après la visite de l’hôtel Tresanton d’Olga Polizzi, nous poursuivons notre voyage en direction de la Bretagne et, après un séjour à l’hôtel Endsleigh, nous nous rendons à Plymouth, au port de ferry de Brittany Ferries.

Cliquez ici pour lire le reportage sur l’hôtel EndsleighCliquez ici pour
lire le reportage sur la liaison par ferry avec Brittany Ferries
.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Les frais de demi-pension n’ont pas été facturés par l’hôtel.

Food Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/tresanton-cornwall