Des chevaux de bât à travers le Caucase

De par sa situation entre l’Europe et l’Asie, la Géorgie a connu de nombreux changements au cours de son histoire, que nous souhaitons retracer lors d’une randonnée le long de la frontière avec la Fédération de Russie. Le point de départ de notre trekking de 8 jours se situe à 190 kilomètres de Tbilissiinternational s’est1imposé le terme géorgien de Tbiisi (traduit par « source chaude ») pour désigner la capitale géorgienne, la capitale de la Géorgie. Le trajet nécessite déjà un véhicule tout-terrain, car il faut passer par le col d’Abano, une route qui a été montrée dans un documentaire de la BBC.2Vidéo de présentation : Nerve-Shredding Moutain Pass a été désignée comme la route la plus dangereuse du monde. Sur le bord de la route, des bulldozers sont stationnés à intervalles rapprochés et doivent régulièrement dégager le chemin de terre des éboulis.

Der Abano-Pass in der Bergregion Tuschetien ist der höchste befahrbare Pass Georgiens. Die Schotterstraße nach Omalo, zählt zu den gefährlichsten Routen der Welt / © Foto: Georg Berg
Le col d’Abano, dans la région montagneuse de Touchétie, est le plus haut col carrossable de Géorgie. La route en gravier vers Omalo, compte parmi les routes les plus dangereuses du monde / © Photo : Georg Berg

Notre voyage nous conduit à travers la plus ancienne région viticole de la Géorgie.3Le vin néolithique précoce de Géorgie dans le Caucase du Sud du monde. Dans les jardins du monastère d’Alawerdi poussent plus d’une centaine de cépages différents, originaires de Géorgie. Nous y apprenons déjà une réalisation importante pour le groupe ethnique des Touches, dont le territoire d’origine sur les hauts plateaux de Touchétie est coupé du monde extérieur pendant des mois en hiver. Au 16e siècle, le chef de l’armée victorieuse qui a défendu cette province de Géorgie contre les Perses a pu adresser un souhait au roi. Il demanda une parcelle de terre sur laquelle il n’y avait presque pas de neige en hiver. Le roi Levan lui promit cette terre qu’il pourrait traverser à cheval sans s’arrêter depuis le monastère d’Alawerdi. Depuis, les Touches ont trouvé un nouveau foyer dans la fertile vallée d’Alwani.

Der Dom im orthodoxen Alawerdi-Kloster ist die drittgrößte Kirche Georgiens.  / © Foto: Georg Berg
La cathédrale du monastère orthodoxe d’Alawerdi est la troisième plus grande église de Géorgie / © Photo : Georg Berg

Après huit heures de route, nous arrivons à Omalo, à 1.880 mètres d’altitude. Ce petit village est le centre administratif de la Touchétie. Avant les étapes de randonnée à venir avec hébergement sous tente, nous logeons encore une fois dans un hôtel simple. Lors d’un arrêt intermédiaire, nous avons encore acheté en route à Telavi, la capitale de la province géorgienne de Kakhétie, des denrées alimentaires pour le ravitaillement de nos dix étapes de randonnée.

In Telawi, der Hauptstadt der georgischen Provinz Kachetien, decken wir uns auf einem Bauernmarkt mit frischen Lebensmitteln ein / © Foto: Georg Berg
A Telavi, la capitale de la province géorgienne de Kakhétie, nous nous approvisionnons en produits frais sur un marché paysan / © Photo : Georg Berg

Nous avons laissé la chaleur de Tbilissi derrière nous dans les montagnes, mais dans toute l’ancienne république soviétique de Géorgie, les effets de la guerre d’agression russe contre l’Ukraine sont évidents. J’engage la conversation avec Anna et Vitali, qui veulent également partir en randonnée le lendemain. Le couple russe vit en Géorgie depuis près de deux ans. Avec un regard sentimental vers l’Est, ils se demandent quand les conditions politiques leur permettront de retourner dans leur pays.

Hinter dem Hotel Tusheti bei Omalo blickt ein Paar auf die Bergkette, hinter der sich ihre russische Heimat befindet / © Foto: Georg Berg
Derrière l’hôtel Tusheti près d’Omalo, un couple contemple la chaîne de montagnes derrière laquelle se trouve leur patrie russe / © Photo : Georg Berg

On ne peut pas faire plus outdoor

Notre randonnée commence dans l’un des derniers villages de Tusheti habités toute l’année. Ce n’est que pendant les trois mois d’été, de juillet à septembre, que les Tchouktches semi-nomades vivent ici. Le reste du temps, les familles vivent dans la vallée d’Alvani, située plus bas, qui leur a été offerte au 16e siècle par le roi Theimuraz de Kakhétie en remerciement de leur soutien dans la lutte contre les envahisseurs perses.

Omalo ist das tuschetische Verwaltungszentrum. Oberhalb der Ortschaft die restaurierten Ruinen des Wehrdorfes Keselo / © Foto: Georg Berg
Omalo est le centre administratif touchétien. Au-dessus de la localité, les ruines restaurées du village fortifié de Keselo / © Photo : Georg Berg


Avec un bagage léger, nous profitons de la nature et nous nous doutons que la route qui s’ouvre devant nous a été le théâtre d’affrontements hostiles pendant des siècles. Près de 120 kilomètres nous attendent, au cours desquels nous devrons franchir plus de 5.000 mètres de dénivelé. Nous évoluons sur le versant sud de la crête montagneuse qui sépare la Géorgie de la Tchétchénie, souvent à quelques centaines de mètres seulement de la frontière.

Im tuschetischen Bergdorf Tsokalta ist im Winter nur ein Haus bewohnt / © Foto: Georg Berg
Dans le village de montagne de Tsokalta en Tchétchénie, seule une maison est habitée en hiver / © Photo : Georg Berg
Hinter dem tuschetischen Wehrdorf Dartlo erkennt man wenige Kilometer vor der tchetschenischen Grenze die Burg Kvavlo / © Foto: Georg Berg
Derrière le village fortifié de Dartlo en Tchétchénie, on aperçoit le château de Kvavlo à quelques kilomètres de la frontière tchétchène / © photo : Georg Berg

Expériences frontalières

La frontière avec la Tchétchénie passe par des crêtes abruptes et n’est pas plus sécurisée du côté géorgien jusqu’à aujourd’hui. Pour emprunter le couloir particulièrement proche de la frontière, toutes les personnes ont besoin d’une lettre d’autorisation délivrée aux postes de la police des frontières et contrôlée en cours de route. Les touristes doivent avoir leur passeport sur eux.

Das georgische Grenzgebiet entlang der Grenze nach Tschetschenien darf man nur mit einem Erlaubnisschreiben betreten, das man an den Kontrollpunkten erhält / © Foto: Georg Berg
La zone frontalière géorgienne le long de la frontière avec la Tchétchénie ne peut être pénétrée qu’avec une lettre d’autorisation obtenue aux postes de contrôle / © Photo : Georg Berg

De tout temps, les frontières entre la Touchétie, la Tchétchénie et le Daghestan ont été un défi. Les Touchéens étaient surtout menacés par le vol d’êtres humains. Impossible de ne pas remarquer la rangée d’anciennes tours de défense qui se trouvent à portée de vue les unes des autres et qui étaient autrefois occupées en permanence. Ainsi, la nouvelle d’une attaque ennemie pouvait être rapidement transmise et les colonies isolées pouvaient au moins être défendues ensemble. En guise de dissuasion, les ennemis vaincus étaient enterrés dans des tombes bien visibles le long de la frontière. Comme les Tuskhs croyaient à la réincarnation, on coupait encore par précaution les bras droits des ennemis tués, qui ornaient comme trophées de nombreux murs de maisons touchées.

Wehrtürme wie hier am Nakaicho Pass markieren seit alters her die nördliche Grenze Georgiens / © Foto: Georg Berg
Les tours de défense, comme ici au col de Nakaicho, marquent depuis toujours la frontière nord de la Géorgie / © Photo : Georg Berg

La culture des Touches est marquée par des traditions préchrétiennes.

Dans cette région reculée de Géorgie, l’ethnie des Touches est encore ancrée dans une croyance dans laquelle, outre les rituels chrétiens, les représentations païennes jouent un rôle important. Ainsi, la plupart des Tushen sont fermement convaincus que tous les produits issus de porcs portent malheur dans les montagnes. Même un auto-stoppeur avec des chaussures en cuir ou un salami dans son sac à dos peut provoquer un accident de voiture. Dans les plaines géorgiennes, où les Tchouktches passent la majeure partie de l’année, ils consomment cependant eux-mêmes régulièrement du porc.

Zwei Tuschen an einem Chati. Solch traditionelle Heiligtümer sind sehr häufig in Tuschetien / © Foto: Georg Berg
Deux touchas autour d’un chati. De tels sanctuaires traditionnels sont très fréquents en Touchétie / © Photo : Georg Berg
Die Dartlo-Kirche am Rande der Stadt Dartlo, in der Gemeinde Akhmeta. Für die Dorfbevölkerung ist der Bereich sowohl wegen der Kirche als auch wegen eines Schreins heilig / © Foto: Georg Berg
L’église de Dartlo, à la périphérie de la ville de Dartlo, dans la commune d’Akhmeta. Pour les villageois, le secteur est sacré à la fois pour l’église et pour un sanctuaire / © photo : Georg Berg
In Georgien haben die Kinder drei Monate Sommerferien. Diese Zeit verbringen die Familien der Tuschen meist in den Gebirgsdörfern Tuschetiens / © Foto: Georg Berg
En Géorgie, les enfants ont trois mois de vacances d’été. Les familles des Touches passent généralement cette période dans les villages de montagne de Touchétie / © photo : Georg Berg

Le cercle de craie caucasien

Près de Dartlo, où les chevaux paissaient encore il y a quelques instants, notre guide Giorgi nous montre un cercle de pierres qui me rappelle immanquablement le drame de Bertholt Brecht, Le Cercle de craie caucasien. Ici, à Dartlo, les douze anciens du village se réunissaient au besoin pour juger des crimes comme le meurtre, le vol ou la trahison. Au centre du cercle, le plaignant et l’accusé étaient agenouillés sur deux pierres. Sous une autre pierre, tous deux devaient déposer leurs moustaches rasées en signe de serment. La moustache d’un homme symbolise sa conscience. Le châtiment suprême était le bannissement de la communauté villageoise.

Steinkreis, in dem früher Gericht gehalten wurde. Dieser so genannte Sabcheo ist ein traditioneller Gerichtsplatz in Tuschetien aus dem 16. und 17. Jahrhundert, an dem sich die Dorfältesten trafen und berieten. Einer der am besten erhaltenen Gerichtsplätze befindet sich in Dartlo / © Foto: Georg Berg
Cercle de pierres où se tenait autrefois le tribunal. Ce soi-disant sabcheo est un lieu de justice traditionnel en Touchétie datant des 16e et 17e siècles, où les anciens du village se réunissaient et délibéraient. L’une des places de tribunal les mieux conservées se trouve à Dartlo / © Photo : Georg Berg

Chiens, moutons, loups

La Touchétie est connue pour ses produits ovins de qualité (lait, fromage, laine). Les troupeaux de moutons sont gardés par des bergers, conduits par des chèvres et surveillés par des chiens. Avant même de voir un troupeau de moutons, on entend les aboiements des chiens de berger. Les randonneurs doivent alors redoubler de prudence, car les chiens prennent leur tâche très au sérieux. Il n’est pas nécessaire de s’enfuir à ce moment-là et c’est même plutôt maladroit. Si le troupeau de moutons est encore devant soi, il est préférable d’attendre et de faire un pique-nique. En effet, un troupeau de moutons est toujours en mouvement et, tôt ou tard, il ouvre à nouveau le chemin.

Die Begegnung mit Hunden ist für Wanderer in Georgien oft mit erhöhtem Puls verbunden, denn die kaukasischen Hirtenhunde verteidigen ihre Herde äußerst aggressiv auch gegen Wölfe / © Foto: Georg Berg
Pour les randonneurs en Géorgie, la rencontre avec des chiens est souvent synonyme d’augmentation du pouls, car les chiens de berger du Caucase défendent leur troupeau de manière extrêmement agressive, même contre les loups / © Photo : Georg Berg
In Tuschetien werden Schafherden von Ziegen geführt und von Hunden bewacht. Auch auf der anderen Seite eines Flusses können Wölfe eine Gefahr darstellen / © Foto: Georg Berg
En Touchétie, les troupeaux de moutons sont conduits par des chèvres et gardés par des chiens. Même de l’autre côté d’une rivière, les loups peuvent représenter un danger / © photo : Georg Berg
Nur die Hirten können ihre Hunde wieder beruhigen. Dieser Schäfer krault einen Hund, den er in kalten Nächten als Kopfkissen verwendet / © Foto: Georg Berg
Seuls les bergers parviennent à calmer leurs chiens. Ce berger caresse un chien qu’il utilise comme oreiller pendant les nuits froides / © photo : Georg Berg

Chevaux de bât et ponts en terrain accidenté

Plus une montagne est haute et abrupte, plus les chemins sont étroits. Les charges lourdes ne peuvent être transportées sur des sentiers qu’avec des animaux au pied sûr comme les chevaux, les mules et les ânes. Les tentes, les bagages personnels, les provisions et les ustensiles de cuisine pour notre groupe de quatre randonneurs ont été transportés par six chevaux de bât sur les étapes de plus de 2 000 mètres d’altitude. Ils ont été chargés et guidés par des muletiers expérimentés. C’est ainsi que l’on appelle les personnes qui transportent des charges à travers les montagnes sur le dos de bêtes de somme.

Bei der Überquerung von Flüssen ist Trittsicherheit gefragt. Für Wanderer  mit Tagesrucksack ... / © Foto: Georg Berg
Pour la traversée des rivières, il faut avoir le pied sûr. Pour les randonneurs avec un sac à dos à la journée … / © Photo : Georg Berg
... aber auch der Packpferde, die das Gepäck durch den Fluss transportieren / © Foto: Georg Berg
… mais aussi des chevaux de bât qui transportent les bagages à travers la rivière / © photo : Georg Berg
Erfahrene Säumer beherrschen das Beladen von Packpferden / © Foto: Georg Berg
Les muletiers expérimentés maîtrisent le chargement des chevaux de bât / © photo : Georg Berg
Etwa viermal im Jahr werden die Packpferde unterwegs mit neuen Hufeisen beschlagen / © Foto: Georg Berg
Environ quatre fois par an, les chevaux de bât sont ferrés en route avec de nouveaux fers / © photo : Georg Berg
Je nach Zustand des Wanderweges und Tiefe des Wassers im Fluss, entscheidet der Wanderführer, an welcher Stelle der kalte Fluss durchquert wird / © Foto: Georg Berg
Giorgi teste le courant et le sol de la rivière. Selon l’état du sentier et la profondeur de l’eau, le guide décide à quel endroit le groupe peut traverser la rivière froide / © photo : Georg Berg
Manch eine Brücke macht nicht den zuverlässigsten Eindruck, lässt dem Wanderer aber keine Wahl / © Foto: Georg Berg
Certains ponts ne donnent pas l’impression d’être les plus fiables, mais ne laissent pas le choix au randonneur / © photo : Georg Berg
Brücke, die man nicht braucht. Sie führt über ein Fussbett. An der Vegetation erkennt man aber, dass der Fluss im Sommer noch nie Wasser geführt hat / © Foto: Georg Berg
Un pont dont on n’a pas besoin. Il passe au-dessus d’un lit de pied. Mais on voit à la végétation que la rivière n’a jamais eu d’eau en été / © photo : Georg Berg

Si proche du ciel

Les prochains temps forts de la randonnée sont liés à des montées abruptes. La première nous fait passer par le col d’Atsunta, qui relie les provinces géorgiennes de Touchétie et de Kevsourétie. Quelques VTTistes viennent à notre rencontre sur le chemin en lacets qui fait transpirer et qui traverse des champs de cailloux. Vers midi, nous pouvons profiter de la vue dans le froid à 3.403 mètres d’altitude.

Blick vom 3.496 Meter hohen Atsunta-Pass in die georgische Provinz Tuschetien / © Foto: Georg Berg
Vue du col d’Atsunta, à 3.496 mètres d’altitude, sur la province géorgienne de Touchétie / © Photo : Georg Berg
Die Vegtation auf dem Atsunta-Pass in Georgien erblüht 3.400 Meter über dem Meeresspiegel nur wenige Wochen im Jahr. Meistens liegt hier Schnee / © Foto: Georg Berg
La végétation du col d’Atsunta en Géorgie ne fleurit que quelques semaines par an à 3.400 mètres d’altitude. La plupart du temps, il y a de la neige / © photo : Georg Berg
Auf der Khevsureti-Seite unterhalb des Atsunta-Pass in Georgien. Im Sonnenuntergang sieht man weit hinter der Gebirgskette den Berg Kasbek / © Foto: Georg Berg
Sur le site de Khevsureti, en dessous du col d’Atsunta en Géorgie. Au coucher du soleil, on aperçoit loin derrière la chaîne de montagnes le mont Kasbek / © photo : Georg Berg
Während der klaren Nacht in 3.000 Meter Höhe kann man am Himmel die Milchstraße und viele Sternschnuppen beobachten / © Foto: Georg Berg
Pendant la nuit claire à 3.000 mètres d’altitude, on peut observer dans le ciel la voie lactée et de nombreuses étoiles filantes / © photo : Georg Berg
Frühstück in 3.000 Meter Höhe über dem Meeresspiegel auf der Khevsureti-Seite unterhalb des Atsunta-Passes / © Foto: Georg Berg
Petit déjeuner à 3.000 mètres d’altitude sur le site de Khevsureti, en dessous du col d’Atsunta / © photo : Georg Berg
Die Stadt Schatili liegt in einer strategisch wichtigen Lage in der historischen georgischen Provinz Chewsuretien. Sie ist oft belagert aber nie besiegt worden. Im Jahr 2023 wehen die georgische und die Europafahne an einem Mast / © Foto: Georg Berg
La ville de Shatili occupe une position stratégique dans la province historique géorgienne de Khevsureti. Elle a souvent été assiégée mais jamais vaincue. En 2023, les drapeaux géorgien et européen flotteront sur un mât / © Photo : Georg Berg
Georgische Dolomiten wird das Gebirgsmassiv auch genannt, das man bei gutem Wetter vom Tschauchi-Pass aus sehen kann / © Foto: Georg Berg
Les Dolomites géorgiennes, c’est ainsi que l’on appelle le massif montagneux que l’on peut voir par beau temps depuis le col de Chauchi / © Photo : Georg Berg
Giorgi Chachua von Enjoy-Georgia zeigt als Wanderführer wo der Atsunta-Pass die georgischen Provinzen Tuschetien und Khevsureti verbindet / © Foto: Georg Berg
Giorgi Chachua d’Enjoy-Georgia, guide de randonnée, montre où le col d’Atsunta relie les provinces géorgiennes de Touchétie et de Khevsureti / © Photo : Georg Berg

Pendant deux semaines, nous nous sommes confiés à Giorgi, qui nous a transmis dès la première minute son enthousiasme pour son pays natal. Il est guide de formation et copropriétaire de l’agence de voyage géorgienne Enjoy Georgia. Contrairement à ce que son nom laisse supposer, de nombreux clients germanophones réservent ici. Le personnel est flexible et la communication est simple. Comme nous n’avons pas eu à nous occuper nous-mêmes du transport des bagages, de la nourriture et du déroulement de la randonnée, nous avons pu nous consacrer entièrement aux informations intéressantes du guide.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s'abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Cet article contient des liens publicitaires (également appelés liens d'affiliation ou liens de commission) qui mènent à des intermédiaires de biens ou de services.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/trekking-packpferde-kaukasus
Optimized by Optimole