La culture du thé au Malawi

Le brouillard recouvre encore le plateau Shire de Thyolo lorsque les premiers cueilleurs de thé se présentent devant la fabrique de thé du Satemwa Estate. La plantation de thé se trouve à 1200 mètres d’altitude. Les rangées denses de théiers font apparaître le paysage vallonné comme un doux coussin vert. Des arbres isolés font de l’ombre dans les champs. Le Malawi a été le premier pays d’Afrique à cultiver le thé de manière commerciale. Les plus anciens champs de thé au pied de la montagne Thyolo ont été plantés en 1923. L’ancienne maison du fondateur de l’entreprise, Maclean Kay, est presque aussi ancienne. Elle est située dans un magnifique jardin avec de vieux arbres et de vastes pelouses. Huntingdon Lodge est un bâtiment colonial bien conservé, comme on en trouve rarement aujourd’hui au Malawi. Le Huntingdon Lodge accueille depuis longtemps des hôtes du monde entier. Il y a cinq chambres, une excellente cuisine et une véranda ombragée autour de la maison avec vue sur le vieux jardin. Le cœur de la plantation, la fabrique de thé, est accessible à pied. Une visite guidée de la plantation de thé et une visite de la fabrique de thé avec une dégustation des thés de pointe Satemwa, des thés blancs, verts, oolongs, noirs jusqu’aux thés fusion, est un must. Dans ce lieu retiré et magnifique, on apprend beaucoup sur l’art de la fabrication du thé et on sait finalement une chose très précise : la vie est trop courte pour une mauvaise tasse de thé.

Teefelder Satemwa Estate, mit Blick ins Shire-Hochland auf Thyolo Mountain, 1.460 m / © Foto: Georg Berg
Champs de thé Satemwa Estate, avec vue sur les hautes terres de Shire à Thyolo Mountain, 1.460 m / © Photo : Georg Berg
Huntingdon House, Satemwa Estate, Thyolo. Das Wohnhaus der Familie Kay, erbaut um 1935, ist eines von wenigen noch erhaltenen Gebäuden aus der Kolonialzeit, in der heute Touristen ein Zimmer buchen können / © Foto: Georg Berg
Huntingdon House, Satemwa Estate, Thyolo. La maison d’habitation de la famille Kay, construite vers 1935, est l’un des rares bâtiments de l’époque coloniale qui subsiste encore et dans lequel les touristes peuvent aujourd’hui réserver une chambre / © Photo : Georg Berg

Récolte du thé à Satemwa Estate

La principale période de récolte du thé au Malawi s’étend de décembre à mai. Satemwa Estate comprend 900 hectares de plantations de thé. Pendant la haute saison, les plantes poussent plus rapidement et sont récoltées tous les sept jours. En basse saison, les feuilles de thé fraîches sont récoltées tous les dix jours. Il faut dix ans pour qu’un buisson de thé soit prêt à être récolté. Pendant cette période, il est élevé jusqu’à former une sorte de table. Une bonne hauteur pour les cueilleurs de thé, qui cueillent les feuilles de thé fraîches avec des ciseaux ou avec leurs mains et les jettent dans leur hotte, qu’ils portent sur le dos. Les plus vieux théiers de Satemwa datent de 1926 et la récolte de ces théiers est toujours traitée séparément des autres. En effet, plus un théier est ancien, plus les arômes qui peuvent apparaître lors du traitement ultérieur sont complexes. Un thé oolong de première qualité est aujourd’hui produit à partir des plantes plantées autrefois par le fondateur de l’entreprise, Maclean Kay. Le thé est cueilli et traité aux premières heures ensoleillées de la matinée. Immédiatement après la récolte, on laisse les feuilles se flétrir au soleil pour qu’un arôme puissant puisse se développer plus tard.

Teepflücker wirft frisch gezupfte Teeblätter in seine Rückentrage. In der Hauptsaison von Dezember bis Mai sind 1,5 Arbeiter pro Hektar im Einsatz / © Foto: Georg Berg
Le cueilleur de thé jette des feuilles de thé fraîchement cueillies dans son sac à dos. Pendant la haute saison, de décembre à mai, 1,5 ouvrier par hectare est à l’œuvre / © Photo : Georg Berg

Une allée dans le champ de thé

En pleine saison, plus de 2000 personnes sont employées au Satemwa Estate. Les thés de pointe sont récoltés tous les sept jours. Les cueilleurs de thé procèdent de manière sélective et ne récoltent que les plus petites feuilles. Un groupe de cueilleurs de thé, femmes et hommes, forme ce que l’on appelle un gang. Ils sont payés au poids. À ce stade, 1,5 cueilleur de thé travaille sur un hectare de thé. Ils portent de solides tabliers en caoutchouc qui les protègent des branches rugueuses des théiers. Ils déchargent leur récolte à des points de collecte, qui sera transportée peu après à l’usine pour y être transformée. Les chemins autour de l’usine de thé sont très animés. Des cueilleurs de thé se mettent en route vers les champs de récolte qui leur ont été attribués, des petits tracteurs transportent la récolte fraîche, des ouvriers transportent des matériaux de construction, des enfants sont sur le chemin de l’école et quelques femmes préparent des snacks devant la porte de l’usine pour les vendre aux ouvriers. Tout le monde semble savoir ce qu’il faut faire.

Gruppe von Teepflückern, sogenannte Gang, an einer Sammelstelle für frisch geerntete Teeblätter. Satemwa Estate, Thyolo. Männer und Frauen erhalten auf Satemwa den gleichen Lohn / © Foto: Georg Berg
Groupe de cueilleurs de thé, appelé gang, à un point de collecte de feuilles de thé fraîchement récoltées. Domaine de Satemwa, Thyolo. Hommes et femmes reçoivent le même salaire à Satemwa / © Photo : Georg Berg

Promotion des femmes à Satemwa

Très tôt, le fondateur de l’entreprise, Maclean Kay, a compris qu’il était socialement et économiquement judicieux de promouvoir les femmes. Chez Satemwa, raconte le chef du personnel Fadson Mandala, les salaires étaient égaux pour les hommes et les femmes dès le début. Kay a également introduit très tôt le « scissors plucking », la cueillette des feuilles de thé avec des ciseaux. Il s’est en effet rendu compte que les femmes étaient particulièrement habiles dans ce domaine. La récolte du café à Satemwa est presque exclusivement effectuée par des femmes. Elles sont plus douées pour reconnaître et récolter la cerise de café rouge parfaite. Les femmes sont plus sélectives, plus sensibles à la couleur que les hommes et créent ainsi la base d’une récolte de qualité particulièrement élevée. Les femmes sont également encouragées à Satemwa dans le domaine de la gestion. Elles travaillent également à Satemwa Estate en tant que responsables de la qualité et de la production. Satemwa Estate est bien plus qu’une usine de thé entourée de champs de thé. C’est un cosmos en soi avec des écoles, une infirmerie, une cuisine industrielle pour le déjeuner des ouvriers, des programmes de formation continue et une église. Beaucoup d’employés ont un emploi fixe et il existe un fonds de pension pour la prévoyance vieillesse. Satemwa Estate s’est engagée il y a de nombreuses années déjà en faveur des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies. Les objectifs de durabilité, de promotion de partenariats mondiaux et d’égalité des droits pour les femmes sont au premier plan.

Fadson Mandala, Human Ressource Manager Satemwa im Garten von Huntingdon House, im Gespräch mit Reisejournalistin Angela Berg über die Förderung von Frauen, Equal-Payment und Altersabsicherung für die Arbeiterinnen und Arbeiter auf Satemwa Estate / © Foto: Georg Berg
Fadson Mandala, Human Ressource Manager Satemwa dans le jardin de Huntingdon House, s’entretient avec la journaliste de voyage Angela Berg sur la promotion des femmes, l’Equal-Payment et la sécurité vieillesse pour les travailleurs du Satemwa Estate / © Photo : Georg Berg
Eine Schere zum Ernten der jungen Teeblätter. Auf Satemwa Estate wurden das so genannte scissors plucking für Frauen eingeführt, die besser mit den Scheren umgehen konnten / © Foto: Georg Berg
Une paire de ciseaux pour récolter les jeunes feuilles de thé. Au Satemwa Estate, le soi-disant scissors plucking a été introduit pour les femmes qui savaient mieux manier les ciseaux / © Photo : Georg Berg

La naissance des variétés de thé

Le contraste ne pourrait pas être plus grand. Des champs idylliques avec des arbres d’ombre décoratifs entourent l’usine de thé. Dans le hall de production, en revanche, il fait sombre et bruyant. Diverses machines et tapis roulants traitent la récolte du jour et veillent, lors des premières étapes de travail, à faire baisser le taux d’humidité dans les feuilles de thé. Outre les nombreux thés de pointe et les variations, Satemwa produit également pour les gros clients qui conditionnent le thé en sachets. Le thé destiné à ce standard de sachet de thé a au départ un taux d’humidité de 40 pour cent. À la fin du processus, il reste une humidité résiduelle de 3 à 4 pour cent.

Erste Trockung der Teeblätter. Arbeiter leert die Säcke und breitet die Teeblätter zum Trocken aus, Satemwa Estate, Thyolo / © Foto: Georg Berg
Premier séchage des feuilles de thé. Un ouvrier vide les sacs et étale les feuilles de thé pour le séchage, Satemwa Estate, Thyolo / © Foto : Georg Berg

D’infimes variations dans le processus déterminent le type de thé obtenu à partir d’un arbuste donné : thé blanc, vert, rouge, noir, oolong ou sombre. Certaines variétés ne conviennent qu’à un ou deux types de thé, d’autres sont plus flexibles. Le maître de thé peut non seulement produire différentes variétés de thé, mais aussi différents styles au sein de ces variétés.

Die Säcke mit den frisch geernteen Teeblättern werden über ein Förderseil angeliefert und zum Trocknen ausgebreitet. Produktionsleiter Chisomo Custom erklärt die ersten Schritte im Produktionsprozess für schwarzen Tee / © Foto: Georg Berg
Les sacs de feuilles de thé fraîchement récoltées sont livrés par un câble transporteur et étalés pour le séchage. Le directeur de production Chisomo Custom explique les premières étapes du processus de production du thé noir / © Photo : Georg Berg

Pour la production de thé vert, le producteur de thé choisit un traitement et une manipulation minimaux. Ce faisant, l’étuvage ou la torréfaction du thé donnent des profils de goût très différents. Les thés noirs se situent à l’autre extrémité de l’échelle. Ils sont soumis à un traitement beaucoup plus intensif, qui va du flétrissage à l’oxydation, au séchage et au tri, en passant par le roulage et la coupe.

Nahaufname Messer einer Schneidemaschine für Teeblätter, Satemwa Estate, Thyolo / © Foto: Georg Berg
Gros plan sur le couteau d’une machine à couper les feuilles de thé, Satemwa Estate, Thyolo / © Photo : Georg Berg

Dans l’usine de thé

Au cours du traitement, la couleur du thé change. La feuille verte devient vert foncé, brune ou noire selon le degré d’oxydation. À Satemwa, 27 sortes de thé différentes sont produites. Souvent, ce ne sont que des nuances qui influencent le goût. Combien de temps sont-elles séchées, au soleil ou à l’ombre, pendant combien de temps et à quelle température les feuilles sont-elles chauffées, avec quelle finesse sont-elles coupées, quelle est l’humidité résiduelle, sont-elles roulées à la main ou broyées à la machine à découper ? L’éventail des thés va du thé noir pour les sachets de thé des grands acteurs du commerce mondial du thé aux crus de thé comme les Zomba Pearls roulés à la main, un thé oolong aromatique issu des meilleures plantations.

Grading machine. Nach einer Trocknungszeit zwischen 18 bis 23 Minuten bei 90 bis 110 Grad läuft der Tee in die Sortiermaschine. Hier weden 6 verschiedene Größen voneinander getrennt / © Foto: Georg Berg
Machine de classement. Après un temps de séchage de 18 à 23 minutes à une température de 90 à 110 degrés, le thé noir passe dans la calibreuse. Ici, 6 tailles différentes sont séparées les unes des autres / © Photo : Georg Berg

Pour le Tea Tasting dans la White Room

Après un long processus allant de la sélection des plants de thé, de l’entretien des plantes dans les jardins de thé, de la cueillette jusqu’au traitement et au tri du thé séché, la White Room de Satemwa procède au tout dernier test de qualité : le test de goût. Chaque matin, le directeur de production Chisomo Custom et ses collègues vérifient la qualité de la dernière récolte. Il s’agit d’un rituel immuable auquel les hôtes du Huntingdon Lodge peuvent également assister lors de la dégustation de thé dans la White Room de l’usine.

Teeverkostung Satemwa Estate. Es werden 27 unterschiedliche Teesorten produziert und qualitätsgeprüft / © Foto: Georg Berg
Dégustation de thé Satemwa Estate. 27 sortes de thé différentes sont produites et leur qualité est contrôlée / © Photo : Georg Berg

Alex Kay est à l’origine de nombreuses expérimentations avec différentes variétés, des techniques de transformation non conventionnelles, des essais de fermentation et du thé fumé. Pour beaucoup, même parmi les connaisseurs de thé, le thé d’Afrique n’est associé qu’à des qualités standard pour les sachets de thé. À Thyolo Mountain, sur l’île de Satemwa, on exploite pourtant le potentiel du terroir pour produire un thé de la plus haute qualité.

Produktionsleiter Chisomo Custom testet die frisch produzierten Teesorten von Satemwa Estate. Ein tägliches Ritual am Ende des Herstellungsprozesses / © Foto: Georg Berg
Le directeur de production Chisomo Custom teste les variétés de thé fraîchement produites par Satemwa Estate. Un rituel quotidien à la fin du processus de fabrication / © Photo : Georg Berg

Un échantillon de référence est prélevé sur chaque lot de thé qui quitte la fabrique de thé dans de grands sacs, à Satemwa. Ce thé de référence est fermé dans des boîtes, étiqueté et placé sur une grande étagère. En cas de réclamation, l’échantillon peut prouver si une altération de la qualité existait déjà à l’usine ou si elle n’est apparue qu’au cours du transport ou chez le gros client. Dans cette salle administrative, nous explique encore le responsable de production Custom, les aliments et le parfum sur la peau sont interdits. Aucune odeur étrangère ne doit altérer l’arôme du thé.

Büro Satemwa Estate. Regal mit Rückstellproben / © Foto: Georg Berg
Bureau de Satemwa Estate. Étagère avec échantillons de réserve et personnel administratif* au travail / © Photo : Georg Berg

Tradition familiale

Satemwa Estate est aujourd’hui dirigé par la troisième génération de la famille Kay et est l’une des dernières fermes indépendantes du Malawi à ne pas être détenue ou gérée par un groupe agricole. Satemwa Estate est aujourd’hui dirigé par Alex Kay. Son père, Chip Kay, était le fils du fondateur de l’entreprise. Il avait l’habitude d’ajouter un peu de verveine citronnée à ses nombreuses tasses de thé noir. De ce rituel quotidien est née l’idée de développer également des thés aromatisés. Bien entendu, avec les herbes et les fleurs qui poussent au Satemwa Estate. C’est ainsi que l’on trouve aujourd’hui dans l’assortiment des thés White Hibiscus, Black Peach et bien sûr des thés noirs à la Lemon Verbena. Les thés de pointe de Satemwa sont également disponibles en Europe dans le commerce de thé spécialisé. Pour en savoir plus sur l’histoire de Satemwa Estate et Huntingdon Lodge, consultez le site Internet de l’entreprise. Mais voici déjà un aperçu de l’ancienne chambre d’enfant de Chip Kay. Il s’agit d’une chambre tout à fait charmante avec un plafond rond et une terrasse privée donnant sur le jardin.

The Nursery, das ehemalige Kinderzimmer, ist eines von fünf Suiten im Huntingdon House, dem ehemaligen Familiensitz der Familie Kay auf Satemwa Estate / © Foto: Georg Berg
The Nursery, l’ancienne chambre d’enfant, est l’une des cinq suites de Huntingdon House, l’ancienne résidence familiale de la famille Kay à Satemwa Estate / © Photo : Georg Berg

L’aperçu de toutes les histoires du Malawi se trouve sur la page de pays Malawi. Ce pays enclavé du sud-est de l’Afrique, également appelé le cœur chaud de l’Afrique, est encore considéré comme une destination secrète pour les voyageurs africains. En comparaison régionale, le Malawi est un pays sûr et paisible. Le paysage du pays est marqué par le lac Malawi, le dixième plus grand lac du monde. Dans les cinq parcs nationaux au total, une gestion réussie de la faune a été mise en place depuis quelques années et la biodiversité a énormément augmenté. Le parc national de Liwonde et la réserve de faune de Majete sont sous la gestion d’African Parks depuis 20 ans. Le Thawale Lodge propose un hébergement au cœur du parc. Pourtant, la population du Malawi souffre de la pauvreté. Une croissance contrôlée du tourisme crée également des possibilités de revenus dans les zones rurales et améliore les conditions de vie des familles. La culture durable du thé et du café, comme à Satemwa Estate, ou la reconstruction de la culture de la banane dans le pays, créent également des emplois importants. Plus d’informations sur le tourisme au Malawi.

Le voyage de recherche a été soutenu au Malawi par le ministère du Tourisme.

Thèmes de food sur Tellerrand-Stories

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s'abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/teeanbau-malawi