Le Sri Lanka comme destination touristique

Chacune des nombreuses attractions du Sri Lanka mérite plus de temps que la plupart des tour-opérateurs n’en prévoient dans leurs circuits. Mais le tourisme est également presque à l’arrêt en raison de la situation mondiale. Les touristes russes et ukrainiens ont représenté la majeure partie des visiteurs dans le pays et ont également été les principaux pays acheteurs pour les exportations de thé du Sri Lanka. Mais ce sont surtout les habitants du Sri Lanka, avec leur cordialité, qui méritent que le pays continue à figurer sur la liste des pays les plus intéressants.

Le Sri Lanka est un beau pays et, en 2019, il était en tête de l’échelle de popularité de la maison d’édition de guides de voyage de renommée internationale Lonely Planet. Aujourd’hui, il traverse une crise, car les dirigeants politiques respectifs de ces dernières décennies ont rendu le pays de plus en plus dépendant des puissances concurrentes que sont la Chine et l’Inde. La faillite de l’État n’a pas encore été évitée.

Die typischen Buddhismus-Fahnen wehen um die Pagode des Goldenen Tempels von Dambulla / © Foto: Georg Berg
Les drapeaux typiques du bouddhisme flottent autour de la pagode du Temple d’or de Dambulla / © Photo : Georg Berg

Après 25 ans de guerre civile qui, jusqu’en 2009, a principalement touché le nord de l’île peuplé de Tamouls, les deux groupes ethniques cinghalais et tamouls se sont pour la plupart comportés de manière amicale. Le bouddhisme et l’hindouisme sont les deux principales religions, devant le christianisme et l’islam, et leurs temples apportent de nombreux accents colorés à ce charmant paysage.

Mehr als 48 Buddha-Statuen gibt es in den Höhlentempeln von Dambulla. Naga Statuen stellen Buddha von einer Königskobra bei der Meditation beschützt dar / © Foto: Georg Berg
Plus de 48 statues de Bouddha se trouvent dans les temples des grottes de Dambulla. Les statues Naga représentent Bouddha protégé par un cobra royal en pleine méditation / © Foto : Georg Berg

Au-dessus de la ville de Dambulla, dans les hauts plateaux du centre, nous nous laissons fasciner, après une légère randonnée, par les temples rupestres bouddhistes creusés dans un rocher de granit. De nombreuses sculptures dorées et peintures murales de style Kandy se trouvent aujourd’hui dans les grottes utilisées sans interruption comme monastères depuis plus de 2.000 ans. Il n’est donc pas étonnant que l’UNESCO ait inscrit ce site impressionnant sur sa liste du patrimoine mondial.

Aus Dankbarkeit errichtet: Neben Buddhas Statue die von Kirti Sri Rajasinha, der im 18. Jahrhundert als König von Kandy den Buddhismus in Sri Lanka wiederbelebt hatte / © Foto: Georg Berg
Construit en signe de reconnaissance : À côté de la statue de Bouddha, celle de Kirti Sri Rajasinha, qui, en tant que roi de Kandy, avait relancé le bouddhisme au Sri Lanka au 18e siècle / © Photo : Georg Berg

Dans la cour du monastère, on vénère un rejeton de l’arbre sous lequel le fondateur de la religion, Bouddha, aurait eu l’illumination décisive 400 ans avant Jésus-Christ. En dehors de cette origine religieuse, la pratique bouddhiste diffère de celle d’autres pays comme le Tibet ou la Thaïlande. Hira, notre guide, débite de nombreuses histoires intéressantes à chaque coin du temple. Malheureusement, faute de temps, nous ne pouvons pas les classer comme le ferait l’enseignement bouddhiste et sa patiente quête de la connaissance adéquate. Car le même jour, les éléphants sauvages du parc national de Minneriya sont au programme.

Hinweise auf wilde Elefanten gibt es sogar auf einer der wenigen Autobahnen Sri Lankas / © Foto: Georg Berg
Des indications sur les éléphants sauvages se trouvent même sur l’une des rares autoroutes du Sri Lanka / © Photo : Georg Berg

Les pluies de la mousson commencent à l’heure au Sri Lanka

Au Sri Lanka, le temps est agréable toute l’année pour voyager. Le temps change plutôt au cours de chaque journée et, après une matinée ensoleillée, la pluie en fin d’après-midi n’est pas seulement la bienvenue pour les autochtones. Après tout, l’eau est précieuse et est recueillie depuis des siècles dans des réservoirs en grande partie artificiels.

Ob genau so viele Jeeps wie Elefanten im Minneriya Nationalpark unterwegs sind, lässt sich schwer sagen. In der weiten Ebene haben wir jedenfalls mehr als 100 Elefanten gesehen / © Foto: Georg Berg
Il est difficile de dire s’il y a autant de jeeps que d’éléphants dans le parc national de Minneriya. En tout cas, nous avons vu plus de 100 éléphants dans la vaste plaine / © Photo : Georg Berg

Comme prévu, la pluie de mousson agréablement chaude commence à tomber à 15h30 précises, lorsque nous montons dans nos véhicules de safari à l’entrée du parc national de Minneriya. Nous traversons tour à tour des broussailles épineuses ou des forêts denses pour nous rendre là où les éléphants sauvages préfèrent séjourner. Dès le 3e siècle, les eaux de la rivière Amban ont été retenues pour former le réservoir de Minneriya, qui s’étend sur près de 20 kilomètres carrés.

Im offenen Jeep stehend begegnet man den wilden Elefanten auf Augenhöhe / © Foto: Georg Berg
Debout dans une jeep ouverte, on rencontre les éléphants sauvages à hauteur des yeux / © Photo : Georg Berg

Les visiteurs n’empêchent pas les pachydermes de vaquer à leurs occupations obstinées. Les éléphants parcourent de longues distances en semblant flâner, se nourrissent, se baignent dans le réservoir de Minneriya ou dans un petit point d’eau et s’approchent ainsi très près des véhicules de safari. Les conducteurs de jeeps à quatre roues motrices n’ont qu’un énorme respect pour les éléphantes avec leur progéniture. Ils doivent toujours être prêts à démarrer en marche avant, même dans la boue la plus profonde.

L’imposante forteresse rocheuse de Sigiriya au Sri Lanka

Le lendemain matin, le soleil nous accueille à nouveau et nous partons pour la forteresse rocheuse de Sigiriya, un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les routes sont étroites et il est rare de dépasser les 40 kilomètres par heure au Sri Lanka.

Schmale Straßen oder auch mal ein Pfau, der langsam über den Asphalt schreitet, sorgen für Entschleunigung / © Foto: Georg Berg
Des routes étroites ou parfois un paon qui marche lentement sur l’asphalte permettent de ralentir / © Photo : Georg Berg

Si l’on interprète correctement les graffitis historiques qui se trouvent sur les mégalithes lors de la montée, il s’agit probablement de l’une des plus anciennes attractions touristiques du monde. Avant cela, nous essayons d’abord de savoir, en regardant une accumulation de panneaux, ce qui est interdit ou obligatoire sur le site.

Hmmm? Auf dem Gelände darf man also wohl weder mit dem Auto fahren noch parken. Es gibt jedoch Krokodile, Elefanten und Affen, die aber auf keinen Fall gefüttert werden dürfen ... man könnte in Handschellen abgeführt werden / © Foto: Georg Berg
Hmmm ? Il est interdit de circuler en voiture et de se garer sur le site. Il y a cependant des crocodiles, des éléphants et des singes, mais il ne faut en aucun cas leur donner à manger … on pourrait être menotté / © Photo : Georg Berg

Le chemin menant à la forteresse rocheuse sur le mégalithe de 200 mètres de haut passe par l’un des plus anciens jardins d’Asie. Le vaste terrain a été aménagé au 5e siècle sous le roi Kasyapa. Après avoir tué son père, le roi Dhatusena, il fut ici à l’abri de la vengeance du véritable héritier du trône, son demi-frère Moggallana, pendant 2 décennies.

Die Wassergärten befinden sich im flachen Teil der Burganlage / © Foto: Georg Berg
Les jardins d’eau se trouvent dans la partie plate du château / © Photo : Georg Berg

En commençant par les jardins d’eau dans la partie plate, le chemin devient de plus en plus raide en passant par les jardins de blocs et de terrasses. Au bout d’un certain temps, on atteint un petit plateau intermédiaire d’où part, entre deux pattes de lion taillées dans la roche, l’étroit sentier escarpé qui monte vers le château proprement dit. Un paysage de jardins s’étend au pied de l’abrupte et imprenable Roche du Lion. Les maîtres d’œuvre ont intégré harmonieusement de petits blocs de roche dans des pelouses et des plans d’eau à leur emplacement d’origine.

Sanft schmiegen sich unterhalb der Felsenfestung Sigiriya Backsteinmauern an die natürlich vorhandenen Felsen / © Foto: Georg Berg
En dessous du fort rocheux de Sigiriya, des murs de briques se blottissent doucement contre les rochers naturellement présents / © Photo : Georg Berg
An der steilsten Stelle der Felsenfestung Sigiriya haben wilde Bienen ihr Nest gebaut / © Foto: Georg Berg
Des abeilles sauvages ont construit leur nid à l’endroit le plus escarpé de la forteresse rocheuse de Sigiriya / © Photo : Georg Berg

Une fois que l’on a atteint le point culminant dans le flot des visiteurs, pas à pas, sur l’étroit chemin escarpé, on s’étonne de la vaste étendue des ruines du palais. Alors que le regard profite d’une vue magnifiquement étendue dans toutes les directions, on a du mal à croire que cette forteresse n’a été la capitale du Sri Lanka que pendant deux décennies.

Atemberaubender Blick von der Felsenfestung Sigiriya über Reisfelder und in der Ferne liegende Gebirgszüge / © Foto: Georg Berg
Vue à couper le souffle de la forteresse rocheuse de Sigiriya sur les rizières et les chaînes de montagnes au loin / © Photo : Georg Berg

La dent de Bouddha dans le temple de Kandy

La capitale de la province centrale, située sur les hauts plateaux du Sri Lanka, est le lieu de pèlerinage bouddhiste le plus important du pays. Une fois par jour, l’étage supérieur du grand temple se remplit de fidèles venus de tout le pays pour jeter un bref coup d’œil sur la canine gauche de Bouddha dans l’ancienne capitale du Sri Lanka.

Im geräumigen Eingangsbereich des Zahntempels von Kandy wird von Musikern getrommelt, die diese Kunstform von ihren Vätern übernommen haben, während sich oben, wo nicht fotografiert werden darf, die Gläubigen vor dem Reliquienschrein drängeln / © Foto: Georg Berg
Dans l’entrée spacieuse du temple de la Dent de Kandy, des musiciens qui ont hérité cette forme d’art de leurs pères jouent du tambour, tandis qu’en haut, où il est interdit de prendre des photos, les fidèles se pressent devant le reliquaire / © Photo : Georg Berg

Un rythme de tambour extrêmement lent renforce dans chaque recoin du temple la profonde vénération religieuse des fidèles, qui ont apporté des fleurs et des cadeaux pour les moines.

Mit Tempelblumen symbolisieren die buddhistischen Gläubigen ihre Wünsche / © Foto: Georg Berg
Avec des fleurs de temple, les fidèles bouddhistes symbolisent leurs souhaits. / Photo : Georg Berg

Le meilleur thé de Ceylan pousse sur les hauts plateaux du Sri Lanka.

Le climat plus frais et plusieurs heures de brouillard par jour permettent aux plantations de thé des hauts plateaux centraux de produire un thé doux et aromatique de la meilleure qualité. De 6 heures du matin à 14 heures, les cueilleuses sont en route. Elles portent sur leur dos un sac pouvant contenir 20 kg des plus jeunes feuilles vert clair qui ont poussé au cours des deux dernières semaines. Celles-ci peuvent ensuite être traitées le jour même dans l’usine de thé.

Teepflückerinnen bei Nuwara Eliya / © Foto: Georg Berg
Cueilleuses de thé près de Nuwara Eliya / © Photo : Georg Berg

Les feuilles de thé fraîches doivent d’abord sécher à l’air pendant 24 heures avant d’être transformées en plusieurs étapes en différentes sortes de thés noirs.

Die frischen Teeblätter müssen in der Teefabrik zunächst 24 Stunden lang an der Luft welken / © Foto: Georg Berg
Les feuilles de thé fraîches doivent d’abord se flétrir à l’air pendant 24 heures dans l’usine de thé / © Foto : Georg Berg

Au plus tard au bout de six semaines, le thé est remboursé au plus offrant par des acheteurs du monde entier lors d’une vente aux enchères dans la capitale Colombo.

Zentnerweise beste Qualität: Orange Pekoe der Güteklasse A / © Foto: Georg Berg
Des quintaux de la meilleure qualité : Orange Pekoe de la classe de qualité A / © Foto : Georg Berg

Voyage dans le train express le plus lent du monde

À la gare de Nanu Oya commence un voyage en train à couper le souffle, qui nous mène sur 60 kilomètres à travers les montagnes du Sri Lanka. Bien que des places aient été réservées dans la voiture panoramique, je ne suis pas restée assise pendant les quatre heures que dure le voyage. Il est trop agréable d’être assis par terre dans la porte ouverte du train pendant le trajet, avec vue sur les cascades et les plantations de thé.

Während der Zugfahrt vertraut Georg Berg einem Mitreisenden seine Kamera an und lässt sich von ihm fotografieren / © Foto: Georg Berg
Pendant le trajet en train, Georg Berg confie son appareil photo à un compagnon de voyage et se laisse photographier par lui / © Photo : Georg Berg

Un tourisme doux en harmonie avec l’agriculture

Vom Swimmingpool hat man freien Blick auf die Reisfelder / © Foto: Georg Berg
De la piscine, on a une vue dégagée sur les rizières / © photo : Georg Berg

L’hôtel Jetwing Kaduruketha, situé dans la région vallonnée et agricole au sud des hauts plateaux centraux, est un bon exemple de cohabitation réussie entre le tourisme et l’infrastructure locale.

Ishanda, der Environmentalist der Hotelanlage, zeigt auf seiner Sri Lanka darstellenden Handfläche, wo wir uns befinden. Er hält als vom Hotel angestellter Umweltschützer auch den Kontakt zur Dorfgemeinschaft / © Foto: Georg Berg
Ishanda, l’écologiste du complexe hôtelier, montre sur sa paume représentant le Sri Lanka où nous nous trouvons. En tant qu’écologiste employé par l’hôtel, il maintient également le contact avec la communauté villageoise / © Photo : Georg Berg

Nous partons à deux, accompagnés de notre majordome personnel Prabath Madushanh et de l’environnementaliste Ishanda Senevirattna, employé par l’hôtel, pour une balade à vélo de deux heures dans les environs. Ici, l’environnement n’est pas seulement la nature, mais aussi et surtout l’environnement social. Nous rencontrons des paysans avec lesquels nous discutons de la préparation des rizières et apprenons comment l’hôtel assure leur existence économique. Les aliments transformés à l’hôtel sont achetés aux paysans indépendants des environs. Afin de ne pas être menacés dans leur existence par d’éventuelles mauvaises récoltes, ils reçoivent en outre chaque année des subventions pour leurs semences.

“Ayubowan“ (mögest du lang leben) Eine Bauernfamilie ruft uns die landestypische Begrüßung zu / © Foto: Georg Berg
“Ayubowan” (puisses-tu vivre longtemps) Une famille de paysans nous crie le salut typique du pays / © Photo : Georg Berg

La durabilité a de multiples facettes

Le séjour dans le complexe hôtelier du Jetwing Kaduruketha révèle peu à peu à quel point une vie durable peut être agréable. Les chambres d’hôtes sont réparties sur le vaste terrain ombragé dans des bungalows séparés. Grâce aux fenêtres fermées uniquement par des barres de bois et des moustiquaires, on est en contact direct avec la nature. Sans climatisation, on peut profiter du calme et du parfum de la nature. Des vélos sont à la libre disposition de chaque hôte.

Jeder Bungalow ist ein perfekter Ort der Ruhe / © Foto: Georg Berg
Chaque bungalow est un lieu de repos parfait / © Photo : Georg Berg

Ici, on économise l’énergie sans que les hôtes aient à renoncer aux commodités. Une circulation d’air soigneusement planifiée rend les climatiseurs superflus. L’eau chaude est produite à partir de l’énergie solaire et seules des ampoules LED sont allumées à la place des ampoules à incandescence. Les déchets sont triés et le compost sert à produire le biogaz utilisé dans l’établissement. Dans la cuisine, la cuisson se fait sur du bois de chauffage, un sous-produit de la production de cannelle. L’eau potable et les produits de soins personnels sont disponibles dans des bouteilles en verre réutilisables.

Die Gestaltung der Räume ist modern und verwendet lokaltypisches Material. Lampen sind z.B. aus den Hacken hergestellt, mit denen typischerweise die Reisfelder bearbeitet werden / © Foto: Georg Berg
L’aménagement des locaux est moderne et utilise des matériaux typiques de la région. Les lampes sont par exemple fabriquées à partir des houes avec lesquelles on travaille typiquement dans les rizières / © Photo : Georg Berg
Bäuerin bei der Vorbereitung eines Reisfeldes / © Foto: Georg Berg
Paysanne préparant une rizière / © photo : Georg Berg
Pfauen sind in Sri Lanka und auch auf dem Hotel-Gelände oft zu sehen / © Foto: Georg Berg
On voit souvent des paons au Sri Lanka et aussi sur le terrain de l’hôtel / © photo : Georg Berg

Une promenade ornithologique accompagnée par un spécialiste réveille les esprits avant le petit-déjeuner. Le personnel est originaire des environs et rencontre les hôtes de manière discrète dans un excellent anglais, sans pour autant abandonner son propre mode de vie. Les petits rituels, comme la bénédiction bouddhiste du véhicule des touristes, se font plutôt en passant.

Buddhistischer Segen für eine gute Reise. Während hinten die Koffer verladen werden, sprenkelt der Hotelmanager Wasser mit Blütenblättern auf die Fahrzeugfront. Damit soll das nächste Ziel heil erreicht werden / © Foto: Georg Berg
Bénédiction bouddhiste pour un bon voyage. Pendant que les valises sont chargées à l’arrière, le gérant de l’hôtel asperge l’avant du véhicule d’eau avec des pétales de fleurs. Cela doit permettre d’atteindre la prochaine destination sans encombre / © Photo : Georg Berg

International

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Le voyage de recherche a été soutenu par le ministère du tourisme du Sri Lanka.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/sri-lanka-reiseziel