La Sierra Leone est une destination particulière

C’est une erreur de débutant qui m’est arrivée à Freetown lors de ma première visite photographique. Je voulais photographier, dans la lumière précoce du soleil, les anciens bâtiments coloniaux sur les collines de la capitale sierra-léonaise. Mais en quelques minutes, toutes les lentilles de mon appareil photo se sont embuées. J’avais refroidi ma chambre d’hôtel, et donc aussi mon équipement photographique, à 24 degrés pendant la nuit grâce à la climatisation. Mais je n’avais pas pensé à l’humidité élevée qui règne à l’extérieur. Dès le matin, l’humidité de l’air est maximale à 31°C. Pendant 45 minutes, aucun essuyage ne permet de prendre des photos sans nuages.

Trüber Blick auf die Kolonialbauten / © Foto: Georg Berg
Vue trouble sur les bâtiments coloniaux / © Photo : Georg Berg
Sierra Leones Präsident Ernest Bai Koroma setzt sich auf Plakaten für Ebola-Waisen ein / © Foto: Georg Berg
Le président en exercice de la Sierra Leone, Ernest Bai Koroma, s’engage sur des affiches en faveur des orphelins d’Ebola / © Photo : Georg Berg

Sierra Leone : exploration d’une nouvelle destination

La raison de mon séjour dans ce pays, loin des destinations habituelles : J’accompagne un groupe d’experts allemands en voyage dans leur exploration de la destination Sierra Leone. Le pays a connu deux décennies difficiles, que l’on appelle ici uniquement “The Crisis”. Le terme de “crise” englobe une guerre civile de onze ans et l’épidémie d’Ebola qui a été surmontée par la suite.

Tout le monde dans le pays est déterminé à aller de l’avant et à faire refleurir la Sierra Leone. Améliorer les infrastructures et les conditions de vie des habitants, mettre en avant les beautés naturelles et la riche culture du pays, tel est l’objectif des prochaines années.

Deutsche Delegation im Ministerium für Tourismus und Kultur / © Foto: Georg Berg
Délégation allemande au ministère du Tourisme et de la Culture / © Photo : Georg Berg

Ce n’est pas un hasard si les portefeuilles du tourisme et de la culture sont réunis au sein d’un même ministère. Nous rencontrons le ministre compétent, Sidie Yayah Tunis, dans son bureau. Outre notre groupe allemand de dix personnes, l’ensemble des cadres du ministère du Tourisme et de la Culture est présent. La rencontre commence par une minute de silence, le temps d’une prière silencieuse.

On est fier de la tolérance religieuse typique du pays. Nous apprenons que dix groupes ethniques cultivent leur propre culture et cohabitent pacifiquement. Les jours suivants, nous aurons l’occasion de voir de nos propres yeux les beautés de ce pays de 6 millions d’habitants.

Deutsche und Sierra Leonische Tourismusexperten tauschen sich aus / © Foto: Georg Berg
Des experts allemands et sierra-léonais du tourisme échangent leurs points de vue / © Photo : Georg Berg

Le circuit préparé par l’Office national du tourisme (National Tourist Board) nous conduira dans des endroits qui sont des terres inconnues même pour les managers qui nous accompagnent.

Freetown, la capitale de la Sierra Leone, était jusqu’à l’indépendance en 1961 le principal centre administratif du Commonwealth britannique en Afrique de l’Ouest. Il n’est donc pas étonnant qu’avant la “crise”, ce soient surtout des touristes britanniques qui visitaient le pays. Entre-temps, il existe des vols directs vers Freetown non seulement depuis Londres, mais aussi depuis Paris et (particulièrement avantageux pour les voyageurs allemands) depuis Bruxelles.

Flugverbindungen sind notwendige Voraussetzung für Tourismus / © Foto: Georg Berg
Les liaisons aériennes sont une condition nécessaire au tourisme / © Photo : Georg Berg

Il ne faut pas s’attendre à un tourisme de masse dans un avenir proche. Mais cela pourrait justement être la force de la Sierra Leone, car il y a beaucoup à découvrir : une atmosphère détendue et pourtant typiquement africaine avec un bon mélange de repos et de vacances actives. Le pays est prédestiné à l’écotourisme, car le long des grands fleuves s’étendent des réserves naturelles dont la création était loin d’être évidente. En effet, on aurait pu chercher des diamants dans ces régions.

Mit einem Guide im Naturreservat bei Gola / © Foto: Georg Berg
Avec un guide dans la réserve naturelle près de Gola / © Photo : Georg Berg
An den Küsten reicht der Regenwald bis an die herrliche Strände / © Foto: Georg Berg
Sur les côtes, la forêt tropicale s’étend jusqu’aux magnifiques plages / © photo : Georg Berg
Sonnenuntergang bei angenehmen Temperaturen / © Foto: Georg Berg
Coucher de soleil par des températures agréables / © photo : Georg Berg

Le continent est précédé d’îles qui, jusqu’au début du 19e siècle, servaient de lieu de transbordement pour le commerce des esclaves.

Ankunft auf Banana Island / © Foto: Georg Berg
Arrivée sur Banana Island / © photo : Georg Berg
Ein begehbares Dach luftig an Palmen gezimmert (Der Blick der Linse ist noch durch das Salzwasser der Überfahrt verklärt) / © Foto: Georg Berg
Un toit praticable aéré contre des palmiers (Le regard de l’objectif est encore transfiguré par l’eau salée de la traversée) / © Photo : Georg Berg

Ceux qui, après la traversée, se sont installés dans des hébergements rudimentaires à bord de petits bateaux en bois, peuvent aujourd’hui organiser leur journée sans planification compliquée : plonger, pêcher ou se promener dans les petites colonies où se sont installés les descendants des esclaves revenus d’Amérique. Ou tout simplement profiter de la douce brise dans un hamac et se laisser choyer par des plats de poisson frais et des cocktails fruités.

Der perfekte Gegenentwurf zum europäischen Zivilisationsbegriff / © Foto: Georg Berg
L’antithèse parfaite du concept européen de civilisation / © Photo : Georg Berg

La Sierra Leone a l’étendue de la Bavière et très peu de routes sont encore asphaltées. Il en va de même pour les liaisons avec les métropoles du pays. La saison des pluies a laissé de grands trous de boue à de nombreux endroits. Même avec des véhicules tout-terrain, la route est plus longue que je ne l’avais imaginé auparavant. Mais si l’on s’est adapté le plus tôt possible à la notion de temps africain, on élargit considérablement ses possibilités d’expérience.

Auf dieser Straße kann man 80 Kilometer in fünf Stunden schaffen / © Foto: Georg Berg
Sur cette route, on peut parcourir 80 kilomètres en cinq heures / © Photo : Georg Berg

Sur la route, on remarque les nombreuses motos (généralement de fabrication indienne ou chinoise) qui font office de taxis bon marché et permettent de traverser au mieux la circulation dense des villes ou de contourner les trous de boue des liaisons interurbaines. Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, ces motos-taxis sont appelées Okada, en référence à la compagnie aérienne nigériane Okada Air, tombée depuis longtemps dans l’oubli. Les deux ont en commun le mauvais confort et la rapidité avec laquelle ils atteignent leur destination.

Hauptverkehrsader nahe Kenema in Sierra Leone / © Foto: Georg Berg
Axe routier principal près de Kenema en Sierra Leone / © Photo : Georg Berg
In Europa nimmt man dafür ein Auto / © Foto: Georg Berg
En Europe, on prend une voiture pour se déplacer / © photo : Georg Berg
Tankstelle: Getankt wird in Sierra Leone ohne viel Technik / © Foto: Georg Berg
Station-service : en Sierra Leone, on fait le plein sans trop de technique / © photo : Georg Berg

Les nombreux jeunes chauffeurs gagnent bien plus que le revenu moyen grâce à ce métier qui ne nécessite pas de formation. Les chauffeurs Okada de plus de 30 ans sont souvent d’anciens enfants soldats qui ont pu être réintégrés dans la société de cette manière.

La vie se déroule en grande partie à l’extérieur. Et celle-ci est colorée, animée et variée.

Straßenszene in Kenema. Hier passen Fußgänger und Kraftfahrzeugführer nicht immer aufeinander auf / © Foto: Georg Berg
Scène de rue à Kenema. Ici, les piétons et les automobilistes ne font pas toujours attention les uns aux autres / © Photo : Georg Berg
Wäsche waschen im Fluss - es geht auch ohne Waschmaschine / © Foto: Georg Berg
Laver le linge dans la rivière – c’est aussi possible sans machine à laver / © photo : Georg Berg
In Sierra Leone herrschen Optimismus und Lebensfreude / © Foto: Georg Berg
En Sierra Leone, l’optimisme et la joie de vivre règnent / © photo : Georg Berg
Afrikanische Raststätte - ein Reisender muss nicht zum Kiosk laufen / © Foto: Georg Berg
Aire de repos africaine – un voyageur n’a pas besoin de courir au kiosque / © photo : Georg Berg

Les marchés ne se trouvent pas seulement sur les places de marché, ils se forment rapidement partout où il y a des acheteurs potentiels. A chaque arrêt, il ne faut que quelques secondes pour que notre voiture soit entourée de marchands qui proposent toutes sortes de délices à la vente dans des paniers posés sur leur tête. Les chips de bananes fraîches, les épis de maïs grillés, les tubercules de manioc cuits, les brochettes de viande grillées ou les boissons sont délicieuses et ne coûtent pas cher. Il est également possible d’acheter des cartes SIM pour téléphone portable auprès de marchands volants à travers la fenêtre de la voiture.

Visite chez le chef à Kabala

Empfang beim Häuptling: Paramount-Chief P.C.Grawuru III. auf seinem Thron / © Foto: Georg Berg
Réception chez le chef : le chef du Paramount P.C.Grawuru III sur son trône / © Photo : Georg Berg

La réception chez l’un des 149 chefs influents du pays est une expérience d’un genre particulier. Nous voulons visiter la ville provinciale de Kabala et monter sur la montagne sacrée Wara-Wara. Mais cela n’est possible, même pour le directeur du National Tourist Board, qu’avec l’autorisation expresse de l’autorité locale. Celle-ci est certes élue à vie par la population, mais elle appartient toujours à l’une des familles régnantes. Notre délégation est accueillie par le chef Grawuru III, qui nous souhaite la bienvenue avec des noix de cola. Cela ne va pas de soi, nous le remarquons rapidement.

Kolanüsse als Zeichen der Willkommenskultur / © Foto: Georg Berg
Des noix de kola en signe de culture de bienvenue / © Photo : Georg Berg
Schüler hält es nicht auf ihren Plätzen, als sie uns im Auto entdeckt haben / © Foto: Georg Berg
Les élèves ne tiennent pas en place lorsqu’ils nous découvrent dans la voiture / © photo : Georg Berg

Les visiteurs venus d’Europe se font remarquer. Nous le remarquons surtout lorsque des enfants nous découvrent et crient avec excitation “Pubui !”, ce qui signifie que des personnes à la peau blanche sont dans la voiture. Mais les habitants plus âgés laissent parfois entendre que les touristes ne doivent pas se présenter avec l’attitude des colonisateurs.

Gruß von der Veranda - wir sind überall willkommen / © Foto: Georg Berg
Salutations depuis la véranda – nous sommes les bienvenus partout / © Photo : Georg Berg

Des relations respectueuses

Une particularité à laquelle on s’habitue après quelques jours est l’importance que les Sierra-Léonais accordent aux salutations respectueuses. Les formules importantes “How di body ?” (en krio, la langue non officielle du pays) ou “How are You ?” (en anglais, la langue officielle) devraient déjà être connues du visiteur. “Comment vas-tu ?” “Comment t’appelles-tu ?” “D’où viens-tu ?” Chaque conversation qui suit se poursuit de manière amicale et cela vaut même si l’on a d’abord trouvé l’attitude de certains commerçants importune.

Kontakt zu den Menschen ist schnell hergestellt / © Foto: Georg Berg
Le contact avec les gens est vite établi / © Photo : Georg Berg

Ce n’est qu’après avoir salué quelqu’un ou acheté quelque chose qu’il est temps de demander s’il est permis de prendre des photos. En tout cas, j’ai fait les meilleures expériences en me présentant ouvertement et en révélant aussi des choses sur moi-même. Cela peut parfois prendre un peu de temps.

Sur les marchés et autres lieux publics, il y a souvent des représentants élus. Cela aide énormément de parler avec la présidente locale des femmes du marché de la raison de la visite. Une telle initiative se propage rapidement. Ensuite, on est bienvenu sur le marché et on peut plus facilement entrer en contact avec les gens.

Gemüsemarkt: Buntes Treiben und buntes Obst sowie Gemüse / © Foto: Georg Berg
Marché aux légumes : animation et fruits et légumes colorés / © Photo : Georg Berg

La contrebande de diamants a financé la guerre civile

Dans la capitale provinciale Kenema, en bordure de la zone d’extraction de diamants toujours en activité aujourd’hui, nous voulons en savoir plus sur les raisons de la guerre civile qui a pris fin en 2002.

Il est étonnant de constater que les adversaires de l’époque ne peuvent être classés dans aucune position politique. La guerre avait initialement commencé dans le pays voisin, le Liberia, et s’était étendue au-delà de la frontière vers la Sierra Leone en raison des précieuses ressources minières qui – en tant que diamants du sang – permettaient à tous les belligérants de se procurer des armes. Le boycott des diamants initié par l’ONU a interdit le commerce international sans certificats officiels du pays d’origine. Peu de temps après, l’accord de Kimberly conclu en 2000 a eu un impact. Les guerres ont pris fin et aujourd’hui encore, les bagages des touristes quittant la Sierra Leone sont scrupuleusement contrôlés à la recherche de diamants.

In Kenema findet man zahlreiche Diamantenhändler / © Foto: Georg Berg
A Kenema, on trouve de nombreux diamantaires / © Photo : Georg Berg

Documents de voyage pour les vacances en Sierra Leone

Le visiteur a besoin d’un passeport valable encore six mois à la sortie du pays et d’un visa touristique qui doit être demandé en Allemagne auprès de l’ambassade.

Particularités médicales

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire. Le carnet de vaccination doit être présenté à l’entrée en Sierra Leone. La Sierra Leone est une zone de paludisme. Il est donc recommandé de porter des vêtements clairs et d’emporter des répulsifs contre les insectes. Les médecins de famille indiquent individuellement si une prophylaxie médicamenteuse contre le paludisme est indiquée.

Typisches Krankenhaus in Sierra Leone. Das Wartezimmer ist vor der Tür / © Foto: Georg Berg
Hôpital typique en Sierra Leone. La salle d’attente se trouve devant la porte / © Photo : Georg Berg

Vol pour la Sierra Leone

Brussels Airlines vole quatre fois par semaine de Bruxelles à Freetown. L’aéroport de Lunghi est situé sur une presqu’île et n’est accessible depuis Freetown que par bateau ou par hélicoptère. Le trajet terrestre vers la capitale prendrait quatre heures.

Monnaie en Sierra Leone

Les distributeurs automatiques de billets et les cartes de crédit sont peu répandus en Sierra Leone. A l’aéroport et dans les banques des grandes villes, les euros (uniquement les billets de 50 et 100 euros, pas les petites coupures) peuvent être échangés contre des livres sierra-léonaises. Le billet le plus élevé est de 10 000 livres. Cela correspond à un peu plus d’un euro.

Stapelweise Bargeld - auch in Sierra Leone / © Foto: Georg Berg
Des piles d’argent liquide – même en Sierra Leone / © Photo : Georg Berg

Téléphone / Internet en Sierra Leone

Pour le fait qu’il n’y ait pas autant de lignes fixes en Afrique, le réseau de téléphonie mobile est relativement bien développé. Les cartes SIM allemandes ne fonctionnent pas en Sierra Leone, car il n’y a pas d’accords d’itinérance. Les cartes SIM prépayées d’Airtel ou d’Africell sont relativement bon marché.

Mobilfunk ist in Sierra Leone weit verbreitet / © Foto: Georg Berg
La téléphonie mobile est très répandue en Sierra Leone / © Foto : Georg Berg

Il existe un très grand nombre de kiosques ou de commerçants volants qui rechargent des sommes d’argent en très peu de temps. (“Mobile, top it up”) Pour cela, il est préférable de préparer le numéro de téléphone de sa propre carte SIM sur un bout de papier.

Un volume de données pour l’Internet mobile peut être prélevé sur le montant prépayé en tapant *800#. 100 Mo coûtent environ 5 euros. Il est possible de téléphoner via Whatsapp ou d’autres services basés sur IP, et ce à un prix avantageux. Le WLAN est disponible dans certains hôtels.

Meilleure période pour se rendre en Sierra Leone

La Sierra Leone se situe juste au nord de l’équateur et le thermomètre descend rarement en dessous de 30°C, même la nuit. La saison des pluies commence en mai et dure jusqu’en octobre. Le climat est le plus agréable d’octobre à février, lorsque la température maximale ne dépasse guère 35°C.

Himmel über der Tiwai Insel. Die Regenzeit neigt sich dem Ende zu / © Foto: Georg Berg
Ciel au-dessus de l’île de Tiwai. La saison des pluies touche à sa fin / © Foto : Georg Berg

Pas de lions en Sierra Leone

Bien que le nom Sierra Leone suggère le contraire, il n’y a pas de lions dans tout le pays. On cherche également en vain en Sierra Leone d’autres animaux connus en Afrique, comme les girafes et les zèbres.

Giraffen gibt es in Sierra Leone nur als Souvenir / © Foto: Georg Berg
Les girafes ne sont présentes en Sierra Leone qu’en souvenir / © Foto : Georg Berg

Pourtant, la Sierra Leone possède une faune particulièrement riche en espèces. L’hippopotame pygmée, qui n’est originaire que de Sierra Leone, n’est pas très facile à observer – car il est inactif – et l’île de Tiwai abrite la plus grande zone de refuge pour primates d’Afrique.

Près de Freetown, les éco-touristes peuvent observer les chimpanzés dans une grande forêt où ils peuvent passer la nuit.

Bei Freetown werden Schimpansen wieder auf die Wildnis vorbereitet / © Foto: Georg Berg
Près de Freetown, les chimpanzés sont à nouveau préparés à la vie sauvage / © Photo : Georg Berg
Wildlife pur: Chimpansenmutter mit ihrem Baby / © Foto: Georg Berg
La vie sauvage à l’état pur : une mère chimpanzé et son bébé / © Photo : Georg Berg

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Ce voyage de recherche a été en partie soutenu par le Tourist Board Sierra Leone.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/sierra-leone-reiseziel