Collection Oskar Reinhart à Winterthur

Donne-moi un panier ! Le pique-nique est très tendance depuis Corona. Pourtant, l’idée du pique-nique dans la verdure n’est pas vraiment nouvelle. Le Dejeuner sur l’herbe était un motif populaire dans l’art français à l’époque des impressionnistes. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est l’idée d’inviter les visiteurs du musée dans le jardin de l’établissement avec un panier de pique-nique bien garni, en lien thématique avec les œuvres de la collection. Avec une couverture moelleuse, des coussins et un panier gourmand, on se choisit une petite place sous les vieux arbres fruitiers. On vient d’admirer les œuvres de Manet, Renoir ou d’un Picasso précoce, on laisse maintenant son regard errer sur la prairie de fleurs sauvages et on déballe son panier de pique-nique avec impatience. Cette idée est née dans la collection Oskar Reinhart bien avant Corona et se développe maintenant avec Corona pour devenir un véritable favori des visiteurs.

Bestens gewappnet für ein Picknick im Park. Angela Berg macht sich auf den Weg - den historischen Weg - auf dem Oskar Reinhart durch seinen Garten spazierte. Heute sind dort an drei Stellen Plätze unter alten Obstbäumen freigemäht / © Foto: Georg Berg
Parfaitement armé pour un pique-nique dans le parc. Angela Berg se met en route sur le chemin – le chemin historique – qu’Oskar Reinhart empruntait pour se promener dans son jardin. Aujourd’hui, des places y sont dégagées à trois endroits sous de vieux arbres fruitiers / © Photo : Georg Berg

L’art plutôt que les denrées coloniales

Le collectionneur d’art suisse Oskar Reinhart aimait prendre un café dans son jardin l’après-midi. Rien d’étonnant à cela : à la fin du 19e siècle, sa famille dominait temporairement 80 pour cent du commerce mondial du café grâce au commerce de marchandises coloniales. Plus tard, ils furent de grands acteurs du commerce du coton. C’est ainsi que le jeune Oskar Reinhart, âgé d’une vingtaine d’années, a pu se fixer comme objectif professionnel de devenir collectionneur d’art. Il ne put toutefois se retirer complètement de l’entreprise familiale qu’à l’âge de 39 ans. C’est ainsi qu’il acquiert en 1924 la villa Römerholz à Winterthour et en fait son domicile et le premier lieu de conservation de sa collection.

Die Portraits Anna und Johannes Cuspinian von Lukas Cranach d.Ä. in der Villa am Römerholz, erbaut 1915 im Stil einer Direktoren-Villa. Ausdrucksstark sind ebenfalls die Parkettarbeiten / © Foto: Georg Berg
Les portraits Anna et Johannes Cuspinian de Lukas Cranach l’Ancien dans la Villa am Römerholz, construite en 1915 dans le style d’une villa de directeur. Les parquets sont également très expressifs / © Photo : Georg Berg

Le trésor du Römerholz

Une fois arrivé dans cette villa située en hauteur à la périphérie de Winterthour, on a vite le sentiment, en parcourant les salles d’exposition, d’avoir découvert un véritable trésor. Tous les doutes qui s’étaient encore manifestés lors du voyage en train d’une demi-heure en provenance de Zurich se sont envolés. Cette excursion en vaut la peine ! En tant que collectionneur, Oskar Reinhart s’intéressait beaucoup aux impressionnistes. Il a acquis la plupart de ses œuvres dans les années 1920 et 1930. La densité des Renoir, Manet et Cezanne est élevée dans les salles magnifiquement lambrissées et dotées de parquets époustouflants. Il fut un temps, raconte la directrice adjointe du musée Katja Baumhoff, où l’on comptait un Renoir pour 1 000 habitants de Winterthur.

Der Galeriebau der Sammlung Oskar Reinhart. Hier treten alte Meister in den Dialog mit französischen Impressionisten. Die Hängung entspricht den Vorgaben ihres Sammlers / © Foto: Georg Berg
Le bâtiment de la galerie de la collection Oskar Reinhart. Ici, les maîtres anciens dialoguent avec les impressionnistes français. L’accrochage répond aux directives de son collectionneur / © Photo : Georg Berg

Mais Reinhart collectionnait aussi des maîtres anciens comme Cranach, Bassano et Goya. Il voyait dans leurs œuvres un lien avec la qualité picturale et esthétique des impressionnistes. Son ambition était de n’acquérir que les meilleurs chefs-d’œuvre accessibles à son époque. Sa formation commerciale de base l’a aidé à réaliser cet objectif ambitieux. Reinhart a rassemblé des groupes d’œuvres d’art européen qui comptent parmi les meilleurs au monde.

Katja Baumhoff, stellv. Leiterin der Sammlung Oskar Reinhart, erklärt, wie die Idee zu den Picknick-Körben entstanden ist / © Foto: Georg Berg
Katja Baumhoff, directrice adjointe de la collection Oskar Reinhart, explique comment est née l’idée des paniers pique-nique / © Photo : Georg Berg
Conversation pique-nique (3’03”) Angela Berg et Katja Baumhoff, directrice adjointe et collaboratrice scientifique de la collection Oskar Reinhart à Winterthour.

Donne-moi un panier ! Le pique-nique est à la mode

Avec un panier de pique-nique à la Claude Monet, garni de baguette, de fromage, de fruits de saison, de soupe froide aux concombres ainsi que de café et de pâtisseries, il fait bon s’installer sous le vieux pommier. Katja Baumhoff raconte que l’idée du pique-nique dans le parc n’a pas du tout été imaginée en raison des calamités de Corona. Elle convenait tout simplement à la maison : parce que le jardin était l’un des endroits préférés d’Oskar Reinhart, parce que la collection de tableaux impressionnistes illustre ce sentiment et parce que la villa avec son jardin doit également être considérée comme une œuvre d’art globale et que l’on voulait donc ouvrir davantage le jardin aux visiteurs.

Hier wartet ein echter Claude Monet! Ein Picknick Korb mit Baguette, Käse, einer kalten Gurkensuppe, Obst, Gebäck und Kaffee trägt den Namen des französischen Malers. Ganz im Sinne der französischen Kunst des Dejeuner de l’herbe geht es auch in der Villa am Römerholz raus ins Grüne / © Foto: Georg Berg
Un vrai Claude Monet vous attend ici ! Un panier de pique-nique contenant de la baguette, du fromage, une soupe froide au concombre, des fruits, des pâtisseries et du café porte le nom du peintre français. Dans l’esprit de l’art français du Déjeuner de l’herbe, la Villa am Römerholz se met aussi au vert / © Photo : Georg Berg

En tant que pique-niqueur, on peut s’approcher de l’art de manière culinaire à deux ou en groupe. Alors que Claude Monet, comme décrit, est typiquement français, le panier de pique-nique de Pieter Bruegel est beaucoup plus copieux avec des œufs durs, du lard, du salami et de la bière. Pablo Picasso apporte des olives, du gaspacho, du manchego et du chorizo, tandis que Pierre-Auguste Renoir a emporté un café classique avec un gâteau. Sur demande, les paniers peuvent être complétés par du vin ou du prosecco. Depuis le début de l’épidémie de Corona, la collection Oskar Reinhart a enregistré une augmentation de plus de 100 % des réservations de pique-niques, qui doivent être réservées par le visiteur au moins 24 heures avant l’arrangement dans le parc.

Social Distancing parmi les maîtres anciens

Dans les salles d’exposition de la collection Oskar Reinhart, on en est désormais au troisième concept de sécurité. Katja Baumhoff est heureuse qu’ils aient pu passer de la règle des deux mètres à celle des 1,50 mètre dans la maison. Malgré tout, pour certaines petites salles intermédiaires, cela signifie que le visiteur est seul avec les impressionnistes.

Mancher Raum der Sammlung Oskar Reinhart lässt nach dem Sicherheitskonzept aufgrund der Corona-Pandemie nur einen Besucher zu / © Foto: Georg Berg
Certaines salles de la collection Oskar Reinhart n’autorisent qu’un seul visiteur selon le concept de sécurité en raison de la pandémie de Corona / © Photo : Georg Berg

Restrictions de voyage également pour les œuvres d’art

Dans un premier temps, Oskar Reinhart a décrété que les œuvres d’art de sa collection ne devaient pas être prêtées à d’autres centres d’art. Mais plus de 50 ans après sa mort, la maison s’ouvre aux prêts. Toutefois, les expositions d’art prévues dans le monde entier sont actuellement reportées. L’art de valeur ne voyage jamais seul. Les lockdowns et les avertissements de voyage rendent presque impossible l’organisation de vastes expositions d’œuvres. Ainsi, la grande rétrospective consacrée à Goya à la Fondation Beyeler à Bâle a été reportée à octobre 2021 et, par conséquent, le voyage de la Nature morte aux trois tranches de saumon de Winterthur à Bâle.

Das Stilleben mit drei Lachsscheiben hat Francisco de Goya vor über 200 Jahren gemalt. Perspektive und Lichteffekte sind bemerkenswert / © Foto: Georg Berg
La Nature morte aux trois tranches de saumon a été peinte par Francisco de Goya il y a plus de 200 ans. La perspective et les effets de lumière sont remarquables / © Photo : Georg Berg

Au lieu de montrer les œuvres de Goya, la Fondation Beyeler à Bâle a prolongé jusqu’à fin septembre 2020 l’exposition extrêmement réussie des œuvres du peintre américain Edward Hopper. Là aussi, on peut observer des curiosités de Corona. Alors que l’art se présente, son observateur se masque.

Kuriose Situationen im Museum der Fondation Beyerler: Maskerade rund um Edward Hopper / © Foto: Georg Berg
Situations curieuses au musée de la Fondation Beyerler : mascarade autour d’Edward Hopper / © Photo : Georg Berg

Pour aller plus loin

La collection Oskar Reinhart dans la Villa am Römerholz
https://www.roemerholz.chDas Musée est facilement accessible en train depuis Zurich. Depuis la gare de Winterthur, des liaisons sont assurées par les bus publics ou la navette du musée. Le trajet à pied depuis la gare dure environ 20 minutes.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Les frais d’entrée et de pique-nique ne nous ont pas été facturés.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/sammlung-oskar-reinhart-winterthur