Renthof à Kassel – Histoire et esprit du temps

Le Renthof Kassel, fondé en 1298 comme couvent de carmélites, a survécu aux troubles de nombreux siècles. Il a servi d’école de cour, d’académie de chevalerie et brièvement d’université, puis de siège judiciaire et administratif. Son nom fait référence à la rente de l’époque, les redevances du système seigneurial. Le Renthof et l’Alte Brüderkirche (ancienne église des frères), qui fait partie du complexe de bâtiments, se trouvent à proximité de la Fulda et sont en quelque sorte la cellule germinale de l’ancienne Cassel. Ici et là, dans la ville qui porte de grandes cicatrices urbanistiques depuis la Seconde Guerre mondiale, des bâtiments historiques émergent encore des constructions fragiles d’après-guerre. On aperçoit de loin le clocher de l’ancienne église des frères, désacralisée il y a 15 ans déjà et ouverte depuis à des manifestations. En 2017, année de la Documenta, un bâtiment comme la ville n’en avait jamais vu auparavant ouvre ses portes aux voyageurs et aux habitants de Cassel.

Alte Brüderkirche und der zur Fulda gewandte Teil des Renthofs: Im Jahre 1298 als Karmeliter-Kloster erbaut. Bei der Renovierung sind viele bauliche Schätze gehoben worden / © Foto: Georg Berg
L’ancienne église des frères et la partie du Renthof tournée vers le fleuve Fulda : Construit en 1298 comme couvent de carmélites. Lors de la rénovation, de nombreux trésors architecturaux ont été mis au jour / © Photo : Georg Berg

En juin 2017, après trois ans de travaux, le Renthof Kassel ouvrira ses portes en tant qu’hôtel, restaurant et lieu d’événements. Il n’est plus question d’une ouverture en douceur avec un temps d’adaptation suffisant pour toute l’équipe, comme le souhaitait la directrice de l’hôtel Undine Bay dans le meilleur des cas. Dès le premier jour, l’équipe du Renthof doit faire face à de grands défis. Le président allemand Steinmeier et son homologue grec Pavlopoulos ont inauguré la Documenta 14 et étaient également invités au Renthof à cette occasion. Les mariages et les réunions déjà réservés pourront enfin avoir lieu.

Der Plan, die 800 Jahre alte Klosteranlage für die Öffentlichkeit zugänglich zu machen, geht auf / © Foto: Georg Berg
Le projet d’ouvrir au public le monastère vieux de 800 ans se concrétise / © Photo : Georg Berg

Le temps est au beau fixe, les invités de la Documenta ont conquis la ville et les habitants de Cassel sont curieux de découvrir leur nouveau « vieux » bâtiment. Les meilleures conditions sont réunies pour que la cour intérieure autrefois fermée, l’ancien cloître du monastère, devienne maintenant un lieu de rencontre apprécié et animé avec une cinquantaine de places assises.

Viele Geheimnisse wurden während der Renovierungszeit gelüftet / © Foto: Georg Berg
De nombreux secrets ont été dévoilés pendant la période de rénovation / © Photo : Georg Berg

Le nouveau Renthof Kassel en chiffres

L’hôtel propose 55 chambres. Parmi elles, des chambres doubles supérieures, des suites et une chambre familiale. Le restaurant compte une centaine de places assises. En été, la cour intérieure médiévale attire le public. Pour les réunions, les clients peuvent se retirer dans la bibliothèque, qui peut accueillir jusqu’à 20 personnes, et dans la salle de conférence, qui peut accueillir jusqu’à 100 personnes.

Die Bibliothek mit Lektüre zu den Documenta-Künstlern lässt kreatives Arbeiten für 20 Tagungsgäste zu. Im Anschluss kann dort auch gleich das Essen aus dem Renthof-Restaurant serviert werden / © Foto: Georg Berg
La bibliothèque avec des lectures sur les artistes de la Documenta permet à 20 participants de travailler de manière créative. Le repas du restaurant du Renthof peut ensuite y être servi / © Photo : Georg Berg

La Alte Brüderkirche permet de faire les choses en grand. Des banquets, des mariages et des réceptions peuvent y être organisés pour 300 invités. Il est toujours possible de profiter de l’ambiance dans la cour, au restaurant ou au bar pendant et après le travail ou la fête. Une réservation complète est même possible. Jusqu’à 600 personnes peuvent alors faire la fête dans l’enceinte du Renthof et jusqu’à 100 personnes peuvent y passer la nuit.

Bietet Platz für rund 300 Gäste, die Alte Brüderkirche hat seit dem Umbau einen direkten Zugang zum Hotel und dem schönen Innenhof. Miteigentümer Uwe Kleinkauf hält das Zusammenspiel von Hotel, Restaurant, Tagungsort und Event-Location für sehr erfolgversprechend / © Foto: Georg Berg
Offrant de la place pour environ 300 invités, l’Alte Brüderkirche a, depuis sa rénovation, un accès direct à l’hôtel et à la belle cour intérieure. Le copropriétaire Uwe Kleinkauf estime que l’interaction entre l’hôtel, le restaurant, le lieu de réunion et l’espace événementiel est très prometteuse / © Photo : Georg Berg

L’Alte Brüderkirche est le plus ancien bâtiment de Cassel. Et donc, le centre actuel avec le Fridericianum est accessible à pied en seulement 10 minutes. Une belle promenade le long de la Fulda jusqu’à l’Orangerie dans la Karlsaue dure un quart d’heure. Voilà pour les faits concernant le Renthof. Mais un lieu chargé d’histoire offre de nombreux thèmes et exige un regard en profondeur.

Blick in die Tiefe: Wer in das Restaurant oder an die Bar möchte, kommt durch die Lounge und gleich in Stimmung. Ein mutiger Stilmix von Farben, Möbeln und Fliesen immer mit dem Charme des alten Gesteins als Kontrast / © Foto: Georg Berg
Regard en profondeur : si l’on souhaite se rendre au restaurant ou au bar, on passe par le lounge et on est tout de suite dans l’ambiance. Un mélange audacieux de styles de couleurs, de meubles et de carrelages toujours avec le charme de la vieille pierre en contraste / © Photo : Georg Berg

La transformation en hôtel – chaque arc est un cadeau

Derrière ce projet d’hôtel inhabituel se trouvent le couple d’entrepreneurs Uwe Kleinkauf et Kirstin Homburg-Kleinkauf ainsi que Rainer Holzhauer. À Kassel, Rainer Holzhauer est connu comme restaurateur de la sixième génération. Holzhauer est en outre déjà locataire de la Alte Bruderkirche, qui fait partie de l’ensemble. Lorsqu’en 2014, le Renthof est mis en vente, il y voit l’opportunité d’utiliser la cour intérieure, jusqu’alors inaccessible, comme lieu d’événements. Le concept d’hôtel, de restaurant et de lieu de manifestation a alors vu le jour en collaboration avec le couple Kleinkauf. Parmi plusieurs candidats, le trio s’est imposé auprès de la ville de Kassel avec son concept.

Treppenhaus mit Charakter. Es gibt zwar einen Fahrstuhl, aber wer auf diesen nicht angewiesen ist, sollte sich das Vergnügen machen und durch original knarzenden Barock mit schicken 1970er Leuchten zu wandeln. Zudem ein Ort, an dem man sich gerne fotografieren lässt.: v.r.n.l. die Eigentümer Rainer Holzhauer, Kirstin Homburg-Kleinkauf und Uwe Kleinkauf zusammen mit Angela Berg / © Foto: Georg Berg
Une cage d’escalier de caractère. Il y a certes un ascenseur, mais ceux qui n’en ont pas besoin devraient s’offrir le plaisir de se promener dans un baroque original grinçant avec des luminaires chics des années 1970. De plus, c’est un endroit où l’on aime se faire photographier : de droite à gauche, les propriétaires Rainer Holzhauer, Kirstin Homburg-Kleinkauf et Uwe Kleinkauf avec Angela Berg / © Photo : Georg Berg

Kirstin Homburg-Kleinkauf, elle-même architecte, parle très sereinement de la phase de construction aventureuse. Au cours de la rénovation, elle a appris à considérer chaque arc de porte, chaque passage caché et chaque plafond en berceau comme un cadeau. Même si cela a signifié à chaque fois un retard dans la construction et une augmentation des coûts. Les maîtres d’ouvrage y voient aussi une chance de conférer plus d’individualité à la ferme. Quel hôtel possède déjà des toilettes médiévales dans sa cage d’escalier ou d’imposants arcs de mur en guise d’étagères à spiritueux ?

Pudelbar im Hotel Renthof, Kassel, Deutschland. Jeder Bogen ist ein Geschenk, sagt Mitinhaberin Kirstin Kleinkauf. Dieser Bogen, der den Eingangsbereich mit Bistro und Bar verbindet, ist ein besonderer Blickfang, an dem kein Gast achtlos vorbeigeht. Eine kleine Beobachtung am Rande: Beim Betreten der Bar interessieren sich die Männer mehr für die Statik des alten Steins, während die Frauen ihren Blick über die samtigen Sessel und funkelnden Lampen schweifen lassen / © Foto: Georg Berg
Chaque arche est un cadeau, explique la copropriétaire Kirstin Kleinkauf. Cette arche, qui relie l’entrée au bistrot et au bar, attire particulièrement l’attention et aucun client ne passe devant sans y prêter attention. Une petite observation en passant : en entrant dans le bar, les hommes s’intéressent davantage à la statique de la vieille pierre, tandis que les femmes laissent leur regard errer sur les fauteuils veloutés et les lampes étincelantes / © Photo : Georg Berg

Une inclinaison provocante

Le charme des vieux murs se dégage dès la cage d’escalier et les couloirs. Ce que les artisans ont d’abord maudit, selon Kirstin Kleinkauf, devient ensuite leur fierté. Les angles droits sont l’exception. Ici, tout est de travers et tordu. Le sur-mesure, plutôt que la production de masse, est de rigueur. La cage d’escalier de style baroque tardif, vieille de 300 ans, a été délibérément conservée dans son inclinaison. Elle grince gentiment et l’on peut s’arrêter sur les talons pour observer les strates de la façade des siècles passés. Petits aperçus de l’époque des grands chantiers, dont chaque étape a également été coordonnée avec les autorités en charge des monuments historiques.

Schicht für Schicht – 300 Jahre Außenfassade auf wenigen Quadratzentimetern / © Foto: Georg Berg
Couche après couche – 300 ans de façade extérieure sur quelques centimètres carrés / © Photo : Georg Berg

Hospitalité et service

« Le Renthof Kassel est un établissement privé où l’hospitalité et le service s’écrivent en lettres capitales dans une atmosphère décontractée. Nous renonçons délibérément à une classification par étoiles », explique la directrice de l’hôtel Bay. Il n’y a ni minibar, ni porte-bagages, ni peignoir. En revanche, des chambres très individuelles.

Suite mit Charme: Alt trifft auf Neu und Samt auf Stein. Der Holzboden ist im ganzen Haus aus hessischer Eiche neu verlegt und auf alt geölt / © Foto: Georg Berg
Suite de charme : l’ancien rencontre le nouveau et le velours la pierre. Dans toute la maison, le parquet en chêne de Hesse a été refait et huilé à l’ancienne / © Photo : Georg Berg

Chaque pièce est marquée par des trouvailles qui sont apparues lors de la rénovation. Ainsi, des murs entiers de chambres sont laissés en pierre brute. Dans les suites en duplex, on rencontre des tracés de poutres aventureux. C’est surtout dans la charpente des duplex que sont créés de petits espaces de retraite avec des coins salon confortables et une vue sur l’ancienne église des frères.

Das alte Gebälk ist in erstaunlich gutem Zustand. Den Atem haben die Bauherren nur angehalten, als im Südflügel sichtbar wurde, dass die Balken der ersten Etage nicht mehr in der Wand lagen und nur noch mit Lehm und Spucke hielten / © Foto: Georg Berg
L’ancienne charpente est étonnamment en bon état. Les maîtres d’ouvrage n’ont retenu leur souffle que lorsqu’il est apparu dans l’aile sud que les poutres du premier étage n’étaient plus dans le mur et ne tenaient plus qu’avec de la glaise et des crachats / © Photo : Georg Berg
Die Gänge zu den Zimmern sind schief und charmant. Die Wände tragen wahlweise ausgefallene Tapeten, Lehmputz mit umweltfreundlichen Wandfarben auf Basis von Kartoffelstärke oder altes Klostergestein / © Foto: Georg Berg
Les couloirs menant aux chambres sont inclinés et charmants. Les murs portent au choix des papiers peints insolites, des enduits d’argile avec des peintures murales écologiques à base de fécule de pomme de terre ou des vieilles pierres de monastère / © Photo : Georg Berg
Kleine, aber feine Maisonette-Suite mit allem was der Renthof zu bieten hat: edle Tapeten, altes Gebälk, roher Stein, und aus dem Bad der Blick auf die Alte Brüderkirche / © Foto: Georg Berg
Suite en duplex, petite mais raffinée, avec tout ce que le Renthof a à offrir : tapisseries nobles, vieilles poutres, pierre brute, et depuis la salle de bain, la vue sur la Alte Brüderkirche / © Photo : Georg Berg
Einzelzimmer für moderne Pilger. Die Tapeten der Firma Rasch haben Kirstin Kleinkauf und Rainer Holzhauer bei ihren Einkaufstouren durch Europa entdeckt. Im ganzen Haus finden sich die ausdrucksstarken Wandtapeten / © Foto: Georg Berg
Des chambres individuelles pour les pèlerins modernes. Kirstin Kleinkauf et Rainer Holzhauer ont découvert les papiers peints de l’entreprise Rasch lors de leurs tournées d’achat en Europe. On retrouve ces papiers peints muraux expressifs dans toute la maison / © Photo : Georg Berg
Schlicht und schön ein Doppelzimmer mit vielen Naturmaterialien. Im Zentrum das Premiumbett von Coco-Mat für maximal entspannten Schlaf / © Foto: Georg Berg
Simple et belle, une chambre double avec beaucoup de matériaux naturels. Au centre, le lit premium de Coco-Mat pour un maximum de détente / © Photo : Georg Berg
Suite mit Möbeln aus Schweden – und nicht was Sie jetzt denken – im ganzen Haus finden sich Sitzgelegenheiten der Traditionsfirma Gärsnäs / © Foto: Georg Berg
Suite avec des meubles de Suède – et pas ce que vous pensez maintenant – dans toute la maison, on trouve des sièges de l’entreprise traditionnelle Gärsnäs / © Photo : Georg Berg
Bäder aus Marmor oder Stein. Im alten Stil mit neuem Komfort / © Foto: Georg Berg
Salles de bains en marbre ou en pierre. Dans l’ancien style avec un nouveau confort / © Photo : Georg Berg
Bad-Komfort von Vorgestern: Das mittelalterliche Plumpsklo im Treppenhaus / © Foto: Georg Berg
Le confort des salles de bains d’avant-hier : les toilettes médiévales dans la cage d’escalier / © photo : Georg Berg

Le cœur de la maison : le bar et le restaurant

Der Pudel markiert sein Revier. Die Bar im Renthof liegt zentral zwischen Lounge und Restaurant und beeindruckt durch Mauerbögen und imposante Deckenhöhe / © Foto: Georg Berg
Le caniche marque son territoire. Le bar du Renthof est situé au centre, entre le salon et le restaurant, et impressionne par ses arcs de mur et son imposante hauteur sous plafond / © photo : Georg Berg

Des trouvailles à la force symbolique

Celui qui se sent bien comme un poulain n’a pas à se plaindre, dit-on. Le caniche est devenu un symbole et une mascotte pour le Renthof. Ce chien est également la première pièce que Rainer Holzhauer et Kirstin Kleinkauf ont acquise pour l’aménagement intérieur. Le caniche devient la star du comptoir du bar du même nom. Mais celui-ci est également dominé par les deux arcs de mur, dans lesquels les spiritueux et l’équipement de bar sont désormais mis en scène de manière imposante.

Anziehungspunkt am Abend: die Pudelbar. Mindestens so erwähnenswert wie der Pudel, ist auch die Thekenverkleidung. Sie besteht aus dem verrosteten Blech einer alten Scheune, die Rainer Holzhauer bei einem Ausritt zu Pferd entdeckt hat / © Foto: Georg Berg
Point d’attraction le soir : le Pudelbar. L’habillage du comptoir est au moins aussi remarquable que le caniche. Il est constitué de la tôle rouillée d’une vieille grange que Rainer Holzhauer a découverte lors d’une promenade à cheval / © Photo : Georg Berg

Mais le quadrupède ne se laisse pas faire. Il est désormais le premier grand amour canin du restaurateur Holzhauer et il est donc également représenté sur la porcelaine du restaurant. D’autres caniches devraient suivre. Kirstin Kleinkauf révèle au cours de l’entretien qu’une bibliothèque de caniches a pu être évitée de justesse.

Pudel mit Goldrand auf dem Restaurantgeschirr. Leuchtend gelb in der Mitte ein wunderbares Sommergericht: Burrata mit Mango-Minz-Salat. Effektvoll gewürzt mit Olivenöl, crunchigem Meersalz und weißem Pfeffer / © Foto: Georg Berg
Caniches aux bords dorés sur la vaisselle du restaurant. Au milieu, un magnifique plat d’été jaune vif : de la burrata avec une salade de mangue et de menthe. Assaisonnée avec effet d’huile d’olive, de sel marin croustillant et de poivre blanc / © Photo : Georg Berg

Maison ouverte – Cuisine ouverte

Elle est l’accroche-regard de la pièce, la cuisine ouverte du restaurant Renthof. Des carreaux turquoise, un revêtement en laiton brillant et une façade vitrée arrondie donnant sur le restaurant. La cuisine ouverte rappelle le célèbre tableau d’Edward Hopper Nachtschwärmer.

Chefkoch Philipp Hühner und sein Team haben die Gäste im Blick und umgekehrt / © Foto: Georg Berg
Le chef Philipp Hühner et son équipe ont les yeux rivés sur les clients et vice versa / © Photo : Georg Berg

Le restaurateur Rainer Holzhauer est d’accord avec son chef cuisinier Philipp Hühner. « Nous proposons au Renthof une cuisine qui mise sur le régional et la fraîcheur ». Holzhauer est cuisinier de formation. Après sa formation, il a également découvert le travail dans les brigades de la haute gastronomie française. « Nous ne voulons pas nous soumettre à ce dogme, dit-il. Nous accordons de l’importance aux produits frais, travaillons autant que possible avec des produits bio et des fournisseurs que nous connaissons. Nous sommes ouverts et souhaitons nous adresser à des clients de 18 à 80 ans ».

In der Mitte des Restaurants steht ein „Table Commune“ mit 20 Sitzplätzen. Er bleibt in der Regel frei für Gäste ohne Reservierung. Eine schöne Gelegenheit mit fremden Menschen ins Gespräch zu kommen. Schon der Raum mit seiner Architektur und dem Blick in die Küche bietet genügend Gesprächsansätze! / © Foto: Georg Berg
Au milieu du restaurant se trouve une « Table Commune » de 20 places assises. Elle reste généralement libre pour les clients sans réservation. C’est une belle occasion d’engager la conversation avec des inconnus. La salle, avec son architecture et la vue sur la cuisine, offre déjà suffisamment de sujets de conversation ! / © Photo : Georg Berg
Gutes Gespann in turbulenten Zeiten. Chefkoch Philipp Hühner (r.) und sein Sous-Chef Till Retting (l.) haben während der Documenta-Tage extrem viel zu tun / © Foto: Georg Berg
Un bon tandem en période de turbulences. Le chef Philipp Hühner (à droite) et son sous-chef Till Retting (à gauche) sont extrêmement occupés pendant les journées de la Documenta / © Photo : Georg Berg

Dîner sur de longues tables – le menu Fo(u)r Friends

Depuis les quelques semaines que la Renthof Kassel tourne à plein régime, une offre s’est déjà distinguée comme la favorite des clients. Le menu pour amis peut être commandé à partir de quatre personnes et partagé entre elles. La cuisine compose alors un menu avec de nombreux légumes d’accompagnement, de la viande et aussi du poisson. Le repas se présente dans des pots et des bols. Il est posé sur la table et partagé entre les convives.

Ideal für größere Gruppen. Das Menü „For Friends“ wird auf den Tisch gestellt und die Gäste bedienen sich selbst / © Foto: Georg Berg
Idéal pour les grands groupes. Le menu For Friends est posé sur la table et les invités se servent eux-mêmes / © Photo : Georg Berg

Philipp Hühner constate que le menu For Friends est idéal pour les invités et l’équipe de cuisine, surtout en période de Documenta. Les grands groupes ayant un créneau horaire serré peuvent se détendre et la cuisine peut livrer plus rapidement. Du poisson, de la viande et des plats végétariens sont servis avec six accompagnements. Parmi celles-ci, des patates douces croustillantes, des brocolis et des carottes à la vanille. Sur demande, un menu avec soupe et dessert est également disponible.

Tolle Stimmung und zufriedene Gäste. An den langen Tischen im historischen Innenhof fühlt man sich wie in einer italienischen Altstadt / © Foto: Georg Berg
Une excellente ambiance et des clients satisfaits. Sur les longues tables de la cour intérieure historique, on se sent comme dans une vieille ville italienne / © Photo : Georg Berg
Schon ab vier Personen lässt sich das Menü Fo(u)r Friends bestellen und teilen! / © Foto: Georg Berg
Dès quatre personnes, le menu Fo(u)r Friends peut être commandé et partagé ! / © Photo : Georg Berg

Le chef Hühner est très satisfait du déroulement des premières semaines. Son équipe s’est mise au diapason de la Documenta. Pour la période qui suivra l’exposition d’art, il y aura une nouvelle carte des menus avec les premières notes automnales. Il ne regrette pas du tout d’avoir fait le pas de revenir à Kassel. Il était clair pour lui que quelque chose de similaire au Renthof ne serait pas ouvert une deuxième fois à Kassel.

Glückliche Köche trotz Documenta-Dauereinsatz. Mit fünf Köchen wird an sieben Tagen in der Woche im Restaurant Renthof Mittagstisch und Abendessen angeboten. Da hört der Topf nie auf zu brodeln! / © Foto: Georg Berg
Des cuisiniers heureux malgré un travail permanent à la Documenta. Avec cinq cuisiniers, le restaurant Renthof propose des repas de midi et du soir sept jours par semaine. La marmite ne s’arrête jamais de bouillir ! / © Photo : Georg Berg

La directrice de l’hôtel Undine Bay et le trio de propriétaires Kleinkauf et Holzhauer sont confiants dans l’avenir après ce lancement réussi. « Le projet, qui a demandé beaucoup de temps et d’énergie pendant les trois ans de la phase de transformation, doit maintenant se dérouler sans nous, déclare Uwe Kleinkauf, avant d’ajouter : « Mais nous sommes aussi très heureux d’être ici ».

Die Verantwortlichen für das unkonventionelle Gesamtwerk Renthof, in dem der Gast nicht weniger als den Zustand des Pudelwohlfühlens erreichen soll, sind auf dem Kamin in Stein gemeißelt: Kirstin, Uwe und Rainer / © Foto: Georg Berg
Les responsables de l’œuvre globale non conventionnelle qu’est la Renthof, dans laquelle l’hôte ne doit pas moins atteindre l’état de bien-être du caniche, sont gravés dans la pierre sur la cheminée : Kirstin, Uwe et Rainer / © Photo : Georg Berg

Cliquez ici pour accéder au reportage détaillé sur la Documenta 14 à Kassel.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Les frais de demi-pension n’ont pas été facturés par l’hôtel

Thèmes de voyage sur Tellerrand-Stories

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s'abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/renthof-in-kassel