Hôtel Nippondaira à Shizuoka

Pünktlich bis zur letzten Abfahrt des Shinkansen. Die Reisenden haben sich seit Tagen auf die Ankunft eines starken Taifuns eingestellt / © Foto: Georg Berg
Ponctuel jusqu’au dernier départ du Shinkansen. Les voyageurs se sont préparés depuis des jours à l’arrivée d’un puissant typhon / © Photo : Georg Berg

En même temps que le typhon numéro 15, nous approchons de la ville de Shizuoka. C’est le dernier Shinkansen, le célèbre train rapide japonais, qui arrive ce soir-là dans la ville en provenance de l’aéroport de Narita, avant que les horaires ne soient suspendus. Une forte pluie, signe avant-coureur du typhon, rend la montée dans le taxi plutôt inconfortable.

Pfeilschnell durch die Nacht. Shinkansen heißen Japans Schnellzüge, die überaus verlässlich, bestens organisiert und dicht getaktet das Land durchkreuzen. Von Tokio erreicht man Shizuoka in nur 60 Minuten / © Foto: Georg Berg
A la vitesse d’une flèche dans la nuit. Les Shinkansen, c’est le nom des trains rapides japonais qui sillonnent le pays de manière extrêmement fiable, parfaitement organisée et très cadencée. Depuis Tokyo, on atteint Shizuoka en seulement 60 minutes / © Photo : Georg Berg

Il fait nuit noire, la voiture serpente sur des routes sinueuses, on ne voit pas grand-chose d’autre à travers les vitres. Peu importe, après un long vol de Düsseldorf à Tokyo et une course palpitante entre le Shinkansen et le typhon, nous sommes heureux d’arriver à notre premier logement pour la nuit. Le lendemain matin, nous sommes accueillis comme on ne pourrait pas l’être au Japon. À travers une immense baie vitrée, le regard embrasse la baie de Suruga avec la ville de Shizuoka et s’arrête, on n’en croit pas ses yeux, sur le mont Fuji. Le symbole du Japon, la montagne sacrée, la beauté timide, comme les Japonais l’appellent aussi parce qu’elle aime se couvrir de nuages, se montre presque à découvert après la nuit orageuse du typhon.

Zu einem Hotelzimmer der gehobenen Kategorie gehört im Nippondaira auch ein Fernglas / © Foto: Georg Berg
Une chambre d’hôtel de catégorie supérieure comprend également des jumelles au Nippondaira / © Photo : Georg Berg
Das Nippondaira Hotel hat eine exponierte Lage oberhalb der Suruga Bucht. Fast alle Zimmer, Event-Räume und das Restaurant sind zum symbolträchtigen Mount Fuji ausgerichtet / © Foto: Georg Berg
L’hôtel Nippondaira jouit d’une situation exposée au-dessus de la baie de Suruga. Presque toutes les chambres, les salles d’événements et le restaurant sont orientés vers l’emblématique Mont Fuji / © Photo : Georg Berg

Nippondaira – un parfait prélude à un voyage au Japon

L’hôtel existe depuis plus de 50 ans déjà et surplombe la baie de Suruga. Avec une vue comme dans un tableau, le restaurant de l’hôtel The Terrace est un endroit où l’on aimerait passer toute la journée. La vue sur le Mont Fuji varie presque d’heure en heure. Parfois, seule la pointe du cratère est visible, parfois il se montre dans son intégralité. Le parc de plus de six hectares avec son jardin de rocaille offre une vue plongeante sur la ville de Shizuoka, dans la préfecture du même nom. Cette préfecture ne fait pas partie des destinations habituelles et est peu connue. Pourtant, Shizuoka a beaucoup à offrir aux amoureux de la nature et de la gastronomie et est accessible en 60 minutes par le Shinkansen en provenance de Tokyo.

Das All-Day-Dining Hotelrestaurant The Terrace bietet schon zum Frühstück einen fantastischen Ausblick auf den neuen Tag / © Foto: Georg Berg
Le restaurant All Day Dining de l’hôtel The Terrace offre dès le petit-déjeuner une vue fantastique sur la nouvelle journée / © Photo : Georg Berg

All Day Dining au The Terrace Nippondaira

Les hôtes du Nippondaira peuvent choisir de prendre leur petit-déjeuner à la japonaise, avec de la soupe miso, beaucoup de poisson, une salade d’algues ou des dumplings. Mais il est également possible de commencer la journée à l’occidentale avec des céréales, des fruits et des œufs brouillés. Le chef Yutaka Yoshizawa propose aux clients beaucoup de poissons et de fruits de mer de la baie de Suruga. Le bœuf Wagyu local figure au menu, tout comme le thon fraîchement pêché.

Ein saftig-zartes Wagyu-Stück vom Küchenchef Yutaka Yoshizawa persönlich angerichtet / © Foto: Georg Berg
Une pièce de wagyu juteuse et tendre préparée par le chef Yutaka Yoshizawa en personne / © Photo : Georg Berg

Un site culturel important – le sanctuaire Kunozan Toshogu

Depuis l’hôtel Nippondaira, on rejoint à pied l’ancien téléphérique, le Nihondaira Ropeway, qui relie le mont Nihondaira et le mont Kunozan. Le trajet dans la petite cabine fait déjà partie de la curiosité. En descendant la vallée escarpée, une employée du musée parle en japonais de cet important site culturel. Malheureusement, il n’y a pas de traduction en anglais. Mais le rythme de sa voix, un chant qui s’écoule avec finesse, est déjà un compagnon d’ambiance à travers les collines verdoyantes avec vue sur la baie de Suruga, vers l’un des sites culturels les plus importants des Japonais, le sanctuaire Kunozan Toshogu.

Die Nihondaira Ropeway, die den Berg Nihondaira und den Mount Kunozan miteinander verbindet / © Foto: Georg Berg
La chaussée roulante Nihondaira, qui relie le mont Nihondaira et le mont Kunozan / © Photo : Georg Berg

Ouvrir la parenthèse historique : Shizuoka et le premier shogun

Le sanctuaire Toshogu était le lieu de repos du premier shogun. Il s’appelait Tokugawa Ieyasu et vécut de 1543 à 1616. Il unifia le Japon après une longue période de guerres civiles et ouvrit une longue période de paix. Après avoir passé la dernière décennie de sa vie dans un château voisin, Ieyasu désigne le mont Kunozan pour y construire son mausolée. Parmi les nombreux sanctuaires Toshogu dédiés à Ieyasu à travers le Japon, celui de Shizuoka est le deuxième plus important après celui de Nikko, où son corps a été transféré plus tard sur ordre de son petit-fils. Mais on dit que son âme serait restée en ce lieu. Autrefois, on ne pouvait accéder au sanctuaire Toshogu sur le mont Kunozan qu’à pied, en gravissant plus de 1 000 marches de pierre.

Der Toshogu Schrein samt seiner Nebengebäude sind prächtig verziert und mit japanischem Lack dekoriert. Vor dem Eingang des Hauptgebäudes stehen gestapelte und sehr dekorative Sake-Fässer. Sie sind eine Opfergabe für Tokugawa Ieyasu / © Foto: Georg Berg
Le sanctuaire Toshogu ainsi que ses annexes sont magnifiquement décorés et ornés de laque japonaise. Devant l’entrée du bâtiment principal se trouvent des tonneaux de saké empilés et très décoratifs. Ils constituent une offrande à Tokugawa Ieyasu / © Photo : Georg Berg
Kunozan Toshogu Shrine in Shizuoka, Japan. Die feuerfesten Metalldächer der Gebäude sind reich verziert / © Foto: Georg Berg
Sanctuaire Kunozan Toshogu à Shizuoka, Japon. Les toits métalliques ignifugés des bâtiments sont richement décorés / © photo : Georg Berg

Le shogunat au Japon – paix et isolement

Lors d’une visite guidée du site historiquement important du sanctuaire Toshogu, on apprend beaucoup sur l’histoire du Japon et le début de la période Edo, fondée par Tokugawa Ieyasu, le premier shogun. En 1600, il remporta la bataille décisive qui fit de lui l’autocrate. En 1603, Ieyasu reçut le titre de shogun. Cette année est également considérée comme le début de l’époque d’Edo. Tokugawa Ieyasu transféra le siège de la capitale de Kyoto à Edo, l’actuelle Tokyo. Son objectif était de consolider et de stabiliser le pays. Voyant que cela était menacé par des influences extérieures, il décida d’isoler complètement le pays.

Tokugawa Ieyasu wird heute an vielen Orten in Japan wie eine Gottheit verehrt / © Foto: Georg Berg
Tokugawa Ieyasu est aujourd’hui vénéré comme une divinité dans de nombreux endroits du Japon / © Photo : Georg Berg

De 1603 à 1867, très peu d’étrangers ont été autorisés à vivre et à faire du commerce au Japon. Le sakoku, comme on l’appelle au Japon pendant la période d’isolement, a apporté au pays de nombreuses années de paix. Mais le Sakoku a également eu pour conséquence que le pays a pris du retard en matière de progrès technique et de développement économique. Tokugawa Ieyasu est mort en 1616 dans l’actuelle ville de Shizuoka. Son mérite, l’unification du pays et la fin des luttes entre différents généraux, a profondément changé le pays et a fait de lui l’un des shoguns les plus connus de l’histoire du Japon.

Tokugawa Ieyasu wird heute an vielen Orten in Japan wie eine Gottheit verehrt. Auf Mount Kunozan wurde auf seinen Wunsch hin sein Mausoleum gebaut. Die sterblichen Überreste sind später nach Nikko gebracht worden / © Foto: Georg Berg
Tokugawa Ieyasu est aujourd’hui vénéré comme une divinité dans de nombreux endroits du Japon. Son mausolée a été construit sur le mont Kunozan à sa demande. Sa dépouille a ensuite été transférée à Nikko / © Photo : Georg Berg

Shizuoka – patrie du premier et du dernier shogun

Tokugawa Ieyasu ne vit évidemment pas l’ouverture du pays en 1867. Le shogunat Tokugawa qu’il a fondé a finalement duré plus de 250 ans. L’ouverture du Japon a également signifié la fin du shogunat Tokugawa. Et c’est ainsi que la boucle de l’ère shogunale se referme à Shizuoka. Le 15e et dernier shogun Tokugawa Yoshinobu, après avoir été chassé du pouvoir et emprisonné pendant un an, s’est installé dans une ancienne maison d’officiers au cœur de la ville de Shizuoka. Il y vécut plus de 20 ans et s’adonna, selon la légende, à ses hobbies, la chasse et la photographie, et plus tard à l’utilisation de moyens de transport modernes comme la voiture et le vélo. Son vélo se trouve encore aujourd’hui au restaurant Fugetsuro. Le jardin de Fugetsuro est particulièrement intéressant et constitue un lieu de prédilection pour les photos de mariage. Un pont enjambe un petit lac et permet aux visiteurs d’accéder au restaurant.

Ein Lunch im Fugetsuro / © Foto: Georg Berg
Un déjeuner au Fugetsuro / © Photo : Georg Berg

Le repas préféré du dernier shogun au Fugetsuro

Fugetsuro est une petite oasis historique, très cachée derrière les hautes maisons d’une rue très fréquentée de la ville de Shizuoka. La demeure du dernier shogun a été détruite trois fois par le feu et reconstruite à chaque fois sur place. Un repas dans l’une des salles à manger du restaurant permet aux clients de contempler le lac, sur lequel le dernier shogun aimait également se promener en bateau. Cette parenthèse historique entre le premier et le dernier shogun fait de la préfecture de Shizuoka, outre ses nombreuses attractions paysagères et culinaires, un hotspot historique pour découvrir le Japon traditionnel et son histoire.

Das Service-Team im Fugetsuro in traditioneller Kleidung. Das Haus des letzten Shoguns in Shizuoka City, ist heute das Restaurant und Gästehaus Fugetsuro. In den ehemaligen Wohnstätte des letzten Shoguns Tokugawa Yoshinobu kann man einen Tisch reservieren und bekommt auch einige seiner Lieblingsspeisen, wie schwarze Bohnen, Eierspeisen, Reis mit Bonitoflocken und Fisch serviert / © Foto: Georg Berg
L’équipe de service du Fugetsuro en tenue traditionnelle. La maison du dernier shogun dans la ville de Shizuoka, est aujourd’hui le restaurant et la maison d’hôtes Fugetsuro. Dans l’ancienne demeure du dernier shogun Tokugawa Yoshinobu, il est possible de réserver une table et de se voir servir quelques-uns de ses plats préférés, comme des haricots noirs, des plats aux œufs, du riz aux flocons de bonite et du poisson / © Photo : Georg Berg
Lunch im Fugetsuro mit den Lieblingsspeisen des letzten Shoguns: Eier, schwarze Bohnen und Reis mit Bonitoflocken / © Foto: Georg Berg
Déjeuner au Fugetsuro avec les plats préférés du dernier shogun : œufs, haricots noirs et riz aux flocons de bonite / © Photo : Georg Berg

Conseils de voyage Préfecture de Shizuoka
Une région du Japon qui semble assez peu connue des visiteurs européens, mais qui a énormément à offrir. Ainsi, Shizuoka est aussi la ville du thé vert. Dans les nombreuses plantations de thé, les touristes peuvent déterminer eux-mêmes l’intensité de leur visite dans les champs de thé autour de la ville de Shizuoka. Cliquez ici pour lire le reportage sur le thé vert – l’élixir de vie des Japonais.

Histoire et tradition
Visite d’un « trésor national », le Kunozan Tushogu Shrine.

Shizuoka culinaire
La préfecture de Shizuoka propose de nombreuses expériences culinaires. Par exemple, un repas dans la maison du dernier shogun, Fugetsuro. Autres expériences alimentaires à Shizuoka.

Visite d’une manufacture de sauce soja. Cliquez ici pour lire le reportage sur le shoyu – le condiment des Japonais.

La montagne la plus célèbre du Japon, le Mont Fuji, est toujours visible dans cet hôtel : L’hôtel Nippondaira

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Le séjour à la préfecture a été en partie soutenu par l’office du tourisme de Shizuoka.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s'abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/nippondaira-hotel-in-shizuoka
Optimized by Optimole