Art et luxe en Pologne

Blow Up Hall 5050 – un hôtel comme œuvre d’art interactive

Une visite de la ville polonaise de Poznan, située à seulement 270 kilomètres de Berlin par l’autoroute, vaut la peine à bien des égards : la belle vieille ville de Poznan rappelle Cracovie. Sauf qu’ici, tout est plus petit et beaucoup plus tranquille que dans le hotspot touristique de la Vistule. La nourriture typique et savoureuse que l’on trouve dans de nombreux restaurants, accompagnée d’une bière bien brassée, est également comparable à celle de Cracovie. Mais c’est à Poznan que l’on trouve l’hôtel le plus insolite de Pologne. Il s’appelle Blow Up Hall 5050 et offre plus que ce que l’on attend d’un hôtel-boutique cinq étoiles. C’est une œuvre d’art interactive avec 22 chambres luxueuses, un bar et un excellent restaurant. Blow Up Hall 5050 est situé dans le centre de Poznan et fait partie de Stary Browar, un complexe commercial et culturel primé derrière des murs industriels restaurés à grands frais. L’hôtel offre une combinaison de luxe, de technologie innovante et d’expérience artistique personnelle. Les hôtes ne font pas seulement l’expérience de l’art, ils participent également à sa création.

Die Hotelgäste werden Teil eines Kunst-Experiments. Angela Berg pixelt sich im Hotel Blow up 5050 in einer Installation von Rafael Lozano-Hemmer / © Foto: Georg Berg
Les clients de l’hôtel deviennent partie prenante d’une expérience artistique. Angela Berg se pixellise à l’hôtel Blow up 5050 dans une installation de Rafael Lozano-Hemmer / © Photo : Georg Berg

Un film culte pour donner son nom à l’hôtel

L’inspiration pour le nom de l’hôtel vient d’un film culte italo-britannique. Michelangelo Antonioni a tourné Blowup en 1966, qui est également le nom du projet autour duquel a été conçu Blow Up Hall 5050 – une installation électronique de l’artiste mexico-canadien Rafael Lozano-Hemmer, qui a exposé ses œuvres notamment à la Tate Modern de Londres et à la Biennale de Venise. Le chiffre 5050 représente ici au moins 50 pour cent de plaisir artistique que le client peut vivre en plus des commodités habituelles de cet hôtel.

Différent des autres : pas de clé, pas de réception

Au lieu d’une clé, les clients reçoivent un iPhone avec lequel ils doivent trouver et ouvrir la porte de leur chambre d’hôtel. Les chambres et les suites de l’hôtel ne portent pas de numéro. La vie privée des clients est ainsi préservée. Le téléphone portable comme clé de chambre et substitut du concierge est déjà utilisé depuis l’ouverture de l’hôtel en 2008.

Ein iPhone als Zimmerschlüssel, Nummern an den Türen gibt es nicht und auch keine Rezeption / © Foto: Georg Berg
Un iPhone comme clé de chambre, il n’y a pas de numéros sur les portes ni de réception / © Photo : Georg Berg

Ce qui est encore inhabituel aujourd’hui, 10 ans plus tard, était à l’époque vraiment innovant et courageux. Dès son ouverture, l’hôtel a accueilli des participants au sommet mondial sur le climat. Cependant, les clients de l’hôtel, parmi lesquels l’ancien vice-président américain Al Gore, n’étaient pas d’humeur à se lancer dans une recherche interactive de leur chambre. Depuis, il y a au moins un petit pupitre directement dans l’imposant hall d’entrée. Et il ne faut pas longtemps pour qu’un concierge sympathique arrive au coin de la rue et vous communique votre iPhone ainsi que quelques coordonnées pour la recherche de chambre.

L’art du hall à chaque chambre d’hôtel

La vaste collection d’art fait de Blow Up Hall 5050 un lieu unique. À l’intérieur, des photographies grand format de Vanessa Beecroft, des photos de l’installation de Spencer Tunickà San Sebastian, des installations de Piotr Uklańskis et une sculpture de Sylwester Ambroziak sont exposées. Des photographies de Jadwiga Sawicka, Maurycy Gomulicki, Mariko Mori et des images de l’intérieur des Archives nationales de Paris par Patrick Tournebouf sont également exposées. L’installation de feux follets de Sebastian Hempel dans le hall de l’hôtel se compose de deux lampes fluorescentes qui, chaque jour, éclairent en tournant les salles du Blow Up Hall 5050.

Der erste Blick, wenn man Blow Up Hall 5050 betritt, ist überaus beeindruckend. Man ist instinktiv versucht dem Roten Teppich zu folgen. Dieser führt vorbei an zeitgenössischer Kunst, darunter Skulpturen und Fotografien, in die ebenfalls gigantische Bar des Hotels und nicht zu den Zimmern / © Foto: Georg Berg
Le premier regard que l’on porte sur Blow Up Hall 5050 est extrêmement impressionnant. On est instinctivement tenté de suivre le tapis rouge. Celui-ci passe devant des œuvres d’art contemporain, dont des sculptures et des photographies, et mène au bar de l’hôtel, lui aussi gigantesque, et non aux chambres / © Photo : Georg Berg
Schöne bunte Spirituosen-Welt. Die Bar des Hotels bietet eine umfangreiche Cocktail-Karte / © Foto: Georg Berg
Un bel univers coloré de spiritueux. Le bar de l’hôtel propose une vaste carte de cocktails / © photo : Georg Berg

Le bar de l’hôtel Blow Up Hall 5050

L’hôtel situé au centre de Poznan possède également un bar unique en son genre. Pour accéder à ce bar, il faut monter le tapis rouge à hauteur de l’ancien grenier à grains. C’est là que l’orge était stockée à l’époque de la brasserie Hugger, qui n’est plus appelée aujourd’hui que Stary Browar, c’est-à-dire Vieille brasserie. Le bar est aménagé sur deux niveaux et offre une vue gigantesque au sommet du grenier. Les anciens engrenages, les grues et les rails de transport sont encore bien visibles. À ces hauteurs vertigineuses, il est également agréable de se défouler. Le bar est le seul bar de Pologne où il est permis de fumer. Le Davidoff Lounge est un lieu luxueux pour les amateurs de bon goût et de cigares. Les barmans mélangent à la demande des cocktails classiques jusqu’aux cocktails moléculaires.

Hier können Zigarrenliebhaber stilvoll eine Havanna anzünden. Über den Köpfen verliert sich Tabakrauch in den Weiten des Speichers / © Foto: Georg Berg
Les amateurs de cigares peuvent y allumer un havane avec style. Au-dessus des têtes, la fumée de tabac se perd dans l’immensité du grenier / © Photo : Georg Berg
Herzstück der Davidoff-Lounge: Ein Schrank mit feiner Zigarren-Auswahl / © Foto: Georg Berg
Pièce maîtresse du salon Davidoff : une armoire avec une fine sélection de cigares / © photo : Georg Berg

Le restaurant est l’un des meilleurs de Pologne

L’hôtel possède également un excellent restaurant. Depuis 2013, Tomasz Purol y est chef cuisinier. Ce natif de Poznan est une star en Pologne, connue pour ses émissions de télévision. Sous ses ordres, le restaurant a été classé en octobre 2017 dans le top 100 des meilleurs restaurants de Pologne. Purol combine des éléments traditionnels polonais avec des touches de cuisine française. En 2017, Purol a également publié son premier livre de cuisine.

In Polen bekannt aus Funk und Fersehen: Auf Tomasz Purol Chefkoch im Restaurant von Blow Up Hall 5050 trifft man auch in der Shopping Mall von Stary Browar / © Foto: Georg Berg
Connu en Pologne par la radio et la télévision : Tomasz Purol, chef cuisinier du restaurant Blow Up Hall 5050, est également présent dans le centre commercial de Stary Browar / © Photo : Georg Berg
Chefkoch Tomasz Purol erklärt Journalistin Angela Berg den Aufbau seines Kochbuchs / © Foto: Georg Berg
Le chef Tomasz Purol explique à la journaliste Angela Berg la structure de son livre de cuisine / © photo : Georg Berg

Le livre de cuisine de Tomasz Purol, intitulé Marché hebdomadaire, est entièrement consacré aux légumes oubliés, même en Pologne, comme le topinambour, le panais, le salsifis, le chou vert ou le rutabaga. Il souligne toutefois que ce livre n’a rien à voir avec un régime ou un renoncement, mais plutôt avec le fait de ne pas oublier les anciennes traditions et de les faire revivre. Autrefois, le panais était principalement utilisé en Pologne pour nourrir les animaux. Le rutabaga était considéré comme un aliment pour les pauvres et une nourriture de guerre. Il faut sortir ces idées de la tête, dit Purol, et c’est ainsi que les variétés de légumes qui ont presque disparu de la cuisine quotidienne donnent le ton aux différents chapitres de son livre. Tomasz Purol m’explique que pour chaque légume, il a élaboré dix recettes composées d’entrées, de plats principaux et même de desserts. Ainsi, pour le dessert, le chou kale est servi avec des gâteaux, la carotte caramélisée avec des fruits et le topinambour est associé à la figue.

Une cuisine polonaise traditionnelle de haut niveau

Pour le déjeuner, c’est tout de même la nourriture polonaise plutôt traditionnelle qui nous attend à l’hôtel Blow Up Hall 5050, avec beaucoup de viande et des sauces riches.

Traditionelle polnische Kartoffelsuppe mit Schinken, Ofenkartoffeln und Kräuteröl und einem bei 62 Grad gestocktem Eigelb / © Foto: Georg Berg
Soupe de pommes de terre polonaise traditionnelle avec du jambon, des pommes de terre au four et de l’huile aux herbes et un jaune d’œuf congelé à 62 degrés / © Photo : Georg Berg
Rindfleisch-Tatar vom lokalen Züchter mit gepickelten Champignons und Gurken. Das Tatar ist gewürzt mit Schalotten, Gurke und französischem Senf und Worchester Sauce. Das Topping besteht aus pulverisierter Nußbutter und frittiertem Federkohl / © Foto: Georg Berg
Tartare de bœuf d’un éleveur local avec des champignons picklés et des concombres. Le tartare est assaisonné d’échalotes, de concombre et de moutarde française et de sauce Worchester. Le topping est composé de beurre de noix en poudre et de chou plume frit / © Photo : Georg Berg

Côtelette de porc Zlotnieka – un repas dominical traditionnel

Kotelett vom Zlotnieka Schwein, einer 200 Jahre alten Schweinerasse mit Zwiebelpüree und Schwarzwurzel / © Foto: Georg Berg
Côtelette de porc Zlotnieka, une race de porc vieille de 200 ans, avec purée d’oignons et salsifis / © photo : Georg Berg
Fleisch vom Schweinefuß kombiniert mit Sauerkraut und Erbsenpüree und einer malzigen Dunkelbiersauce. Das Topping besteht aus gepoppter Schweinehaut / © Foto: Georg Berg
Viande de pied de porc combinée avec de la choucroute et de la purée de petits pois et une sauce maltée à la bière brune. Le nappage est constitué de peau de porc éclatée / © photo : Georg Berg

Destination Stary Browar – La vieille brasserie au centre de Poznan

Wunderschöne Industriekultur auf dem Gelände der Stary Brauerei in Posen. Hier kommen Handel, Kultur und Kunst zusammen. Die polnische Unternehmerin Grazyna Kulczyk hat die aufwändige Restaurierung finanziert. Die Kunstmäzenin ist die Eigentürmerin des Hotel Blow up 5050 / © Foto: Georg Berg
Magnifique culture industrielle sur le site de la Stary Brauerei à Poznan. Le commerce, la culture et l’art s’y côtoient. L’entrepreneuse polonaise Grazyna Kulczyk a financé la restauration coûteuse. La mécène artistique est la propriétaire de l’hôtel Blow up 5050 / © Photo : Georg Berg

Blow Up Hall 5050 a ouvert ses portes en 2008, mais ses racines architecturales remontent à bien plus loin. En effet, l’hôtel fait partie d’un immense complexe industriel. En 1844, Ambrosius Hugger, originaire du Bade-Wurtemberg, a construit une brasserie à Posen. Ses fils Julius et Alfons ont connu une expansion considérable et, dans le cadre d’un investissement important, un immense site industriel a vu le jour en 1876. En 1918, la société Gebrüder Hugger Bierbauerei AG produisait 17.000 hectolitres de bière. Le bâtiment industriel a été reconstruit et conservé à grands frais pour son utilisation actuelle, qui repose sur l’idée d’un lien entre culture et commerce. Aujourd’hui, une belle construction en briques rouge vif s’étend sur plusieurs rues.

Blick aus einem der Tagungsräume des Hotels Blow Up Hall 5050 auf den zentralen Innenhof der Stary Brewer. Hier finden sich Cafés und Restaurants, teils überdacht, im Sommer auch im Freien / © Foto: Georg Berg
Vue depuis l’une des salles de réunion de l’hôtel Blow Up Hall 5050 sur la cour intérieure centrale du Stary Brewer. On y trouve des cafés et des restaurants, en partie couverts, mais aussi en plein air en été / © Photo : Georg Berg

Le Stary Browar, l’ancienne brasserie, ressemble presque à une ville dans la ville. Mais en aucun cas avec un caractère de forteresse, elle est très accueillante et attirante. Aujourd’hui, de nombreux touristes ne viennent souvent à Pozna ? que pour la Stary Browar. Cette zone commerciale et d’affaires comprend une centaine de magasins répartis sur quatre étages, des bureaux ainsi que de nombreux restaurants, bars et cafés. Le Stary Browar comprend également des expositions ainsi qu’une cour d’art où sont organisés des concerts, des pièces de théâtre et d’autres événements dans différents domaines culturels.

Eine monumentale Maske des polnischen Bildhauers Igor Mitoraj steht mitten in der Shopping Mall der Stary Browar – ein weiteres Beispiel für die Verbindung von Kunst und Gewerbe / © Foto: Georg Berg
Un masque monumental du sculpteur polonais Igor Mitoraj se trouve au milieu de la galerie marchande de Stary Browar – un autre exemple de l’association de l’art et du commerce / © Photo : Georg Berg

L’entrepreneuse polonaise Grazyna Kulczyk, mécène d’art

Réunir l’art et l’entrepreneuriat, c’est l’idée que poursuit l’entrepreneuse polonaise Grazyna Kulczyk depuis le début de sa carrière. Toutefois, au début, cette juriste de formation a plutôt mis l’accent sur les affaires. En 2003, elle a ouvert Stary Browar, son plus gros investissement à ce jour ; en 2008, l’hôtel correspondant Blow Up Hall 5050. En 2017, Kulczyk, considérée comme la femme la plus riche de Pologne, a vendu Stary Browar à un investisseur. Elle est toutefois restée propriétaire de l’hôtel, dans lequel elle fait une déclaration assez claire en faveur de l’art en tant que mécène et collectionneuse d’art contemporain.

In der Eingangshalle des Hotels finden sich den Raummaßen entsprechend auch die größten Kunstwerke. Darunter der Wandteppich von Piotr Uklański über dem Eingang der Bar und Holzskulpturen von Sylwester Ambroziak am Treppenaufgang / © Foto: Georg Berg
Dans le hall d’entrée de l’hôtel, on trouve les plus grandes œuvres d’art, conformément aux dimensions de la pièce. Parmi elles, la tapisserie de Piotr Uklański au-dessus de l’entrée du bar et les sculptures en bois de Sylwester Ambroziak dans l’escalier / © Photo : Georg Berg

Blow Up Hall 5050 a été construit de A à Z avec des matériaux de démolition et seules les façades en briques ont été conservées. En raison du fait que les espaces intérieurs étaient ruinés et n’avaient aucune valeur esthétique avec des petits plafonds ordinaires enduits, les architectes ont décidé de prendre une mesure particulière : En raison des différences de niveaux et de fonctions, le bâtiment de l’hôtel devait être agrandi d’un étage, non pas vers le haut comme d’habitude, mais vers le bas. Aujourd’hui, l’imposant escalier ne permet pas seulement de monter jusqu’au luxueux bar. Les clients peuvent également tourner à gauche en haut et entrer directement dans la galerie marchande par une porte.

L’art dans le Blow Up Hall 5050 – pourquoi un film culte a donné son nom à l’installation ?

L’histoire de l’installation Blow Up est intéressante. L’intention de l’artiste Rafael Lozano-Hemmer est de créer une plateforme de participation publique. Le client de l’hôtel ne doit pas seulement faire l’expérience de l’art, mais aussi y participer. Au cœur de l’architecture et de la performance se trouve son travail interactif utilisant les dernières technologies. C’est à la foire d’art Frieze Art Fair de Londres que l’entrepreneuse Grażyna Kulczyk a découvert ce travail de Lozano-Hemmer. Elle pouvait imaginer faire vivre un tel projet dans ce lieu qui allie art, hôtel et centre commercial. Elle a donc demandé à Lozano – Hemmer de réaliser le projet Blow up, spécialement conçu pour l’hôtel Blow UP Hall 5050. Il s’agit d’une installation interactive qui crée des structures fragmentaires en mosaïque à l’aide de systèmes de surveillance informatique. Le client voit comment l’image qu’il voit fait de lui un objet qui est traité en permanence. Lorsqu’un client entre dans un hôtel, plus de 3 000 caméras virtuelles partagent son image, que nous pouvons observer sur un écran plasma. Le travail se réfère à l’idée de surveillance universelle. Il s’inspire en partie du film Blow up d’Antonioni et en partie de l’essence même de l’extension, qui permet de révéler des significations cachées.

Die Installation des kanadisch-mexikanischen Künstlers Rafael Lozano-Hemmer direkt im Eingangsbereich zu den Zimmern ist namens- und stilgebend für Blow Up Hall 5050 / © Foto: Georg Berg
L’installation de l’artiste canadien-mexicain Rafael Lozano-Hemmer, située directement à l’entrée des chambres, a donné son nom et son style à Blow Up Hall 5050 / © Photo : Georg Berg

La femme qui collectionne les brasseries

Grażyna Kulczyk a d’ailleurs actuellement un nouveau projet de brasserie en cours. Après le désintérêt du gouvernement polonais pour sa vaste collection d’art contemporain polonais et européen, l’entrepreneuse investit des millions en Basse-Engadine dans un ancien bâtiment de brasserie dans le village de Susch. Les brasseries semblent lui avoir porté chance. Le musée ouvrira ses portes en 2018 près de Davos et il règne déjà une atmosphère de renouveau dans ce village suisse endormi grâce aux investissements de la riche Polonaise.

J’ai presque envie de comparer cette histoire à la visite de la Vieille Dame de Dürenmatt. Mais la riche mécène polonaise n’a certainement pas de vieux comptes à régler à Susch et ne cherche pas à s’y venger, mais seulement à trouver un cadre représentatif et unique pour sa collection d’art. On attend avec impatience de voir comment ce projet de brasserie va évoluer.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Les frais de demi-pension n’ont pas été facturés par l’hôtel.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/kunst-luxus-polen