Couteau de cuisine, technique de coupe et tenue

“Make the sexy cut” (Faites une coupe sexy)

Où apprend-on à manier au mieux un bon couteau de cuisine ? Réponse : dans un environnement professionnel, avec un professionnel à ses côtés. Nous avons rencontré le chef professionnel László Papdi au Culinary Institute of Budapest, sur les toits de Budapest. Dans ses bagages, un sac à couteaux rempli de différents modèles.

Ces couteaux sont les outils de travail quotidiens de nombreux cuisiniers professionnels et sont tout aussi appréciés des cuisiniers amateurs. Pour qu’ils aient de quoi s’occuper lors de la rencontre à l’école de cuisine de la Japonaise Maki Stevenson, nous avons emporté du matériel de coupe. Auparavant, nous avons acheté des truites, des betteraves rouges, des oignons et des poivrons verts hongrois dans le grand marché couvert de Budapest.

Il y a aussi beaucoup de matériel d’exercice. Des oignons à éplucher et à couper en dés, des piments forts et des poissons tendres sur lesquels les élèves cuisiniers et les couteaux de cuisine peuvent s’exercer.

Culinary Institute of Budapest mit Profikoch Lászlo Papdi / © Foto: Georg Berg
Institut culinaire de Budapest avec le chef professionnel Lászlo Papdi / © Photo : Georg Berg

L’école de cuisine MakiFood de Maki Stevenson et le Culinary Institute of Europe, qu’elle a fondé en 2016, forment des cuisiniers pour la gastronomie dans le cadre d’un cours annuel et proposent également des cours de perfectionnement aux non-initiés. Cette Japonaise d’origine a longtemps vécu et travaillé à New York avant de s’installer à Budapest. En 2017, Maki Stevenson a été nommée ambassadrice culinaire de son pays natal, le Japon.

László Papdi macht das Kochmesser fit für die erste Schnittübung. Es wartet der Klassiker: die Zwiebel. Ob das Schneiden einen Zwiebel tränenreich oder tränenfrei verläuft, hängt ganz entscheidend von der Schnitttechnik und der Schärfe eines Messers ab / © Foto: Georg Berg
László Papdi prépare le couteau de cuisine pour le premier exercice de coupe. Un grand classique l’attend : l’oignon. Que la coupe d’un oignon soit larmoyante ou non, cela dépend de manière décisive de la technique de coupe et du tranchant d’un couteau / © Photo : Georg Berg

Fine Dicing – Des cubes fins sans larmes

Il existe de nombreuses astuces permettant d’éviter les pleurs lors de la découpe des oignons. Les conseils consistant à mettre un masque de plongée ou à couper l’oignon sous l’eau appartiennent à la catégorie peu pratique à ridicule. Il est plus pratique de mettre l’oignon au congélateur pendant 10 minutes avant de le couper.

Une bonne technique et un couteau bien aiguisé restent toutefois la base la plus fiable pour n’obtenir qu’une brûlure et un trempage modérés des yeux. Il est également utile de savoir que le larmoiement est une réaction de protection des yeux contre un gaz qui se forme lors de la destruction des cellules de l’oignon.

Un oignon est composé de nombreuses cellules d’où s’échappent deux substances lorsqu’elles sont coupées : L’alliine et l’alliinase. L’alliine est un acide aminé soufré. Lors de la coupe, il entre en contact avec l’enzyme alliinase, qui le décompose au cours d’un processus chimique. Il en résulte de l’allicine qui réagit avec l’humidité de l’air et forme un gaz irritant. C’est pourquoi nous avons souvent envie de pleurer en coupant un oignon.

Laszlo Papdi macht das Kochmesser Chroma Type 301 fit für die erste Schneidübung. Der Klassiker steht an: die Zwiebel. Ob das Schneiden einer Zwiebel tränenreich oder tränenlos verläuft, hängt maßgeblich von der Schneidetechnik und der Schärfe eines Messers ab / © Foto: Georg Berg
Laszlo Papdi macht das Kochmesser Chroma Type 301 fit für die erste Schneidübung. Der Klassiker steht an: die Zwiebel. Ob das Schneiden einer Zwiebel tränenreich oder tränenlos verläuft, hängt maßgeblich von der Schneidetechnik und der Schärfe eines Messers ab / © Foto: Georg Berg
Laszlo Papdi macht das Kochmesser Chroma Type 301 fit für die erste Schneidübung. Der Klassiker steht an: die Zwiebel. Ob das Schneiden einer Zwiebel tränenreich oder tränenlos verläuft, hängt maßgeblich von der Schneidetechnik und der Schärfe eines Messers ab / © Foto: Georg Berg
Laszlo Papdi macht das Kochmesser Chroma Type 301 fit für die erste Schneidübung. Der Klassiker steht an: die Zwiebel. Ob das Schneiden einer Zwiebel tränenreich oder tränenlos verläuft, hängt maßgeblich von der Schneidetechnik und der Schärfe eines Messers ab / © Foto: Georg Berg

Couper un oignon avec László Papdi. Que la coupe d’un oignon soit larmoyante ou non dépend en grande partie de la technique de coupe et du tranchant d’un couteau / © Photo : Georg Berg

László montre comment faire. Pour éviter que l’oignon ne se désagrège et que son hachage ne se transforme en un massacre chaotique, on coupe l’oignon en deux, au milieu de la racine. Chaque moitié d’oignon doit encore tenir ensemble. Inciser finement l’oignon ainsi coupé en deux par le haut avec le couteau de cuisine, sans couper la racine.

Ensuite, on pratique une ou deux coupes horizontales selon la taille de l’oignon. La troisième coupe est parallèle à la racine et permet de découper de beaux petits cubes d’oignons. László est convaincu que la coupe de l’oignon sans larmes est aussi une question d’entraînement. Après avoir coupé plusieurs milliers d’oignons au cours de sa carrière, le gaz irritant n’a plus beaucoup d’effet sur lui.

Laszlo Papdi zeigt, was ein Profi alles in seiner Messertasche trägt – darunter neben der Messer-Grundausstattung auch eine Wachtelei-Schere / © Foto: Georg Berg
Laszlo Papdi montre tout ce qu’un professionnel porte dans son sac à couteaux – dont, outre l’équipement de base en couteaux, une paire de ciseaux à œufs de caille / © Photo : Georg Berg

Une bonne technique – un bon équipement en couteaux de cuisine

Le Chroma Type 301 est fabriqué en acier à couteaux japonais inoxydable Pure 301, qui donne son nom à cette série. Un matériau qui se laisse facilement affûter. La perle sur le manche est caractéristique. Il s’agit d’une butée sensorielle qui indique à l’utilisateur l’extrémité du manche. Bien entendu, le couteau se nettoie uniquement à l’eau courante et jamais au lave-vaisselle.

Wie benutzt man Küchenmesser richtig? / © Foto: Georg Berg
Wie benutzt man Küchenmesser richtig? / © Foto: Georg Berg

Technique de coupe au couteau avec László Papdi / © Photo : Georg Berg

La position de base lors de la coupe : Le majeur danse toujours en avant sur le bout du doigt et est le plus proche de la lame du couteau. Lorsque l’on manie le couteau en pesant, la pointe du couteau reste sur la surface et la partie centrale de la lame du couteau effectue le travail de coupe. Pour que l’on ait par ailleurs beaucoup de plaisir à préparer des plats, la qualité des couteaux est bien sûr aussi importante.

La bonne posture – de danseur à cuisinier

Pourquoi un cuisinier devient-il cuisinier ? Souvent, ce sont les résultats scolaires qui mènent aux fourneaux. De nombreux retardataires classiques du système scolaire trouvent leur mission dans la cuisine et se conduisent plus tard, eux et leur équipe, vers les plus hautes distinctions. Souvent, le talent trouve son origine dans la famille. Si la grand-mère ou la mère sont d’excellentes cuisinières, la passion de la cuisine peut leur être transmise dès le berceau.

L’histoire de Lázsló Papdi est toutefois déroutante. Dans sa famille, personne n’était professionnellement impliqué dans la gastronomie. Avant de commencer sa formation de cuisinier à l’âge de 19 ans seulement, László avait déjà entamé une autre carrière de profil. Professeur de danse qualifié et danseur de compétition, il a participé à des concours internationaux. Le père de sa petite amie de l’époque, cuisinier dans un restaurant étoilé, l’a enthousiasmé pour la haute gastronomie. László a osé faire un pas de côté vers une nouvelle discipline.

Die innere und die äußere Haltung ist für Laszlo Papdi nicht nur beim Tanzen sondern auch in der Küche wichtig / © Foto: Georg Berg

Pour Laszlo Papdi, l’attitude intérieure et extérieure n’est pas seulement importante pour la danse, mais aussi pour la cuisine.

Après avoir travaillé en Angleterre, au Danemark, en Norvège, en Espagne, en Allemagne et en Suisse, ce jeune homme de 34 ans revient en Hongrie. Il travaille au bistrot du restaurant étoilé Stand, enseigne au Culinary Institute of Europe, donne un coup de main à l’équipe du chef étoilé Támas Széll pour la performance du Bocuse d’Or 2019 – et continue à donner des cours de danse.

Aujourd’hui encore, l’influence de sa première formation se lit sur “la coupe et les pas”. László se tient à sa table de travail comme s’il venait de faire un pas de côté sur le Fox Trott.

Ce n’est pas une mauvaise condition pour une longue existence de cuisinier, à condition que la posture soit bonne, car la position souvent courbée en cuisinant fait mal au dos de nombreux cuisiniers au fil des années / © Photo : Georg Berg

Auch wenn es wieder nach Tanz mit einer imaginären Partnerin aussieht - Laszlo Papdi demonstriert mit dem Filetiermesser wie ein Metzger das Fleisch am Haken schneidet / © Foto: Georg Berg
Même si cela ressemble à nouveau à une danse avec une partenaire imaginaire – Laszlo Papdi démontre avec le couteau à fileter comment un boucher coupe la viande au crochet / © Photo : Georg Berg

Pas de deux pour la truite dans le vide !

La veille, nous avions également goûté une truite emballée sous vide au Stand25, l’annexe bistrot du restaurant étoilé Stand. Le poisson avait un goût fantastique, tendre et agréablement salé, comme s’il avait fait une excursion au bord de la mer.

Forelle sous-vide mit Babyspinat und Wachtelei / © Foto: Georg Berg
Truite sous-vide avec bébés épinards et œufs de caille/ Photo : Georg Berg

La tâche que nous nous étions fixée pour notre atelier de cuisine consistait à reproduire la truite sous vide. Pour obtenir de beaux filets de truite, il faut d’abord procéder à quelques coupes grossières : Les nageoires, le cartilage et la tête sont enlevés, puis le poisson est mis à nu.

Gelernt bei László Papdi: Zuerst die Forellenflosse mit der Schere abschneiden / © Foto: Georg Berg
Appris chez László Papdi : couper d’abord la nageoire de la truite avec des ciseaux / © Photo : Georg Berg
Gelernt bei Lászlo Papdi: Nach den Flossen wird der Kopf der Forelle abgetrennt / © Foto: Georg Berg
Après les nageoires, la tête de la truite est coupée / © photo : Georg Berg

Make the sexy cut – des filets de truite aux belles formes

Plus on s’approche de la truite, plus l’affaire devient délicate. Ce n’est pas une question d’équipement. Le couteau à fileter de Chroma passe en douceur entre la peau et la chair de la truite. C’est plutôt la technique utilisée qui est encore hésitante. Sans la main directrice de László, il resterait encore moins de chair sur l’un ou l’autre des filets de truite. Pour des raisons esthétiques, László applique à la fin ce qu’il appelle une “coupe sexy”.

Pas de Deux an der Forelle / © Foto: Georg Berg
Pas de Deux an der Forelle / © Foto: Georg Berg
Pas de Deux an der Forelle / © Foto: Georg Berg
Pas de Deux an der Forelle / © Foto: Georg Berg

Pas de deux sur la truite / © Photos : Georg Berg

Pour la méthode de cuisson qui suit, il importe peu que le poisson soit particulièrement esthétique ou non. Les filets sont plongés dans un bain d’eau salée pendant 10 minutes. Il est important de respecter les proportions d’eau et de sel. Ici, nous prenons 1 litre d’eau et y ajoutons 100 g de sel marin fin. Ensuite, les filets sont placés dans un sachet sous vide avec un peu d’huile neutre.

Le bain-marie est chauffé à 60 degrés. Le sachet est maintenu à environ 56 degrés pendant … 2 minutes dans le sac. Un signe indiquant que le poisson est cuit et qu’il doit maintenant quitter le bain-marie est l’apparition des premières perles de blanc d’œuf coagulé. Le poisson cuit sous vide est incroyablement juteux et aromatique.

Forelle Sous Vide / © Foto: Georg Berg
Forelle sous vide ist fertig, wenn die Eiweißblasen zu gerinnen beginnen / © Foto: Georg Berg
Forelle Sous Vide / © Foto: Georg Berg
Forelle auf rote Beete-Salat mit Meerrettich / © Foto: Georg Berg

Même si les filets des élèves sont loin d’être parfaits, la présentation dans l’assiette est tout de même professionnelle : Truite sous vide / © Photos : Georg Berg

Angela Berg mit László Papdi und Dank an Maki Stevenson vom Culinary Institute of Europe für eine messerscharfe Trainingseinheit mit Blick über die Dächer von Budapest / © Foto: Georg Berg
Angela Berg avec László Papdi et des remerciements à Maki Stevenson du Culinary Institute of Europe pour une séance d’entraînement aiguisée comme un rasoir avec vue sur les toits de Budapest / © Photo : Georg Berg

Reportage détaillé sur le Lenkerhof, où nous avons eu notre rencontre avec László Papdi dans le restaurant à la carte.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Food Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/kochmesser-schnitttechnik-haltung