Bad Kissingen est classée au patrimoine mondial de l’Unesco

La décision d’inscrire Bad Kissingen, ainsi que d’autres stations thermales, sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco sera prise à l’été 2021. L’alliance Great Spas of Europe est composée de onze villes thermales de renommée mondiale dans sept pays européens. Qu’il s’agisse de Karlovy Vary en République tchèque, de Bath en Grande-Bretagne ou de Vichy en France, elles sont toutes des Great Spas, car elles ont fondé le type de ville thermale aux 18e et 19e siècles. Les caractéristiques avec lesquelles ces villes thermales se sont lancées il y a des années dans la course à la distinction de l’Unesco trouvent leur origine dans un passé encore omniprésent aujourd’hui. Ce sont sept sources thermales riches en minéraux qui ont fait la réputation de Bas Kissingen en tant que station thermale mondiale. Il y a plus de 500 ans déjà, les médecins reconnaissaient leurs effets curatifs, apaisants ou préventifs ou, pour reprendre l’acronyme SPA, Sanus per Aquam.

Die größte Wandelhalle Europas wurde 1912 vom Architekten Max Littmann erbaut. Zwischen den Säulen können Kurgäste noch heute entspannt schlendern. Die wunderschönen Fliesen an den Säulen sind von Villeroy & Boch / © Foto: Georg Berg
Le plus grand hall de promenade d’Europe a été construit en 1912 par l’architecte Max Littmann. Aujourd’hui encore, les curistes peuvent déambuler en toute décontraction entre les colonnes. Les magnifiques carreaux des colonnes sont de Villeroy & Boch / © Photo : Georg Berg

Le hall de promenade et les femmes fontaines de Bad Kissingen

À Bad Kissingen, les bâtiments de l’ensemble des jardins thermaux sont extrêmement bien conservés. En premier lieu, le promenoir et le bâtiment du régent de l’architecte Max Littmann ainsi que le jardin de la cure aménagé en 1738. Si l’on se promène tôt le matin le long de la Saale en direction de la salle des pas perdus pour boire à petites gorgées l’une des quatre eaux thermales avant le petit-déjeuner, il est facile d’imaginer les dames et les messieurs de la Belle Époque qui venaient jadis y faire leur cure, coiffés d’un chapeau et vêtus de longs manteaux garnis de fourrure. Ce voyage dans le temps est d’autant plus réussi qu’à l’heure matinale, entre 7 et 9 heures, il n’y a pas âme qui vive dans l’actuelle Bad Kissingen. Les curistes et les patients en rééducation restent dans leurs cliniques. Le rituel de la cure d’eau thermale n’a malheureusement pas encore réussi à se réinstaller dans le quotidien des curistes du 21e siècle.

Lustwandelwege an der Saale / © Foto: Georg Berg
Chemins de promenade au bord de la Saale / © Photo : Georg Berg

Voyage dans le temps – la marche matinale

Se promener le matin dans le plus grand et le plus somptueux hall de promenade d’Europe, c’est comme se voir proposer un voyage dans le temps gratuit. Il est étonnant, voire incompréhensible, qu’elle soit peu utilisée, car les services des femmes fontaines sont couverts par la taxe de séjour de chaque curiste. En déposant sa carte de séjour, le client reçoit le verre à boire typique de Bad Kissingen. Il se rend ensuite chez la femme fontaine, qui le conseille sur l’utilisation de l’eau et lui sert l’une des quatre eaux thermales de Kissingen : Pandur, Rakoczy, Max ou Luitpold.

Blinkendes Messing. Eine Brunnenfrau inmitten der aufwändigen Zapfanlage. Der Kurgast kann aus den vier Heilwässern Pandur, Rakoczy, Max und Luitpold und dem Kissinger Bitterwasser wählen. Auf Wunsch nehmen die Brunnenfrauen die Kohlensäure aus dem Wasser / © Foto: Georg Berg
Du laiton qui clignote. Une femme fontaine au milieu de l’installation de tirage sophistiquée. Le curiste peut choisir entre les quatre eaux thermales Pandur, Rakoczy, Max et Luitpold et l’eau amère de Kissingen. Sur demande, les femmes fontainières retirent le gaz carbonique de l’eau / © Photo : Georg Berg

Le terme de Wandelhalle vient précisément de ce que l’on est censé y faire. Un verre d’eau thermale à la main, le curiste déambule dans le hall au son de l’orchestre du salon. La détente et le calme qui s’en dégagent favorisent l’absorption des précieux minéraux et oligo-éléments. Le matin, le magnifique hall est presque à soi. L’orchestre du salon ne joue qu’à 10h30. Ensuite, il n’y a pas de distribution d’eau thermale, car celle-ci doit être consommée avant les repas. L’après-midi, le curiste confortable a la chance de pouvoir profiter de trois des attractions de la ville thermale de Bad Kissingen, à savoir l’utilisation de l’eau thermale, l’orchestre du salon et la promenade dans la salle des pas perdus.

Das Salon-Orchester von Bad Kissingen besteht aus 13 Profimusikern. Die Musiker haben sich 2016 in das Guinessbuch der Rekorde gespielt mit insgesamt 727 Konzerten in nur einem Jahr / © Foto: Georg Berg
L’orchestre du salon de Bad Kissingen est composé de 13 musiciens professionnels. En 2016, les musiciens sont entrés dans le Guiness Book des records avec un total de 727 concerts en seulement un an / © Photo : Georg Berg

Des noms qui sonnent bien – Max, Pandur, Rakoczy et Luitpold

Les femmes fontaines existent depuis 1911. Le fait qu’elles existent encore aujourd’hui est une valeur immatérielle que Bad Kissingen peut mettre dans la balance pour sa candidature à l’Unesco en tant que Great Spa of Europe. Les femmes-fontaines formées conseillent quelle eau thermale peut soulager quels troubles.

Heilwasser muss rein sein, natürlich und reich an Mineralien und Spurenelementen. In Deutschland benötigt ein Heilwasser auch die Zulassung als Arzneimittel / © Foto: Georg Berg
L’eau thermale doit être pure, naturelle et riche en minéraux et en oligo-éléments. En Allemagne, une eau thermale doit également être autorisée comme médicament / © Photo : Georg Berg

Ainsi, l’eau de la source Max-Brunnen, bue chaude, aide à soigner les rhumes, favorise l’expectoration et rince les reins et la vessie. L’eau de la source Rakoszy, découverte en 1737 lors d’un transfert de la Saale, doit son nom au caractère sauvage et irascible du prince Rakoszy, combattant hongrois de la liberté, très populaire à l’époque. Il a, de par sa nature, une bonne capacité à s’imposer pour redonner de l’élan aux intestins paresseux. Pandur est très similaire à Rakoszy et aide notamment en cas d’inflammation chronique de la muqueuse gastrique ou de calculs biliaires. Luitpold, quant à lui, apaise les brûlures d’estomac et soulage les carences en fer. Une cure de boisson est prévue pour trois à quatre semaines. Idéalement, deux fois par jour, avant chaque repas.

Der Maxtempel im Kurgarten ist jederzeit frei zugänglich. Er ist der älteste der sieben Heilbrunnen und wurde bereits im Jahre 1520 das erste Mal erwähnt. 1815 ließ König Max I Joseph von Bayern ihn neu einfassen / © Foto: Georg Berg
Le temple de Max dans le jardin de la cure est librement accessible à tout moment. C’est la plus ancienne des sept fontaines thermales et elle a été mentionnée pour la première fois en 1520. En 1815, le roi Max Ier Joseph de Bavière l’a fait réaménager / © Photo : Georg Berg

Si vous n’avez pas le temps de faire un voyage quotidien à la Belle Époque pendant votre cure ou votre séjour de rééducation, vous pouvez également emporter l’eau. Mais seulement pour passer d’un jour à l’autre. L’eau ne se conserve pas très longtemps en raison de sa forte teneur en minéraux. Les nombreux adeptes des cures de boisson à la fin du 19e siècle recevaient l’eau chez eux dans des bouteilles en terre cuite. Mais au plus tard le troisième jour après la mise en bouteille, l’eau prend une couleur brune et devient impropre à la consommation. Le chancelier Otto von Bismarck s’est lui aussi fait envoyer autrefois l’eau sauvage de Rakoszy à Berlin.

Schönes Ritual: Zum Nachmittags-Konzert lassen sich die Kurgäste Heilwasser einschänken. Das Orchester spielt, die Halle ist schön wie immer und das Wasser schmeckt nicht wirklich gut, aber in kleinen Schlucken und mit der nötigen Muße lässt es sich trinken und dem eigenen Körper was Gutes tun / © Foto: Georg Berg
Un beau rituel : pour le concert de l’après-midi, les curistes se font servir de l’eau médicinale. L’orchestre joue, la salle est belle comme toujours et l’eau n’a pas vraiment bon goût, mais à petites gorgées et avec le loisir nécessaire, elle se laisse boire et faire du bien à son propre corps / © Photo : Georg Berg

Qu’il s’agisse d’une cure de boisson, d’un bain d’eau saline ou d’une inhalation. C’est l’eau qui est au centre d’une cure à Bad Kissingen. Il n’est pas nécessaire d’être un sommelier de l’eau pour goûter les différences entre les quatre eaux thermales de Bad Kissingen. Un verre de Pandur ou de Rakoszy ne peut pas vraiment être considéré comme un plaisir à la première gorgée. Les notes métalliques s’imposent trop fortement. Il y a 500 ans déjà, on reconnaissait les vertus thérapeutiques des sources thermales. C’est à la fin du 19e siècle qu’a commencé la période la plus populaire du thermalisme en Europe. Aujourd’hui, en Allemagne, ces eaux curatives ont même une autorisation officielle en tant que médicaments et sont soumises à des contrôles stricts.

Im früheren Luitpoldbad ist heute das Spielcasino untergebracht. Für die Zerstreuung der Kurgäste, die oft viele Wochen blieben, haben Weltkurbäder wie Bad KIssingen auch luxuriöse Spielbanken errichtet / © Foto: Georg Berg
L’ancien Luitpoldbad abrite aujourd’hui le casino. Pour distraire les curistes, qui restaient souvent de nombreuses semaines, les stations thermales mondiales comme Bad KIssingen ont également construit de luxueux casinos / © Photo : Georg Berg

Transformés ? Les stations thermales au fil du temps

Les grandes stations thermales d’Europe ont connu leur apogée au 19e et au début du 20e siècle. La noblesse et, plus tard, la bourgeoisie aisée entreprenaient des cures de boisson et des soins thermaux de plusieurs semaines à Bad Kissingen. Autrefois, la famille impériale russe y rencontrait l’impératrice Sisi. On voyageait volontiers incognito. Sisi réservait sous le nom de la comtesse de Hohenembs. Aujourd’hui encore, l’hôtel Kaiserhof Viktoria possède une suite Sisi.

Ein Vergnügen aus vergangen Zeiten wird in Bad Kissingen bewahrt. Liebevoll wird das Linienschiff Dampferl genannt und pendelt zwischen Rosengarten und Oberer Saline / © Foto: Georg Berg
Un plaisir d’antan est conservé à Bad Kissingen. Le bateau de ligne est affectueusement appelé Dampferl et fait la navette entre le Rosengarten et la saline supérieure / © Photo : Georg Berg

Plus tard, c’est Otto von Bismarck qui a suivi en tant que curiste éminent. Le chancelier du Reich a visité Bad Kissingen pendant de nombreuses années. On raconte qu’il prenait les cures très au sérieux. Bismarck se soumettait à une cure de boisson accompagnée d’un plan diététique, prenait des bains d’eau salée et se rendait chaque jour au bâtiment de graduation de la saline supérieure pour une inhalation. Au cours de ses années de cure, Bismarck était un homme politique extrêmement populaire, dont les états d’âme étaient discutés par tout le peuple. L’intrépide chancelier du Reich, qui ne s’est pas laissé dissuader de faire d’autres séjours même par un attentat lors de sa première visite en 1874, fait ici l’objet d’un reportage spécifique sur Bismarck, dans l’esprit du culte de la personnalité de l’époque.

Früher stiegen Männer an Leitern in die Tiefe, um das Wasser aus den Brunnen zu schöpfen. Heute sind die Quellen prunkvoll verziert und die Entnahme läuft über ein Leitungssystem / © Foto: Georg Berg
Autrefois, des hommes descendaient dans les profondeurs à l’aide d’échelles pour puiser l’eau des fontaines. Aujourd’hui, les sources sont somptueusement décorées et le prélèvement se fait par un système de canalisations / © Photo : Georg Berg

Découvre le temps à Bad Kissingen

Découvre le temps, tel est le slogan que Bad Kissingen a choisi pour surtitrer son offre aux visiteurs. Il y a de fortes chances pour qu’une clientèle plus jeune ait à nouveau envie de faire un voyage dans le temps dans une station thermale historique. Il est certain que si Bas Kissingen est inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 2020 et devient le Great Spa of Europe, le nombre de visiteurs journaliers du monde entier augmentera fortement. Mais ce qui est souhaitable, c’est que les visiteurs prennent effectivement plus de temps dans l’esprit d’une cure. Après tout, le mot « pleine conscience » est passé du vocabulaire d’initiés pour les yogis à un terme tendance. Depuis 2019, la pleine conscience est même enseignée dans les écoles britanniques. Si ce n’est pas une lueur d’espoir pour l’avenir des Great Spas of Europe !

En savoir plus sur Bad Kissingen

Des curistes célèbres – le prince Otto von Bismarck à Bad Kissingen
Bad Kissingen culinaire

Calendrier mural avec photos de Georg Berg disponible en librairie (également en ligne) en différentes tailles : Welterbe Bad Kissingen / également disponible comme planning familial (*)

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Le voyage de recherche a été partiellement soutenu sur place par l’office du tourisme de Bad Kissingen.

(*) Cet article contient des liens publicitaires (également appelés liens d’affiliation ou de commission)

Thèmes de voyage sur Tellerrand-Stories

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s'abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/kissingen-unesco-welterbe