Silence de luxe dans la cavalerie

Les grues sont déjà là. On attend chaque jour l’arrivée du couple de cigognes qui s’installe dans son nid à la tête de la maison de la cavalerie, année après année. Elle est toujours à Fincken. Et c’est justement ce qui s’est passé. Le silence et la nature. C’est pourquoi, en ce week-end de début mars, chacune des suites très individuellement aménagées du Kavaliershaus Schloss Blücher, l’hôtel-suites situé au bord du lac de Fincken, est déjà occupée. La faiblesse de la région du Mecklembourg-Poméranie occidentale est aussi sa plus grande force. Dans la maison de cavalerie du château de Blücher, le silence, cette région prétendument déserte, est célébré et devient un bien luxueux.

Das langgestreckte Kavaliershaus Schloss Blücher bietet 12 Zimmer und Suiten, ein Restaurant sowie Sauna, Garten und Badesteg am See / © Foto: Georg Berg
La longue maison de chevaliers Schloss Blücher offre 12 chambres et suites, un restaurant ainsi qu’un sauna, un jardin et un ponton de baignade au bord du lac / © Photo : Georg Berg

Au Suitenhotel au bord du lac de Fincken, seuls les oiseaux rugissent.

Pas de bruits de voitures, pas de pollution lumineuse la nuit. Au pire, des cris d’oiseaux le matin et des insectes bourdonnants lors de la baignade au bord du lac. Avec en plus une cuisine slow food créative et à deux pas des plus de 1000 lacs du parc national de Müritz. Le Kavaliershaus Schloss Blücher est un lieu idéal pour respirer à pleins poumons lors d’un long voyage depuis le sud en direction des pays voisins scandinaves. L’hôtel est rapidement accessible depuis Berlin, Hambourg ou Lübeck, par exemple pour une pause détente à deux ou une réunion créative avec les collègues. Mais le vaste terrain avec un vieux parc, une grange, un ponton pour la baignade et une maison de jeux en fait également une destination de vacances pour les familles. Les groupes ont même la possibilité de louer la propriété dans son intégralité.

Einer von Tausend: der Finckener See ist der Haussee des Kavaliershaus Schloss Blücher. Mit dem Auto oder dem Fahrrad ist man auch schnell im Nationalpark Müritz mit seinen über 1.000 Seen / © Foto: Georg Berg
Un parmi des milliers : le lac de Fincken est le lac de la maison de la cavalerie du château de Blücher. En voiture ou à vélo, on est aussi rapidement dans le parc national de Müritz avec ses plus de 1.000 lacs / © Photo : Georg Berg

Aménagement de la maison de cavalerie avec un grand souci du détail

La célèbre architecte Johanne Nalbach a acquis en 2007 l’annexe néoclassique du château de Blücher, où vivait autrefois le comte Adolf von Blücher, et l’a fait restaurer de fond en comble avec sa fille Lena. C’est une maison à l’histoire mouvementée. Dans les années 1930, la famille du comte l’a vendue. Pendant plus de 60 ans et à l’époque de la RDA, elle a servi d’école. Les Nalbach ont délibérément choisi de dévoiler l’histoire de la maison.

Redakteurin Angela Berg mitten im Gebälk. In vielen Räumen sind die alten Holzbalken offengelegt, werden in Kontrast zu modernen Möbeln gesetzt / © Foto: Georg Berg
Angela Berg au milieu de la charpente. Dans de nombreuses pièces, les vieilles poutres en bois sont mises à nu et contrastent avec les meubles modernes / © Photo : Georg Berg

La patine des siècles est visible à certains endroits du restaurant, tout comme le fait que l’on se trouve dans l’ancienne salle de classe de l’école secondaire partielle de Fincken. Devant les portes des suites se trouve ici et là une petite chaise de bureau. Les porte-bagages devant ou dans les suites attirent vraiment l’attention. En période scolaire, les élèves y font la sieste.

Einst Kinderpritsche für den verordneten Mittagsschlaf, heute ruhen hier nur noch die Gepäckstücke der Gäste / © Foto: Georg Berg
Autrefois, un lit d’enfant pour la sieste prescrite, aujourd’hui, seuls les bagages des hôtes y reposent / © Photo : Georg Berg

Nous sommes assis dans la salle de classe, nous buvons du café et, comme chaque jour, nous dégustons un gâteau fraîchement sorti de la cuisine de Gunnar Müller lorsque la propriétaire, Johanne Nalbach, fait son entrée. Elle tient une petite boîte à la main et se dirige vers la fenêtre où nous sommes assis. La boîte contient un symbole de son amour du détail. Un petit nain de jardin sur une balançoire. Il manque encore à l’ensemble du groupe de nains qui se trouve sur le rebord de la fenêtre. Elle accroche le nouveau venu à la poignée de la fenêtre et s’assied avec nous. Au cours de la conversation, elle souligne que l’architecture doit être reliée au lieu, elle devrait parler et agir avec le lieu.

Neuzugang: Gartenzwerg auf Schaukel – vielleicht auch eine versteckte Anspielung auf Theodor Fontanes Effie Briest? / © Foto: Georg Berg
Neuzugang: Gartenzwerg auf Schaukel – vielleicht auch eine versteckte Anspielung auf Theodor Fontanes Effie Briest? / © Foto: Georg Berg

Nouveau venu : nain de jardin sur une balançoire – peut-être aussi une allusion cachée à Effie Briest de Theodor Fontane ? / Photo : Georg Berg

Hommage à Uecker, Johnson, Lilienthal et Friedrich

On retrouve ainsi dans les suites des motifs de quatre artistes connus du Mecklembourg-Poméranie occidentale. Il s’agit de motifs de Günther Uecker, Uwe Johnson, Otto Lilienthal et Caspar David Friedrich, que l’on peut voir sous forme d’impressions numériques derrière les rebords de lit ou sur les séparateurs d’espace des douches à l’italienne dans les salles de bains, ou même en original accroché au mur. Au cours de l’entretien, l’architecte attire également l’attention sur un vestige très visible de l’histoire de l’architecture. À l’époque de la RDA, l’ensemble néoclassique du château et de la maison de maître a été remplacé par un immeuble en préfabriqué. Ce n’est pas un hasard, comme le souligne Johanne Nalbach, outre les garages et les hangars, des logements ouvriers sous forme de préfabriqués ont souvent été construits dans les parcs des anciens domaines.

Die Nagelprobe von Günther Uecker hängt im Hotelzimmer als Original an der Wand / © Foto: Georg Berg
L’échantillon de clous de Günther Uecker est accroché au mur de la chambre d’hôtel sous forme d’original / © Photo : Georg Berg

Une rencontre décontractée dans l’ancienne salle de classe

Gunnar Müller savait déjà à l’âge de sept ans seulement qu’il voulait devenir cuisinier. À 13 ans, il a commencé à arrondir ses fins de mois et à aider dans le restaurant de son père. C’est là qu’il a appris ce qui est aujourd’hui élevé au rang de nouvelle tendance culinaire. Nose to tail et leaf to root. En ces temps de pénurie de l’économie planifiée, il fallait tout simplement tout utiliser. “Les cochons mourraient de faim si j’en avais”, disait ainsi son père, qui n’était pas seulement cuisinier, mais aussi pêcheur en haute mer.

Der Chef in seinem „Klassenzimmer“. Seit 2015 kocht und serviert Gunnar Müller in den ehemaligen Klassenräumen der Teiloberschule Fincke / © Foto: Georg Berg
Le cuisinier dans sa salle de classe. Depuis 2015, Gunnar Müller cuisine et sert dans les anciennes salles de classe de l’école secondaire partielle de Fincke / © Photo : Georg Berg

Gunnar Müller est originaire de Wismar. Aujourd’hui encore, il appelle cette ville sa patrie. Même si – ou peut-être justement parce que – il a quitté Wismar avec toute sa famille peu avant la chute du mur, en 1988, pour s’installer à Hambourg. C’est là qu’il trouve la place d’apprentissage qui n’existe pas à Wismar. Il cuisine au Hafen-Klub de Hambourg, sur les ponts de débarquement, et part ensuite à Heilbronn comme chef de cuisine.

Auf der wechselnden Tageskarte finden sich stets auch asiatisch angehauchte Gerichte, wie Glasnudeln mit Sojasoße, Ingwer, Weizen, Feldsalat und Pak Choi / © Foto: Georg Berg
Sur la carte du jour qui change, on trouve toujours des plats d’inspiration asiatique, comme des nouilles de verre à la sauce soja, au gingembre, au blé, à la mâche et au pak choi / © Photo : Georg Berg

Müller cuisine souvent asiatique, essaie, s’inspire lors de voyages lointains. Aujourd’hui encore, il ne tarit pas d’éloges sur une vieille Indienne qui lui a donné cinq plats au curry dans les Caraïbes. La rencontre avec deux cuisiniers de Singapour est également une grande source d’inspiration pour lui. Quel est le rapport entre tout cela et Gunnar Müller, qui cuisine depuis trois ans au Kavaliershaus de Fincken am See ?

Le hareng frit et le Kaiserschmarrn de Käthe

La salle de classe est baignée de lumière, le design des meubles est scandinave, sobre et chic. Les décorations sur les murs et les rebords de fenêtre sont amusantes et pleines d’histoire contemporaine. Même le menu du restaurant de l’hôtel est habillé d’un cahier d’écolier. Et la cuisine de Gunnar Müller est également ouverte aux clients de l’extérieur. Son style créatif, qui associe les produits locaux et les recettes régionales aux cuisines d’autres pays, s’est fait connaître. Gunnar Müller connaît ses fournisseurs et ne se procure que des ingrédients qui le convainquent.

Viel Butter, Mandeln und Rosinen und für jede Portion drei Eier – das ist die Erfolgsgrundlage für den wohl besten Kaiserschmarrn nördlich der Alpen / © Foto: Georg Berg
Beaucoup de beurre, d’amandes et de raisins secs et trois œufs pour chaque portion – c’est la base du succès de ce qui est probablement le meilleur Kaiserschmarrn au nord des Alpes / © Foto : Georg Berg

Le poisson provient si possible des eaux environnantes. Le gibier provient du voisinage immédiat et il est en bons termes avec le chasseur. Il reprend également des recettes de son enfance. C’est ainsi que sa grand-mère Käthe de Wismar a réussi à faire figurer ses harengs frits maritimes sur la carte. La soupe de pommes de terre du Mecklembourg “Tüften und Plüm” est particulièrement appréciée au restaurant Klassenzimmer pendant la saison froide. Les Plüm, qui signifient prunes en plattdeutsch, sont dans le cas de cette savoureuse soupe de pommes de terre différentes sortes de fruits secs.

Zander und Barsch auf Rote-Beete-Risotto / © Foto: Georg Berg
Sandre et perche sur risotto de betteraves rouges / © Photo : Georg Berg

Oui et qu’est-ce que c’est ? Oui-Panais rencontre Oui-Mecklembourg

Ja-Panisch trifft Ja-Mecklenburgisch – ein Fondue der besonderen Art kann von den Gästen bestellt werden. Dann treffen japanische Zutaten wie Ponzusoße auf zartestes Rindfleisch aus Mecklenburg. In einer leichten Misobrühe wird das Rindfleisch sowie eine große Auswahl an Gemüse gegart. Zum würzen werden Ponzusoße, Soyasoße und Sesamsoße gereicht. Eine schöne Melange aus asiatischer Leichtigkeit und bodenständigen Zutaten aus der Region / © Foto: Georg Berg
Ja-Panisch trifft Ja-Mecklenburgisch – ein Fondue der besonderen Art kann von den Gästen bestellt werden. Dann treffen japanische Zutaten wie Ponzusoße auf zartestes Rindfleisch aus Mecklenburg. In einer leichten Misobrühe wird das Rindfleisch sowie eine große Auswahl an Gemüse gegart. Zum würzen werden Ponzusoße, Soyasoße und Sesamsoße gereicht. Eine schöne Melange aus asiatischer Leichtigkeit und bodenständigen Zutaten aus der Region / © Foto: Georg Berg

Un beau mélange de légèreté asiatique et d’ingrédients du terroir / © Photo : Georg Berg

Oui-Panais rencontre Oui-Mecklembourg – une fondue d’un genre particulier peut être commandée par les clients. Des ingrédients japonais comme la sauce ponzu rencontrent alors la viande de bœuf la plus tendre du Mecklembourg. La viande de bœuf et une grande variété de légumes sont cuits dans un bouillon miso léger. La sauce ponzu, la sauce soja et la sauce sésame servent d’assaisonnement.

Gunnar Müller und sein Mehrkornbrot. Stets tüfftelt er an der Rezeptur. Den Gästen schmeckt es und gerne wird ein Laib Brot auch mit nach Hause genommen / © Foto: Georg Berg
Gunnar Müller et son pain multicéréales. Il ne cesse de peaufiner sa recette. Les clients l’apprécient et emportent volontiers une miche de pain à la maison / © Photo : Georg Berg

Faire du pain est sa passion. Les gâteaux sont frais tous les jours, la glace faite maison est un délice et ouvrez les yeux lorsque le Kaiserschmarrn est au menu. Il pourrait s’agir du meilleur Kaiserschmarrn au nord des Alpes. C’est un collègue autrichien qui lui a appris la recette et la manière de faire.

Blüchers Scheune – Essaye la convivialité

Gunnar Müller et son équipe proposent également différentes expériences culinaires. Une fois par semaine, la longue table de la grange de l’hôtel, située dans le parc, est servie. Des bols fumants remplis de toutes sortes de légumes, de salades et de pommes de terre ainsi qu’un plat de viande sont servis sur la table.

Die Scheune des Kavaliershaus Schloss Blücher wird jede Woche zum Treffpunkt für ein Essen an der langen Tafel / © Foto: Georg Berg
La grange de la maison de cavalerie Schloss Blücher devient chaque semaine le lieu de rendez-vous pour un repas à la longue table / © Photo : Georg Berg

On engage la conversation avec les autres hôtes de la maison, on se fond dans une joyeuse société et on échange sur les excursions d’une journée que l’on a enregistrées. Gunnar Müller propose également des cours de fabrication de pain ou des menus romantiques à la lueur des bougies. Pour l’avenir, il est même prévu d’organiser un camp d’entraînement au barbecue pour tous ceux qui souhaitent acquérir une bonne formation de base sur le gril du Texas.

Auch Familien mit Kindern hat das Kavaliershaus viel zu bieten. Beim Frühstücksbuffet im Klassenzimmer kommen alle auf ihre Kosten / © Foto: Georg Berg
Le Kavaliershaus a également beaucoup à offrir aux familles avec enfants. Au buffet du petit-déjeuner dans la salle de classe, tout le monde y trouve son compte / © Photo : Georg Berg
Paradies für Kinder. Im Spielhaus können die Kleinen feiern, spielen und entdecken, um am Ende eines erlebnisreichen Tages zur Freude ihrer Eltern tief und fest zu schlafen / © Foto: Georg Berg
Un paradis pour les enfants. Dans la maison de jeu, les petits peuvent faire la fête, jouer et découvrir, avant de s’endormir profondément à la fin d’une journée bien remplie, pour le plus grand plaisir de leurs parents / © Photo : Georg Berg

Le monde d’Engel – des arbres géants et des personnes mises à la terre

En fait, nous rencontrons Dierk Engel parce qu’il fournit la maison de la cavalerie en gibier issu de sa propre chasse. Il nous est présenté comme le chasseur. Mais au cours de notre excursion, il s’avère qu’une seule appellation professionnelle ne suffit pas à décrire son action autour de Fincken. Dierk Engel vient nous chercher avec sa Lada tout-terrain et, dès le premier tournant de la route, nous quittons l’asphalte pour traverser ses champs.

Im Lada über die Felder. Dierk Engel sammelt an Sonntagen auch mal Müll ein / © Foto: Georg Berg
En Lada à travers les champs. Le dimanche, Dierk Engel ramasse aussi des déchets / © Photo : Georg Berg

Lorsque l’on traverse le paysage le plus à l’ouest de la Müritz, on remarque tout de suite les arbres géants qui se dressent au milieu d’un champ ou qui forment même toute une allée. C’est précisément devant un tel géant que Dierk Engel s’arrête pour nous présenter le chêne probablement le plus ancien de la région, dont l’âge est estimé à environ 700 ans et dont le tronc mesure 2,15 mètres de diamètre. Mais dans ses champs, il laisse aussi délibérément des arbres morts sur pied. Ils n’ont peut-être plus rien de majestueux, mais ils sont un paradis pour les insectes et les oiseaux. La sécheresse de l’été dernier et la douceur de l’hiver permettent à quatre générations de scolytes de prospérer. Cela donne du fil à retordre aux arbres. D’autres années, ce sont à peine deux générations de parasites qui se développent, explique Engel.

Die alte Eiche in Fincken, Mecklenburg-Vorpommern ist schätzungsweise 700 Jahre alt mit einem Stammdurchmesser von über zwei Metern / © Foto: Georg Berg
Le vieux chêne de Fincken, dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale, a un âge estimé à 700 ans et un tronc de plus de deux mètres de diamètre / © Photo : Georg Berg

Vétérinaire, paysagiste, chasseur ou cueilleur ?

Dierk Engel exploite une forêt paysanne. Mais il échange aussi des champs et des surfaces de manière ciblée et agit avec clairvoyance. En effet, le plus grand nombre possible de surfaces menant au lac de Fincken ne doivent plus être exploitées qu’en agriculture écologique. Il souhaite s’éloigner de la fertilisation intensive qui dure depuis des décennies. “Tant que nous jetterons encore onze millions de tonnes de nourriture en Allemagne, nous n’aurons pas besoin de fertiliser”, explique ce vétérinaire de formation. Au lieu de cela, il crée de petits biotopes pour les oiseaux et les insectes.

Der Finckener See soll nach den Plänen von Dierck Engel bald nur noch von ökologisch behandelten Feldern umgeben sein / © Foto: Georg Berg
Selon les plans de Dierck Engel, le lac de Fincken ne sera bientôt plus entouré que de champs traités écologiquement / © Photo : Georg Berg

Près de Kaeselin, Engel a dégagé une ancienne mare du village avec l’aide des villageois. Les habitants ne savaient même plus qu’elle existait, si bien qu’elle était envahie par les arbustes et les arbres. Aujourd’hui, un banc se trouve près de la mare et le busard des roseaux et la sarcelle à pattes vertes y ont réintroduit leur habitat.

Badesee für grünfüßige Teichhühner. Einer von vielen Tümpeln, die Dierk Engel rund um Fincken gestaltet hat / © Foto: Georg Berg
Lac de baignade pour la poule d’eau aux pieds verts. L’une des nombreuses mares que Dierk Engel a aménagées autour de Fincken / © Photo : Georg Berg
Von Einheimischen handgezeichnete Skizze für einen schönen Wanderweg / © Foto: Georg Berg
Esquisse d’un beau sentier de randonnée dessinée à la main par des habitants du coin / © photo : Georg Berg

En suivant cette esquisse de randonnée, on rencontre sur ce circuit d’environ onze kilomètres des arbres géants et des tombes slaves, on longe une ancienne voie ferrée, on traverse des forêts et des champs, on croise des daims et des chevaux, peut-être aussi la poule d’eau aux pieds verts près d’une mare créée par Dierk Engel, mais rarement des hommes. Et cela fait définitivement partie des attractions de Fincken am See et d’une pause dans la maison de cavalerie du château de Blücher dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale.

Egal, welche Art Ausflüge man am Tage rund um das Kavaliershaus Schloss Blücher unternimmt, am Abend kann man sich wieder auf Kunst am Bett und eine originell eingerichtete Suite freuen. Hier ein Nagelbild von Günther Uecker als Digitaldruck auf dem Bettsims / © Foto: Georg Berg
Quel que soit le type d’excursion que l’on entreprend dans la journée autour de la Kavaliershaus Schloss Blücher, le soir, on peut à nouveau se réjouir de l’art au lit et d’une suite aménagée de manière originale. Ici, une peinture à clous de Günther Uecker en impression numérique sur le rebord du lit / © Photo : Georg Berg

International

Publication imprimée

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Les frais de demi-pension n’ont pas été facturés par l’hôtel.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/kavaliershaus-schloss-bluecher