Regard vers Kassel pour la documenta14

Les amateurs de voyages artistiques ont eu un programme chargé à l’été 2017. La 14e documenta s’est déroulée en 2017 sur deux sites. Il était possible de commencer dès le début de l’été à Athènes. Cette double structure, à laquelle le curateur Adam Szymczyk a donné le titre de travail Apprendre d’Athènes, a permis à Athènes et à Kassel de tisser des liens avec l’autre ville.

Kassel schickt Rauchzeichen vom Zwehrenturm. Künstler Daniel Knorr will mit diesem Rauch „Warme Signale“ nach Athen senden. Eigentlich sollte der Rauch immer dann aufsteigen, wenn auch die documenta in Athen geöffnet ist. Aber nun schickt Kassel auch nach dem Ende der d14 in Athen weiter warme Rauchzeichen vom Zwehrenturm / © Foto: Georg Berg
Kassel envoie des signaux de fumée depuis la Zwehrenturm. L’artiste Daniel Knorr veut envoyer des “signaux chauds” à Athènes avec cette fumée. En principe, la fumée devrait toujours s’élever lorsque la documenta d’Athènes est ouverte. Mais désormais, Kassel continue d’envoyer des signaux de fumée chaude depuis la Zwehrenturm, même après la fin de la d14 à Athènes / © Photo : Georg Berg
Seit 1955 ist Kassel documenta-Stadt / © Foto: Georg Berg
Depuis 1955, Kassel est la ville de la documenta / © photo : Georg Berg

Tous les cinq ans, Kassel est placée sous le signe de l’art contemporain. Des installations, des performances et des conférences ont lieu dans les lieux les plus divers. Le lieu d’exposition le plus récent est la poste centrale, un bâtiment fonctionnel sans ornement qui est appelé par euphémisme la “nouvelle, nouvelle galerie” dans les plans et les aperçus de l’exposition artistique. Il n’est toutefois pas nécessaire de se rendre au musée pour admirer la plus grande œuvre que le conservateur Szymczyk a fait venir à Cassel. Le Parthénon des livres de l’artiste argentine Marta Minujin se trouve au cœur de Kassel, devant le Fridericianum, et ne peut être ignoré.

Das Parthenon der Bücher – und täglich wird die Konstruktion, die in ihrer Dimension ein Nachbau des Tempels auf der Akropolis ist, massiver und mit weiteren Büchern bestückt / © Foto: Georg Berg
Le Parthénon des livres – et chaque jour, la construction, dont les dimensions sont une réplique du temple de l’Acropole, devient plus massive et est garnie d’autres livres / © Photo : Georg Berg

Apprendre d’Athènes – la première démocratie

L’imposant “édifice artistique” est un signe contre l’interdiction des textes et la persécution de leurs auteurs. Pour réaliser cette œuvre, l’artiste argentine Marta Minujín et les organisateurs de la documenta ont rassemblé 14 livres qui sont réédités après des années d’interdiction ou qui sont diffusés légalement dans certains pays, mais interdits dans d’autres. L’installation sera construite à Kassel sur le modèle du temple de l’Acropole d’Athènes. Esthétiquement et politiquement, ce temple incarne l’idéal de la première démocratie de l’humanité.

Die argentinische Künstlerin Marta Minujin hat unzählige Bücher zum einem Parthenon errichtet / © Foto: Georg Berg
L’artiste argentine Marta Minujin a érigé d’innombrables livres en un Parthénon / © Photo : Georg Berg

Jusqu’à 100 000 livres interdits du monde entier constituent l’œuvre sur la Friedrichsplatz de Kassel. C’est précisément à cet endroit que près de 2.000 livres ont été brûlés en mai 1933 dans le cadre de ce que l’on a appelé l'”Aktion wider den undeutschen Geist”. En 1941, le Fridericianum, alors encore bibliothèque, a pris feu lors d’un bombardement allié et un stock d’environ 350.000 livres a été perdu.

Bücher im Plastikmantel. Mittlerweile sind fast alle Säulen mit Büchern bestückt. Zum Ende der documenta wird das Parthenon zurückgebaut – Bücher werden an Besucher verschenkt, die Plastikfolie soll recycelt werden / © Foto: Georg Berg
Des livres sous plastique. Entre-temps, presque toutes les colonnes sont garnies de livres. À la fin de la documenta, le Parthénon sera déconstruit – les livres seront offerts aux visiteurs, le film plastique sera recyclé / © Photo : Georg Berg

Le Parthénon des livres de Minujín remonte à une installation de 1983 intitulée El Partenón de libros, qui présentait, peu après l’effondrement de la dictature civilo-militaire argentine, les livres qui avaient été interdits pendant la dictature. Après cinq jours d’exposition, deux grues ont légèrement basculé l’installation sur le côté afin que les personnes présentes puissent emporter les livres. Une action commune avec le public est également prévue pour le Parthénon de Kassel à la fin de la documenta 14, afin de faire circuler à nouveau les livres.

Les débuts de la documenta à Kassel

En 1955, Arnold Bode, artiste, professeur d’art, commissaire d’exposition et habitant de Kassel, a créé la première documenta. À l’époque, elle était considérée comme une exposition d’art moderne d’Europe occidentale.

Au fil de ses 14 expositions, qui ont lieu tous les cinq ans, la documenta n’a cessé d’évoluer. Elle est devenue un lieu de grands débats sur l’art contemporain et sur le contexte sociopolitique actuel.

Kunst-Relikte: Einst ein umstrittenes Kunstwerk, dass die Kasselaner genervt hat. Der „Vertikale Kilometer“ von Walter de Maria verwandelte den Platz vor dem Fridericianum im Jahre 1977 zu einem lärmenden Bohrfeld / © Foto: Georg Berg
Les reliques de l’art : jadis, une œuvre d’art controversée qui agaçait les habitants de Cassel. En 1977, le “Kilomètre vertical” de Walter de Maria transformait la place devant le Fridericianum en un champ de forage bruyant / © Photo : Georg Berg
Damals wurde auch Joseph Beuys für tendenziell bekloppt gehalten. Er ließ zur documenta 7 fünf Jahre später 7.000 Eichen im Stadtgebiet von Kassel pflanzen und daneben jeweils einen Steinquader platzieren. Heute ist Kassel – auch wegen dieses documenta Projekts von Joseph Beuys grüner und schöner / © Foto: Georg Berg
A l’époque, Joseph Beuys était lui aussi considéré comme un peu fou. Cinq ans plus tard, à l’occasion de la documenta 7, il fit planter 7.000 chênes dans la ville de Kassel et plaça à côté de chacun d’eux un parallélépipède en pierre. Aujourd’hui, Kassel est plus verte et plus belle, notamment grâce au projet documenta de Joseph Beuys / © Photo : Georg Berg

Faire ses courses à la documenta – l’art à emporter

La consommation, le commerce et aussi le narcissisme des gens sont des thèmes abordés lors de l’exposition d’art. Il est possible d’acheter certaines œuvres d’art. Attention aux femmes, même les chaussures en font partie ! Toutefois, il ne suffit pas de faire glisser silencieusement un billet sur le comptoir ou de sortir sa carte de crédit. Il faut aussi et surtout communiquer pour obtenir l’œuvre d’art. Prenons l’exemple d’un morceau de savon et d’une paire de chaussures pour expliquer comment cela se passe.

Das eigene ICH im Mittelpunkt der Betrachtung. Der Sockel zur Selbsterhöhung auch ein bleibendes Andenken einer Documenta Schau ist direkt und dauerhaft vor den Torwachen zu finden / © Foto: Georg Berg
Le propre MOI au centre de la réflexion. Le socle pour l’élévation de soi, également un souvenir durable d’une exposition Documenta, se trouve directement et durablement devant les gardes de la porte / © Photo : Georg Berg
Der Spiegel, das Selfie und ich! Und die Kunst? So mancher Besucher sieht nur das eigene Ich im Kontext der Ausstellung im Friedericianum auf der documenta 14, Kassel / © Foto: Georg Berg
Le miroir, le selfie et moi ! Et l’art ? Plus d’un visiteur ne voit que son propre moi dans le contexte de l’exposition du Friedericianum à la documenta 14, Kassel / © photo : Georg Berg

Carved to Flow – la poésie du savon

On ne sait jamais vraiment où ils se trouvent, les performeurs qui transportent dans leur bedaine l’œuvre poétique “Carved to flow” de l’artiste nigériane Otobong Nkanga. Le mieux est de se promener un peu le long de la Schönen Aussicht, non loin de la Neue Galerie, pour avoir la chance de se lancer dans une conversation d’achat.

À l’aide d’un magasin rond avec des bacs pour l’eau savonneuse et les plantes, et vêtus d’un poncho imprimé, les performeurs expliquent la tradition de la production de savon, les différentes huiles utilisées dans les cubes noirs, le charbon qui supprime toutes les odeurs et comment tous les composants du savon sont restitués à la terre lorsqu’ils entrent en contact avec l’élément eau.

Verkäufer und Erzähler in einem: der Kunststudent Viktor in vollem Ornat für das Kunstprojekt Carved to Flow. Im Hintergrund ein Teil der Seifenproduktion von 45.000 Stück, die in Athen und Kassel für je 20 Euro verkauft werden / © Foto: Georg Berg
Vendeur et narrateur à la fois : l’étudiant en art Viktor en grande tenue pour le projet artistique Carved to Flow. En arrière-plan, une partie de la production de 45.000 savons vendus à Athènes et à Kassel pour 20 euros chacun / © Photo : Georg Berg

Les performeurs racontent la disposition d’une communauté villageoise en Afrique, qui devient un symbole sur chaque morceau de savon, récitent des poèmes imprimés sur l’emballage du savon et parlent de l’idée de partage et de transmission. Et sur le fait qu’il faut écouter et poser des questions, prêter attention au produit et, avec le prix de 20 euros, faire vivre le projet artistique du Nigeria. Ce n’est qu’en discutant et en écoutant que le morceau de savon devient vraiment un bon “souvenir” de la documenta 14.

Mitten im Verkaufsgespräch: Angela Berg fragt Kunststudenten Viktor nach den 7 Ölen der Seife von Künstlerin Otobong Nkanga / © Foto: Georg Berg
Au milieu d’une conversation de vente : Angela Berg demande à Viktor, étudiant en art, quelles sont les 7 huiles du savon de l’artiste Otobong Nkanga / © Photo : Georg Berg

Yugo-Export d’Irena Haiduk

Un panneau indicateur est accroché dans la cage d’escalier devant l’espace de l’artiste serbe Irena Haiduk dans la Hauptpost, alias Neue Neue Galerie. L’espace tout en longueur, et pour tout dire élégant pour la poste centrale, se compose de la boutique Yugoexport et d’une passerelle. Il n’y a aucune aide à l’action pour la visiteuse de documenta qui aime consommer. On ne peut pas se contenter de fouiller. Ici aussi, il faut chercher le dialogue et demander la marchandise. Cela fait probablement partie du concept.

Objekt weiblicher Begierde: Der Borsana-Schuh von Jugo-Export. Ein Schuh dessen Preis sich nach dem persönlichen Einkommen richtet / © Foto: Georg Berg
Objet du désir féminin : La chaussure Borsana de Jugo-Export. Une chaussure dont le prix dépend du revenu personnel / © Photo : Georg Berg

La marchandise, c’est en l’occurrence une chaussure ergonomique noire à lacets en toile et à bout ouvert. Certes, les légendaires chaussures Borosana, portées par toutes les collaboratrices de la documenta d’Athènes et de Cassel, ont été vendues dès le début de l’exposition.

Mais même après une livraison de marchandises fraîches, des produits tels que des robes, des chemisiers et justement cette légendaire chaussure de santé sont tenus derrière le comptoir. Sur demande, on vous tend alors votre taille dans une boîte à chaussures bleue.

Geschafft – Vertrag unterschrieben und Schuhe geschnürt. Angela Berg mit Borosana Schuhen von Irena Haiduk / © Foto: Georg Berg
C’est fait – le contrat est signé et les chaussures sont lacées. Angela Berg avec les chaussures Borosana d’Irena Haiduk / © Photo : Georg Berg

Les Borsanas ont été développées dans les années 1960 en Yougoslavie pour les femmes de ménage et les serveuses. Après une longue phase de développement, l’État yougoslave a prescrit cette chaussure à toutes les femmes qui travaillaient, afin qu’elles puissent traverser une journée de 10 heures sans douleur et avec un dos détendu. L’artiste maintient également le lien avec le monde du travail. D’une part, l’entretien de vente avec la cliente comprend une auto-évaluation de sa situation de vie. Le prix d’une paire de chaussures en dépend. D’autre part, la femme signe un contrat dans lequel elle s’engage à ne porter ces chaussures que pour le travail. Les contrats conclus sont à leur tour regroupés pour former une partie du projet artistique.

documenta – débats et pistes de réflexion

Il est régulièrement question de guerre à la documenta. Le char “Polemos”, qu’Andreas Angelidakis a installé dans le Fridericianum, en est un exemple. Les modules de sièges sont en vinyle et en mousse de couleur camouflage. L’artiste les a arrangés pour former un char flexible. L’outil de guerre se transforme en oasis de douceur et pourtant, l’image de la guerre et de la destruction revit chez le spectateur.

Krieg – immer wieder ein Thema auf der documenta. Sitzmodule in Fleckentarnung werden zweimal in der Woche in einer Performance zu einem Panzer in Originalgröße zusammengebaut / © Foto: Georg Berg
La guerre – un thème récurrent à la documenta. Des modules de sièges en camouflage de taches sont assemblés deux fois par semaine lors d’une performance pour former un char d’assaut grandeur nature / © Photo : Georg Berg

Ibrahim Mahama du Ghana avec une œuvre d’art extérieure spectaculaire. Le camouflage des gardes de la porte. Les sacs de jute sont fabriqués en Asie, distribués dans le monde entier et utilisés au Ghana pour emballer le cacao destiné à l’exportation vers l’Amérique et l’Europe. Dans ces sacs se matérialise l’histoire du commerce mondial qui, aujourd’hui encore, parle souvent d’exploitation. Les fèves de cacao en particulier sont synonymes de très bas salaires, de travail des enfants et de destruction de l’environnement.

Die Verhüllung der Torwachen mit Jutesäcken von Ibrahim Mahama aus Ghana / © Foto: Georg Berg
L’habillage des gardes de la porte avec des sacs de jute par Ibrahim Mahama du Ghana / © Photo : Georg Berg
Performance: Studenten nähen die vielen Jutesäcke aneinander. Die gleiche Aktion fand auch in Athen statt / © Foto: Georg Berg
Performance : des étudiants cousent les nombreux sacs de jute les uns aux autres. La même action a eu lieu à Athènes / © photo : Georg Berg

Kassel vaut la peine d’être visitée, et pas seulement à l’époque de la documenta. Pendant les semaines de la grande exposition d’art, des visiteurs du monde entier affluent dans la ville du nord de la Hesse. Concert, performances ou encore offres variées de street food enrichissent le paysage urbain. Mais le fait est aussi qu’après plus de 60 ans de documenta à Kassel – de nombreuses œuvres d’art sont restées dans la ville, la densité des musées est impressionnante et les jeux d’eau dans le Bergpark Wilhelmshöhe, qui fait partie du patrimoine culturel mondial depuis 2013, offrent chaque année à partir du mois de mai une force hydraulique imposante – un city trip à Kassel vaut aussi la peine en dehors des années de documenta.

Un hébergement un peu différent : Renthof à Kassel – histoire et esprit du temps

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

La documenta nous a dispensés de payer l’entrée.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/kassel-documenta-14