Laugh in Translation

Depuis le 11 octobre 2022, le Japon est à nouveau ouvert aux touristes. Lorsque nous avons visité la préfecture de Shizuoka en septembre 2019, nous n’aurions pas cru possible de faire partie pour longtemps des derniers étrangers à voyager individuellement dans le pays et que nos expériences de voyage parviendraient jusqu’au Shizuoka Shimbun, le journal du soir de Shizuoka.

Übersetzung mit Witz / © Foto: Georg Berg
Übersetzung mit Witz / © Foto: Georg Berg

Sur cette photo, on nous voit, Mme Iyama et moi, utiliser une application de traduction avec beaucoup de routine et visiblement amusés, afin de réduire notre barrière linguistique. Trois jours plus tôt, à la recherche d’un restaurant et d’un endroit où passer la nuit pour le lendemain, nous avions loué notre voiture devant le Ryokan Izu Makiba garée devant l’hôtel. Les drapeaux en tissu devant l’entrée étaient pour nous le seul indicateur qu’il pouvait s’agir d’un restaurant. Un voyageur qui quittait la maison avec une valise nous a donné l’espoir qu’il pourrait s’agir d’une maison d’hôtes traditionnelle, un ryokan, dans laquelle nous pourrions trouver une chambre et de la nourriture. À ce moment-là, nous nous sentions plutôt perdus dans la traduction. Nous ne pouvions ni lire les panneaux d’information, ni nous débrouiller en anglais. Heureusement, notre chère amie de voyage Noriko nous avait préparés à cette situation. À l’entrée du ryokan Izu Makiba, nous avons brandi une grande feuille. Il y était écrit en très beaux caractères japonais. “Combien coûte une nuit pour deux personnes ?”

Mittels einer auf japanisch hingeschriebenen Frage nach einem freien Zimmer begann unser mehrtägiger Aufenthalt im Ryokan Izu Makiba. Denn auch auf englisch war eine Verständigung unmöglich. Bei der Abreise überreichte uns Hiroto mit einem Augenzwinkern ein schriftliches Gegenstück und einen Glücksbringer / © Foto: Georg Berg
Notre séjour de plusieurs jours au Ryokan Izu Makiba a commencé par une demande écrite en japonais concernant une chambre libre. Car même en anglais, il était impossible de se faire comprendre. Au moment du départ, Hiroto nous a remis, avec un clin d’œil, une contrepartie écrite et un porte-bonheur / © Photo : Georg Berg

Des boulettes de riz réconfortantes et une promesse

Notre écrit japonais nous a permis d’engager une conversation gestuelle avec Hiroto et sa mère. Les premiers signaux n’étaient toutefois pas très positifs. En effet, l’heure du repas était passée et ils ne pouvaient pas non plus nous proposer une chambre. Le fait que nous devions de toute façon d’abord trouver un logement pour le jour suivant était bien trop compliqué à communiquer. Ainsi, sans perspective d’un délicieux menu japonais, nous avons dû leur paraître bien déprimés. Nous avons pris congé, contrits, et sommes retournés à notre voiture. A peine étions-nous assis que Mme Iyama est arrivée avec deux bouteilles de thé vert froid. Ce qui s’est passé ensuite fait partie de nos plus beaux souvenirs de voyage.

Changement de perspective

À ce stade, l’histoire est racontée du point de vue de Hiroto Iyama. Elle n’est pas aussi dramatique que dans le film Rashomon, dans lequel le réalisateur japonais Akira Kurosawa fait raconter un événement selon quatre perspectives différentes. Grâce à Momoko Takii de Tourism Shizuoka, nous sommes restés en contact avec Hiroto jusqu’à aujourd’hui. C’est également grâce à Momoko que nos expériences de voyage ont pu être publiées dans un journal japonais à l’occasion de la levée des restrictions d’entrée en octobre 2022.

En me basant sur mon journal, j’ai envie de raconter l’histoire de cette manière.

Au milieu d’un long week-end, nous avons réservé toutes les chambres. De nouveaux clients se sont présentés à la porte en disant : “Nous avons vraiment faim et nous cherchons un endroit pour manger. Pourrions-nous avoir un déjeuner ici ?” Il y avait de l’anglais, de l’allemand et beaucoup de gestes. Ils avaient un sketchbook avec des expressions en japonais et en allemand. J’ai répondu avec mon mauvais anglais que nous n’étions pas un restaurant, mais il semblait qu’ils ne me comprenaient pas. J’ai utilisé une application de traduction et leur ai dit que tous les restaurants autour d’ici faisaient une pause entre l’heure du déjeuner et celle du dîner.

Ils étaient sur le point de retourner à leur voiture… quand cette pensée m’est venue à l’esprit.

“Je ne veux pas les laisser se promener affamés et mal à l’aise !” J’ai donc demandé à Okami de les garder pendant que je faisais des boulettes de riz. 10 minutes plus tard, je suis revenue avec des boulettes de riz (bonito flake, saumon et wakame seaweed), du gingembre grillé et une brochure touristique en anglais.

Une demi-heure plus tard, ils sont revenus mais je n’ai pas pu quitter la cuisine pour préparer le dîner. Il n’y a qu’Okami qui a pu leur parler. Puis arrive notre sauveur – un autre hôte qui parle à la fois l’anglais et l’allemand. Ils étaient déjà en train de discuter à l’entrée.

Le couple dit qu’il a apprécié nos onigiri et qu’il aimerait rester ici.

Nous étions complets, ils leur ont donc dit qu’ils pourraient revenir le lendemain.

Ils ont fini par rester avec nous pendant trois nuits et ont continué à explorer la région.

Pendant qu’ils étaient là, nous avons passé un bon moment à parler des sujets locaux et de la nourriture japonaise.

Hiroto Iyama, Izu Makiba
Screenshot der Konversation: Drückt man vor dem Sprechen die deutsche oder die japanische Fahne, folgt die Übersetzung in die andere Sprache schriftlich, in Lautschrift und auch akustisch / © Foto: Georg Berg
Capture d’écran de la conversation : si l’on appuie sur le drapeau allemand ou japonais avant de parler, la traduction dans l’autre langue suit à l’écrit, en phonétique et aussi de manière acoustique.
Okami Iyama hat unsere Tellerrand-Story in japanischer Übersetzung ausgedruckt und mit dem Foto unterstrichen, dass unsere Begegnung auch bei ihr einen bleibend positiven Eindruck hinterlassen hat
Okami Iyama a imprimé notre histoire de l’assiette en traduction japonaise et a souligné avec la photo que notre rencontre lui avait également laissé une impression positive durable.
Ichi-Ju-San-Sai. Ein traditionelles japanisches Frühstück besteht aus einer Misosuppe und vielen kleinen Gerichten / © Foto: Georg Berg
Le ichi-ju-san-sai. Un petit déjeuner japonais traditionnel se compose d’une soupe miso et de nombreux petits plats / © Photo : Georg Berg

Madame Iyama et la meilleure soupe miso

Dès le premier petit déjeuner au Ryokan Izu Makiba, j’ai su qu’on y servait de loin la meilleure soupe miso que j’avais mangée jusqu’alors au Japon. Comme Mme Iyama et moi nous sommes entre-temps amusés à servir l’appareil de traduction, je lui ai immédiatement demandé si elle pouvait me montrer la préparation de sa soupe le lendemain matin. Miso-Shiru – le bonheur d’une soupe chaude.

Katsuobushi, bei uns bekannt als Bonitoflocken, sorgen für die Geschmackstiefe der Misosuppe / © Foto: Georg Berg
Les katsuobushi, connus chez nous sous le nom de flocons de bonite, donnent à la soupe miso sa profondeur de goût / © Photo : Georg Berg

Si cela n’avait tenu qu’à l’application de traduction, Mme Iyama sur la photo ci-dessus n’aurait pas jeté des katsuobushi dans la marmite, mais des chats.

Cette histoire a déclenché une longue discussion sur Facebook au Japon, que la traduction automatique rend sans doute difficilement compréhensible. Mais notre rencontre nous a permis de deviner le sens de l’histoire.

Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/japan-laugh-translation