Hôtel Krone à Weil am Rhein

Vivre comme chez des amis, tel est le credo de la directrice de l’hôtel Sonja Hechler. Avec un grand amour du détail, elle a transformé l’auberge Krone datant de 1572, reprise par ses parents, d’une maison spécialisée dans la gastronomie en un hôtel-boutique qui se distingue par de magnifiques designs d’intérieur ainsi que par des ruptures surprenantes entre tradition et modernité. Des designers de renom comme Konstantin Grcic ou Jasper Morrison y séjournent, tout comme des mécènes de l’art et des architectes de renommée internationale. L’hôtel Krone est parfaitement situé entre Bâle, la Fondation Beyeler avec ses expositions souvent prestigieuses et le Vitra Campus à Weil. Autant de destinations qui valent le détour et que l’on peut découvrir à vélo ou à pied depuis l’hôtel Krone. Cela est même possible le long d’un sentier artistique. Le sentier Rehberger, avec ses 24 objets de l’artiste Tobias Rehberger, relie deux pays, deux communes et deux institutions culturelles sur une distance de cinq kilomètres seulement, au milieu desquels se trouve l’auberge Krone.

Das historische Gasthaus Krone steht weiter im Vordergrund, der Neubau aus Sichtbeton, Stahl und Glas, entworfen von Architekt Osman Askari, der ehemals für Herzog & de Meuron tätig war, hält sich im Hintergrund. Diese Rollenverteilung war Hotelchefin Sonja Hechler wichtig / © Foto: Georg Berg
L’auberge historique Krone reste au premier plan, tandis que le nouveau bâtiment en béton apparent, acier et verre, conçu par l’architecte Osman Askari, qui a travaillé pour Herzog & de Meuron, se tient à l’arrière-plan. Cette répartition des rôles était importante pour la directrice de l’hôtel Sonja Hechler / © Photo : Georg Berg

Il y a plus de 400 ans, l’auberge Krone a obtenu la première licence de débit de boissons à Weil am Rhein. De tout temps, l’établissement a accueilli un public varié. Depuis environ 70 ans, elle est gérée par la famille Hechler. Grâce à sa situation à la frontière avec la Suisse, la “pâte bâloise” y circule volontiers depuis toujours, comme le raconte Sonja Hechler. Tout ce qui compte, qu’il s’agisse d’entrepreneurs pharmaceutiques ou de mécènes de l’art, venait et vient volontiers à l’hôtel Krone. Autrefois, les clients étaient uniquement attirés par la bonne cuisine.

Das Restaurant ist verkleinert worden. Dafür werden Hotelgäste und Restaurantbesucher nun im Living Room empfangen. Hier lädt Sonja Hechler zum Apéro und gleich fallen dem Besucher die ersten Design-Objekte ins Auge. Im Gespräch mit FrontRowSociety Autorin Angela Berg erzählt Sonja Hechler von der engen Verbundenheit zu Vitra. Aber auch junge Designlabel aus der Region wie etwa Pulpo mit Sitz in Lörrach werden in das Interieur des Hauses integriert. Hechler arbeitet seit der ersten Renovierungsphase 2012 mit der Innenarchitektin Anne-Sophie Hollenwäger zusammen / © Foto: Georg Berg
Le restaurant a été réduit. En revanche, les clients de l’hôtel et les visiteurs du restaurant sont désormais accueillis dans le Living Room. Sonja Hechler y invite à l’apéritif et les premiers objets design attirent immédiatement l’attention du visiteur. Lors d’un entretien avec l’auteur de FrontRowSociety Angela Berg, Sonja Hechler parle de son lien étroit avec Vitra. Mais de jeunes labels de design de la région, comme Pulpo, dont le siège est à Lörrach, sont également intégrés dans l’intérieur de la maison. Hechler travaille depuis la première phase de rénovation en 2012 avec l’architecte d’intérieur Anne-Sophie Hollenwäger / © Photo : Georg Berg

Le père, Roland Hechler, a obtenu une étoile Michelin dans ses jeunes années. Aujourd’hui, il est aux fourneaux exclusivement le week-end et prépare ses classiques comme la viande à potage et le rôti du dimanche. Le restaurant, réduit à 30 places, fonctionne depuis 2018 avec un nouveau concept. Le chef Sebastian Urban veille à une cuisine moderne et régionale, tout en regardant volontiers au-delà des frontières de l’assiette. Avec le concept Outside the Box, des thèmes comme la cuisine française, ART ou les asperges sont abordés temporairement.

Das Restaurant im Hotel Krone mit 30 Sitzgelegenheiten. Viele von ihnen sind der Eames Wire Chair DKW von 1951. Über den Tischen schweben Klassiker des Lichtdesigns. Im Vordergrund die Leuchte Golden Bell von Artek / © Foto: Georg Berg
Le restaurant de l’hôtel Krone avec 30 places assises. Beaucoup d’entre eux sont des Eames Wire Chair DKW de 1951. Des classiques du design lumineux flottent au-dessus des tables. Au premier plan, le luminaire Golden Bell d’Artek / © Photo : Georg Berg

Comment Vitra agit – des univers pour les fans de design

Un séjour à l’hôtel Krone incite également à penser à son propre chez-soi. Que ce soit au restaurant, dans le Living Room et surtout dans sa propre chambre, l’hôte est entouré de tant de classiques du design et de meubles design contemporains disposés de manière confortable que l’effet de ces pièces est bien plus inspirant que ce qui serait possible dans un espace de vente. Où d’autre a-t-on l’occasion de s’asseoir toute une soirée sur une chaise Eames de Vitra et de constater ce que l’on a toujours voulu savoir. Ces chaises sont-elles confortables ou simplement esthétiques ? Le confort d’assise est excellent. Monsieur et Madame Eames, excusez-moi, comment ai-je pu douter de vous ?

Sichtbeton war Sonja Hechlers Wunschmaterial. Das historische Fachwerkhaus von 1572 wurde durch einen attraktiven Neubau ergänzt. Architekt Osman Askari schuf aus Glas, Stahl und Beton eine offene Architektur, die die Sommerterrasse, Konferenzräume und fünf neue Gästezimmer beherbergt. Nach Privathäusern, einer Schule und einem Kirchenumbau ist das Gasthaus Krone das erste Hotelprojekt von Osman Askari / © Foto: Georg Berg
Le béton apparent était le matériau souhaité par Sonja Hechler. La maison historique à colombages de 1572 a été complétée par un nouveau bâtiment attrayant. L’architecte Osman Askari a créé une architecture ouverte à partir de verre, d’acier et de béton, qui abrite la terrasse d’été, des salles de conférence et cinq nouvelles chambres d’hôtes. Après des maisons privées, une école et la transformation d’une église, l’auberge Krone est le premier projet hôtelier d’Osman Askari / © Photo : Georg Berg

Maison principale et nouveau bâtiment – façonner un environnement

L’hôtel Krone compte au total 17 chambres design. Douze d’entre elles se trouvent dans l’auberge historique et cinq dans le nouveau bâtiment. Pour les nouvelles chambres, des matériaux naturels ont été utilisés afin de garantir un climat intérieur sain, explique Sonja Hechler. Les meilleurs lits, des murs en argile et un design pur et intemporel. Dans les chambres de la maison principale historique, le style d’une ancienne maison à colombages n’a pas seulement été conservé, mais délibérément mis en valeur. Les poutres en bois ont été dégagées et vernies. Elles contrastent avec les classiques du design de Charles et Ray Eames, Jean Prouvé ou Isamu Noguchi, qui sont relativement jeunes, puisqu’ils ont environ 60 ans. Aujourd’hui, les descendants des Eames descendent à l’hôtel Krone, tout comme la grande famille de l’architecte star Balkrishna Doshi ou les designers Konstantin Grcic et Jasper Morrison.

Im historischen Haupthaus zeigt sich, wie gut alt und neu harmonieren. Die Holzbalken wurden freigelegt und lackiert. Sie stehen in Kontrast zu den mit rund 60 Jahren vergleichsweise jungen Designklassikern von Charles und Ray Eames, Jean Prouvé oder Isamu Noguchi / © Foto: Georg Berg
Dans la maison principale historique, on voit à quel point l’ancien et le nouveau s’harmonisent bien. Les poutres en bois ont été dégagées et vernies. Elles contrastent avec les classiques du design de Charles et Ray Eames, Jean Prouvé ou Isamu Noguchi, qui sont relativement jeunes (environ 60 ans) / © Photo : Georg Berg
Radverleih im Hotel Krone: Skizze einer strategisch perfekten Lage: „Pick a Bike“ im Hotel Krone und in fünf Minuten bist du auf dem Vitra Campus, in acht Minuten an der Fondation Beyeler in der Schweiz und in 25 Minuten gar mitten auf dem Marktplatz von Basel. Unser erstes Ziel, ganz designorientiert, der Vitra Campus / © Foto: Georg Berg
Location de vélos à l’hôtel Krone : l’esquisse d’une situation stratégiquement parfaite : “Pick a Bike” à l’hôtel Krone et en cinq minutes, tu es sur le Vitra Campus, en huit minutes à la Fondation Beyeler en Suisse et en 25 minutes même au milieu de la place du marché de Bâle. Notre première destination, très design, le Vitra Campus / © Photo : Georg Berg

Objets de convoitise dans la ville des chaises

C’est le printemps et on célèbre la fête des cerisiers en fleurs. Sur le Vitra Campus, on trouve un nombre incalculable d’objets de désir. Ici un Grcic, là un Morrison, des Panton Juniors pour les petits et un enclos rempli d’Eames Elephants. Très décontractée, cette atmosphère que l’entreprise Vitra a créée autour de son site de production à Weil am Rhein depuis les années 1950. Les bâtiments ont été conçus par des architectes de renom tels que Frank Gehry, Zaha Hadid, Alvaro Siza ou Herzog & de Meuron. Même l’arrêt de bus du campus est une création de Jasper Morrison.

Das wohl prägnanteste Gebäude auf dem Vitra Campus ist das Vitra Haus der Architekten Herzog & de Meuron von 2010. Es ist der Flagshipstore von Vitra, gefüllt mit Wohnwelten aus der Home Collection zum Ordern oder direkt kaufen / © Foto: Georg Berg
Le bâtiment le plus marquant du Vitra Campus est sans doute la Vitra Haus des architectes Herzog & de Meuron, construite en 2010. C’est le flagship store de Vitra, rempli d’univers de vie de la Home Collection à commander ou à acheter directement / © Photo : Georg Berg
Willkommen in der Stadt der Stühle. Auf der Wiese vor dem Vitra Haus stehen unzählige Designer Stühle in der Landschaft. Als Besucher rückt man sich den Panton, Eames oder einen Vegetal von Bouroullec zurecht. Im Hintergrund eine Gruppe von roten Stool Tools von Konstantin Grcic. Noch weiter dahinter die Weinberge von Weil / © Foto: Georg Berg
Bienvenue dans la ville des chaises. Sur la pelouse devant la maison Vitra, d’innombrables chaises de designers se dressent dans le paysage. En tant que visiteur, il est possible de se faire une Panton, une Eames ou une Vegetal de Bouroullec. En arrière-plan, un groupe de Stool Tools rouges de Konstantin Grcic. Encore plus loin, les vignobles de Weil / © Photo : Georg Berg
Innenansichten aus dem Vitra Haus. Die Wohnwelten von Vitra sind gespickt mit Informationen rund um die Designer und die Geschichte ihrer Möbel / © Foto: Georg Berg
Vues intérieures de la maison Vitra. Les univers de vie de Vitra sont truffés d’informations sur les designers et l’histoire de leurs meubles / © Photo : Georg Berg
Innenansichten aus dem Vitra Haus. Mit Blick in die schöne Landschaft und einem ganzen Geschwader Handgranaten in der Luft. Klingt bedrohlich? Gemeint ist die Pendelleuchte, die Alvar Aalto 1952 für Artek gestaltet hat. Ihr schlichtes Aussehen erinnert an Industrie-Design und hat ihr den Namen Handgranate eingebracht. In Zeiten des Kalten Krieges war man mit Kosenamen anscheinend nicht so empfindlich / © Foto: Georg Berg
Vues intérieures de la Vitra Haus. Avec vue sur un beau paysage et tout un escadron de grenades à main en l’air. Cela semble menaçant ? Il s’agit de la lampe suspendue qu’Alvar Aalto a conçue en 1952 pour Artek. Son aspect sobre rappelle le design industriel et lui a valu le nom de grenade à main. A l’époque de la guerre froide, on n’était apparemment pas si sensible aux petits noms / © Photo : Georg Berg

La dernière maison du campus – le Vitra Schaudepot

De l’extérieur, un bâtiment sobre en briques, avec la forme du pictogramme pour maison. De l’intérieur, le Schaudepot présente des objets clés d’une vaste collection. 20.000 objets, dont 7.000 meubles, plus de 1.000 luminaires ainsi que de nombreuses archives et les legs de Verner Panton et Alexander Girard sont rassemblés ici. Les visiteurs ont toujours accès à une sélection qui se concentre sur environ 400 objets du design mobilier moderne de 1800 à nos jours. Parmi eux, Le Corbusier, Alvar Aalto ou Gerrit Rietveld.

Im Vitra Schaudepot werden eine Auswahl von Schlüsselobjekten des Möbel-Designs gezeigt. Hier eine Reihe Panton Chairs von Verner Panton. Das Schaudepot archiviert den kompletten Nachlass des dänischen Designers Verner Panton / © Foto: Georg Berg
Le Vitra Schaudepot présente une sélection d’objets clés du design mobilier. Ici, une série de Panton Chairs de Verner Panton. Le Schaudepot archive l’ensemble de l’héritage du designer danois Verner Panton / © Photo : Georg Berg
Nicht alles, was im Vitra Schaudepot gezeigt wird, muss man schön finden. Aber interessant ist die Entwicklung des Möbeldesigns, die hier am Möbel Stuhl gezeigt wird allemal / © Foto: Georg Berg
Il n’est pas nécessaire de trouver beau tout ce qui est exposé au Vitra Schaudepot. Mais l’évolution du design de meubles, qui est présentée ici sur la Möbel Stuhl, est intéressante / © Photo : Georg Berg

Le chemin Rehberger entre Riehen et Weil

Assez de design ? Alors la région offre aussi de l’art, à relier directement depuis le Vitra Campus le long du Rehberger-Weg. En 2015, le parcours de cinq kilomètres entre Weil am Rhein et Riehen en Suisse a été équipé de 24 repères de Tobias Rehberger. Ces objets visent à rapprocher les visiteurs du paysage naturel et culturel. Une carte de randonnée explique l’art, qui est souvent auto-explicatif. Parfois, ils se présentent comme des objets utilitaires tels que des poubelles, des panneaux indicateurs ou des affiches grand format. Lors de notre randonnée à vélo, le repère “Travaux au sol” se révèle grandiose, bien qu’involontairement caricatural.

Bodenarbeit von Tobias Rehberger trifft auf Bodenarbeit der Gemeinde Weil am Rhein. Hoffentlich hat sich hier der Bauarbeiter frei nach der Legende um Joseph Beuys Fettecke nicht gefragt „Ist das Kunst, oder kann das weg?“ / © Foto: Georg Berg
Le travail au sol de Tobias Rehberger rencontre le travail au sol de la commune de Weil am Rhein. Espérons que l’ouvrier du bâtiment ne s’est pas demandé ici, librement après l’affaire du coin gras de Joseph Beuys, “Est-ce de l’art ou cela peut-il être supprimé ?” / © Photo : Georg Berg
Der Rehberger Weg führt zum großen Teil durch die Weinberge. 24 Wegmarken auf fünf Kilometer. Fahrräder gibt es zum Verleih direkt im Hotel Krone / © Foto: Georg Berg
Le Rehberger Weg passe en grande partie par les vignobles. 24 repères sur cinq kilomètres. Des vélos sont disponibles à la location directement à l’hôtel Krone / © photo : Georg Berg
Tobias Rehberger und seine Wegmarke "Fernglas" mit Blick aus dem Weinberg auf Weil am Rhein / © Foto: Georg Berg
Tobias Rehberger et son repère Jumelles avec vue sur Weil am Rhein depuis le vignoble / © Photo : Georg Berg

La vieille ville de Bâle et la Fondation Beyeler

En vélo, il ne faut que 25 minutes pour se rendre de l’hôtel Krone à la place du marché de Bâle, et huit minutes pour atteindre la Fondation Beyeler. Bâle possède une vieille ville très belle et intacte. Le nombre de 40 musées est un record. Quatre ferrys circulent entre les cinq ponts sur le Rhin à Bâle. L’un d’entre eux est le bac Leu à la cathédrale. Il traverse le Rhin sans moteur et uniquement grâce à la force du courant. Lors d’une visite de la vieille ville, en passant par la place du marché et l’hôtel de ville rouge de Bâle, il est recommandé de traverser avec le bac de la cathédrale et de bavarder avec le passeur Jacques Thurneysen.

Jacques Thurneysen, in Paris geboren und auf dem Rhein zuhause: Seit vielen Jahrzehnten hält er die Pacht für die kleine Seilfähre, die über den Schwengel mit einem Drahtseil verbunden ist, das das Basler Münster mit dem anderen Ufer verbindet. Mit 65 Jahren übergibt Thurneysen die Pacht an seinen Sohn Noa. Im Sommer ist die Fähre 77 Stunden in der Woche im Dienst. Die Schichten teilt sich Jacques Thurneysen mit Sohn und Neffe / © Foto: Georg Berg
Jacques Thurneysen, né à Paris et chez lui sur le Rhin : depuis de nombreuses décennies, il détient le bail du petit bac à câble, relié par le Schwengel à un câble métallique qui relie la cathédrale de Bâle à l’autre rive. A 65 ans, Thurneysen transmet le bail à son fils Noa. En été, le bac est en service 77 heures par semaine. Jacques Thurneysen partage les quarts de travail avec son fils et son neveu / © Photo : Georg Berg
Die Basler Rheinfähre „Leu“ am Münster. In den Mittagsstunden fahren die Menschen gerne zum Mittagessen auf die andere Seite, die dann in der Sonne liegt. Eine Überfahrt kostet 1,60 Franken oder Euro / © Foto: Georg Berg
Le bac bâlois sur le Rhin “Leu” à la cathédrale. Aux heures de midi, les gens aiment aller déjeuner de l’autre côté, qui est alors baigné de soleil. Une traversée coûte 1,60 franc ou euro / © Photo : Georg Berg
Kunststadt Basel. Einmal im Jahr findet die international führenden Kunstmesse ART Basel statt. Das Kulturhighlight im Jahr 2019 dürfte aber die Picasso Ausstellung der Fondation Beyeler sein. Sie zeigt den jungen Picasso – Blaue und Rosa Periode. Das Hotel Krone bietet seinen Gästen Weekend-Pakete an, die die Eintrittskarten zur Picasso-Ausstellung enthalten / © Foto: Georg Berg
Bâle, ville d’art. Une fois par an a lieu la foire d’art internationale de premier plan ART Basel. Mais le temps fort culturel de l’année 2019 devrait être l’exposition Picasso de la Fondation Beyeler. Elle présente les jeunes Picasso – période bleue et rose. L’hôtel Krone propose à ses clients des forfaits week-end comprenant les billets d’entrée à l’exposition Picasso / © Photo : Georg Berg
Rotes Rathaus von Basel. Es liegt in direkt am Marktplatz und der Vorhof ist frei zugänglich / © Foto: Georg Berg
L’hôtel de ville rouge de Bâle. Il est situé directement sur la place du marché et le parvis est librement accessible / © photo : Georg Berg

Le chasselas – un cépage du Markgräfler Land

Weil am Rhein est également synonyme de bons vins – dans le Markgräfler Land, on cultive le bourgogne et on produit du chasselas. Le Gutedel a un taux d’alcool plus faible et est considéré comme très digeste. En 1780, le margrave Karl-Friedrich von Baden a importé ce cépage de Vevey, au bord du lac Léman, dans le Markgräfler Land. Nous partons dans les vignes avec le viticulteur Johannes Schneider. La famille exploite environ 13 hectares. Le meilleur endroit est le hameau de Schlipf, connu pour ses sols calcaires. La quatrième génération de viticulteurs tient encore en main toutes les étapes de la production et de la commercialisation.

Winzer Johannes Schneider erzählt, dass die Rebsorte Gutedel rund 20 Prozent der Produktion ausmacht. Ein Zechwein mit wenig Alkohol und wenig Säure, leicht und unkompliziert. Der Burgunder der Schneiders schafft es zum Ausschank bis nach London in die Tate Gallery / © Foto: Georg Berg
Le viticulteur Johannes Schneider raconte que le cépage chasselas représente environ 20 pour cent de la production. C’est un vin de table peu alcoolisé et peu acide, léger et simple. Le bourgogne des Schneider parvient à être servi jusqu’à Londres, à la Tate Gallery / © Photo : Georg Berg
Frühjahrsarbeit am Rebstock. Der Gutedel hat etwas weniger Alkohol, gilt als sehr bekömmlich. 1780 wurde die Rebsorte Gutedel von Markgraf Karl-Friedrich von Baden aus Vevey am Genfer See ins Markgräfler Land gebracht. Schon damals hatte diese Traube eine über mehrere Jahrtausende währende Geschichte hinter sich. Heute wächst sie zwischen den beiden Münstern zu Basel und Freiburg. Die große Traube bringt einen frischen, spritzigen Wein hervor / © Foto: Georg Berg
Travail de printemps sur la vigne. Le chasselas a un peu moins d’alcool, il est considéré comme très digeste. En 1780, le margrave Karl-Friedrich von Baden a importé le chasselas de Vevey, au bord du lac Léman, dans le Markgräfler Land. À l’époque déjà, ce cépage avait derrière lui une histoire de plusieurs millénaires. Aujourd’hui, il pousse entre les deux cathédrales de Bâle et de Fribourg. Le grand raisin produit un vin frais et pétillant / © Photo : Georg Berg

L’hôtel Krone et la nouvelle ART de la cuisine du Markgräfler
L’hôtel Mühle fait venir la cuisine des Pouilles à Binzen
En route pour Bâle – Un tour gastronomique autoguidé et une visite de la Fondation BeyelerEn savoir plus sur Bâle, la ville au bord du Rhin. Elle a servi de refuge à des penseurs originaux.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Les frais d’entrée et les frais de demi-pension à l’hôtel n’ont pas été facturés.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/hotel-krone