Hôtel Endsleigh dans la forêt féerique du Devon

Endsleigh in der Morgenstimmung. Man hört nur Vogelgezwitscher und den Wind. Es gibt keine Autogeräusche und nachts keine Lichtverschmutzung / © Foto: Georg Berg
Endsleigh dans l’ambiance du matin. On n’entend que le chant des oiseaux et le vent. Il n’y a pas de bruits de voitures et la nuit, pas de pollution lumineuse / © Photo : Georg Berg

Olga Polizzi crée l’endroit parfait pour s’évader du quotidien.

Il est là, comme un lieu enchanté où les elfes flottent de cheminée en cheminée et où les sept nains pourraient se promener au coin de la rue en sifflant à tout moment. Endsleigh est un domaine classé situé dans le comté du Devon, entouré de plus de 40 hectares de forêt féerique. Le vaste domaine, avec ses folies, ses grottes et ses pavillons de jardin, a été conçu au début du 19e siècle par le dernier grand architecte paysagiste d’Angleterre, Humphrey Repton. Il s’agissait d’une commande du duc de Bedford, qui possédait alors un tiers du Devon. L’endroit rappelait à la duchesse de Bedford son Écosse natale.

Entlang der längsten Zierrabatte Englands. Auf dem Green lassen sich verschiedenste Gartenspiele spielen / © Foto: Georg Berg
Le long de la plus longue bordure ornementale d’Angleterre. Le green permet de jouer aux jeux de jardin les plus divers / © Photo : Georg Berg

La duchesse a fait un bon choix. Situé en bordure de l’actuelle réserve naturelle de Dartmoor, Endsleigh est niché dans un magnifique paysage vallonné, traversé par les méandres de la Tamar, la meilleure rivière d’Angleterre pour la pêche à la truite et au saumon. En 1814, le duc a posé la première pierre de ce pavillon de pêche et de chasse, qui est devenu une résidence d’été pour sa grande famille de 13 enfants. Mais comme tant de grandes maisons, Endsleigh est longtemps restée en sommeil avant d’être réveillée en 2004 par Olga Polizzi. La célèbre designer d’intérieur a, en tant que chef du design, créé le groupe d’hôtels Rocco Forte avec son frère Rocco Forte. Elle dit d’Endsleigh qu’elle l’a acheté plus avec le cœur qu’avec la tête. Le bâtiment avait grand besoin d’être rénové. Le vaste jardin, avec ses arbres primés et ses plantes rares, était laissé à l’abandon. Aujourd’hui, Endsleigh est l’endroit idéal pour se déconnecter et laisser derrière soi l’agitation de la vie quotidienne. Ici, on n’entend que le chant des oiseaux, le vent et la rivière. Idéal pour se promener, jouer au croquet sur la pelouse ou prendre un Devonshire Cream Tea dans le salon et se plonger ainsi dans la vie contemplative de la haute société du 19e siècle.

A walk in the park avec le chef jardinier

La terrasse offre une vue sur la vallée et on regarde par-dessus la pelouse le long de la plus longue bordure ornementale continue d’Angleterre, le Long Border. En mai 2017, Endsleigh a été élu numéro 1 par le Times dans la catégorie Best for Gardens – et cela ne veut rien dire dans un pays réputé pour ses magnifiques jardins.

Für die Hausgäste stehen Stiefel und Regenjacken bereit. Der Garten kann somit bei jedem Wetter erkundet werden. Falsche Kleidung gilt nicht mehr als Entschuldigung / © Foto: Georg Berg
Des bottes et des imperméables sont à la disposition des hôtes de la maison. Le jardin peut ainsi être exploré par tous les temps. Une mauvaise tenue n’est plus une excuse / © Photo : Georg Berg

Pour les amateurs de jardins qui souhaitent en savoir plus sur l’histoire de l’Endsleigh Garden, une visite guidée avec le jardinier en chef Ben Ruscombe-King est absolument recommandée. Ben nous fait découvrir les différents points forts et curiosités du jardin lors d’une visite détaillée.

Ben Ruscombe-King Chefgärnter in Endsleigh verweist vom Seerosenteich aus auf die in der Ferne liegende kleine Molkerei der Herzogin von Bedford / © Foto: Georg Berg
Ben Ruscombe-King, jardinier en chef à Endsleigh, indique depuis l’étang aux nénuphars la petite laiterie de la duchesse de Bedford qui se trouve au loin / © Photo : Georg Berg

Le duc de Bedford était un grand chasseur de plantes, ce qui explique que le jardin d’Endsleigh possède un arboretum avec de très vieux arbres, parmi lesquels se trouvent plusieurs champions nationaux. Ben nous montre l’un des anciens champions, un séquoia planté en 1860. Une tempête l’a involontairement raccourci et il a perdu son titre d’arbre le plus haut. En revanche, Endsleigh a depuis récupéré le titre de plus haut séquoia du pays pour un autre arbre. Ben ne peut pas en cacher la fierté.

Der Herzog von Bedford lies eigens für einen Monkey Puzzle Tree, eine chilenische Schmucktanne, ein Gewächshaus mit riesigen Heizungsrohren bauen. Heute stehen nur noch die Grundmauern und in den Beeten wächst Gemüse für das Restaurant / © Foto: Georg Berg
Le duc de Bedford a fait construire une serre avec d’énormes tuyaux de chauffage spécialement pour un Monkey Puzzle Tree, un sapin décoratif du Chili. Aujourd’hui, il ne reste que les fondations et des légumes poussent dans les parterres pour le restaurant / © Photo : Georg Berg

De la fumée blanche pour le romantisme et autres folies

Les jardins anglais sont également connus pour leurs ” follies“, des constructions décoratives inhabituelles. Endsleigh propose ici plusieurs folies optiques. La maison des coquillages, au bout de la longue bordure décorative, est recouverte de coquillages sur les murs, le sol et le plafond. De l’autre côté de la rivière, il y a le Swiss Cottage, une simple cabane qui n’avait autrefois qu’un seul but : produire beaucoup de fumée. Jusque dans les années 1950, un domestique traversait chaque jour la rivière à la rame et allumait un feu de cheminée dans le Swiss Cottage. La fumée, qui traversait la vallée de manière pittoresque, était visible depuis Endsleigh, où elle donnait l’impression pittoresque voulue de ne pas être tout à fait seul dans la vallée du Tamar.

Calcul de la crémière

C’est vers une bouffonnerie encore plus grande que Ben nous conduit par des chemins sinueux. Le jardin comporte de nombreux petits culs-de-sac qui ont été délibérément aménagés par l’architecte Rapton. Les maîtres souhaitaient de petites aventures. L’attrait de se perdre et de devoir faire demi-tour devait diversifier les journées à la campagne. La duchesse de Bedford avait une toute autre idée du dépaysement. Elle voulait échapper à sa condition de duchesse dans sa résidence d’été et le duc fit donc construire pour elle une petite mais belle laiterie.

Ferienbeschäftigung für eine Herzogin. In der kleinen Molkerei konnte die Gnädigste originalgetreu Milchmagd spielen / © Foto: Georg Berg
Une occupation de vacances pour une duchesse. Dans la petite laiterie, Madame pouvait jouer à la laiterie comme à l’époque / © Foto : Georg Berg

Une fois par an, elle se rendait à la laiterie dans la tenue d’une laiterie et y fabriquait du beurre et du fromage. Pour que l’illusion soit parfaite, deux vaches Longhorn étaient encore élevées. Les produits laitiers faits maison étaient bien sûr aussi servis sur la table, raconte Ben, qui nous emmène tout de suite vers la tendance suivante du jardin, datant du XIXe siècle, le “rockery”. À cette époque, les premiers Anglais fortunés voyageaient dans les Alpes et faisaient construire des passages rocheux dans leur jardin en souvenir des montagnes.

Chefgärtner Ben Roscombe-King an seinem Lieblingsbaum, einer über 200 Jahre alten Trauerbirke. Sie hat ihr maximales Lebensalter eigentlich schon überschritten und die Gärtner müssen ihre riesigen Äste teils stützen / © Foto: Georg Berg
Le chef jardinier Ben Roscombe-King devant son arbre préféré, un bouleau pleureur de plus de 200 ans. Il a en fait déjà dépassé son âge maximal et les jardiniers doivent en partie soutenir ses immenses branches / © Photo : Georg Berg

A l’époque, 35 jardiniers travaillaient toute l’année dans les jardins d’Endsleigh. Aujourd’hui encore, Ben Roscombe-King explique que la surface totale de 43 hectares n’est pas encore refermée. Ce n’est qu’il y a un an que lui et son équipe de cinq personnes ont découvert une cascade aménagée par Rapton, mais complètement tombée dans l’oubli. Entre-temps, un petit sentier y mène. Derrière, il y a encore du terrain avec de possibles surprises botaniques. Sur le chemin du retour, nous passons encore devant un tableau de Rapton. Il s’agit d’une autre tendance horticole de l’époque, qui témoigne de l’influence chinoise.

Bäume wurden bewusst nah an künstlich geschaffene Felsvorsprünge gesetzt, Wasserfälle harmonisch in den Hügel platziert. Das Rapton-Tableau. Nach über 200 Jahren sind aber einige Bäume über die Felskante gekippt / © Foto: Georg Berg
Les arbres étaient délibérément placés près de saillies rocheuses créées artificiellement, et les chutes d’eau étaient harmonieusement placées dans la colline. Le tableau de Rapton. Après plus de 200 ans, certains arbres ont toutefois basculé par-dessus le bord de la falaise / © Photo : Georg Berg
Eine lohnenswerte Führung: Ben Roscombe-King weiß spannende Details  zu berichten. So erzählt er, dass der Herzog von Bedford nicht nur ein großer Pflanzensammler war, sondern auch Tiere gesammelt hat. Darunter auch das graue Eichhörnchen. Es vermehrte sich in Gefangenschaft so gut, dass er die Nachkommen im Freundeskreis verschenkte und somit den Anfang vom Ende der roten Eichhörnchen auf den Britischen Inseln einläutete / © Foto: Georg Berg
Une visite qui vaut la peine : Ben Roscombe-King sait raconter des détails passionnants. Il raconte ainsi que le duc de Bedford n’était pas seulement un grand collectionneur de plantes, mais qu’il collectionnait aussi des animaux. Parmi eux, l’écureuil gris. Celui-ci se reproduisit si bien en captivité qu’il offrit sa progéniture à ses amis, marquant ainsi le début de la fin des écureuils roux sur les îles britanniques / © Photo : Georg Berg

Humphrey Rapton était un maître de la présentation. Il convainquait ses clients à l’aide de ses livres rouges devenus célèbres. Une réplique est exposée à l’hôtel Endsleigh et les clients sont encouragés à la feuilleter.

Gartenarchitekt Humphrey Rapton betrieb großen Aufwand in der Präsentation und überzeugte mit seinen Roten Büchern viele seiner Auftraggeber / © Foto: Georg Berg
L’architecte paysagiste Humphrey Rapton a fait de gros efforts de présentation et a convaincu beaucoup de ses clients avec ses livres rouges / © Photo : Georg Berg

Rapton travaillait avec l’astuce de l’avant et de l’après. Il dessinait l’état actuel du paysage et faisait ensuite superposer des cartes pliables avec les nouveaux rêves de jardin. C’est ainsi qu’il a convaincu le duc de Bedford.

La fièvre de la chasse et autres passe-temps

Der Fluss Tamar ist heute die Grenze zwischen Cornwall und Devon. Der Herzog von Bedford war passionierter Angler und lies Wasserfälle und Wehre in den Flusslauf bauen, so dass sich Lachse und Forellen ansiedelten / © Foto: Georg Berg
La rivière Tamar marque aujourd’hui la frontière entre la Cornouaille et le Devon. Passionné de pêche, le duc de Bedford a fait construire des cascades et des barrages sur le cours de la rivière, ce qui a permis aux saumons et aux truites de s’y installer. / © Photo : Georg Berg

Le garde-chasse ( ghillie en écossais) peut également aider les visiteurs à pêcher ou les accompagner à la chasse. Pour ceux qui n’aiment ni la pêche ni la chasse, une excursion dans la ville voisine de Tavistock s’impose. Le Paneer-Market est une place de marché couverte où les offres changent tous les jours. Bien sûr, il y a aussi des journées antiques où l’on peut s’inspirer de l’intérieur d’Endsleigh pour dénicher une pièce ancienne.

Chefkoch Jose Graziosi liebt es, noch vor Beginn der Arbeit durch den Garten  zu streifen und Pilze oder Kräuter für die Küche zu sammeln. Hier zeigt er mir den wilden Sauerampfer, der zwischen dem Bärlauch wächst / © Foto: Georg Berg
Le chef Jose Graziosi aime se promener dans le jardin avant de commencer à travailler et cueillir des champignons ou des herbes pour la cuisine. Ici, il me montre l’oseille sauvage qui pousse parmi l’ail des ours / © Photo : Georg Berg

Carraturo – archétype de la machine à pâtes

Le chef José Graziosi s’enthousiasme pour “Il Carraturo”, son appareil de cuisine préféré.

International

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Les frais de demi-pension n’ont pas été facturés par l’hôtel.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/hotel-endsleigh-devon