Fès, Maroc – Voyage au Moyen Âge

Ceux qui préfèrent survoler les introductions historiques dans les guides de voyage peuvent se rendre à Fès sans préparation et rentreront malgré tout remplis d’histoire(s). Il n’y a guère de grande ville au monde qui permette au voyageur de participer aussi directement à son passé. Aujourd’hui encore, les ruelles de la vieille ville ont le même tracé qu’il y a 1.000 ans.

Gassen wie vor 1.000 Jahren, aber die Menschen, die die Stadt mit Leben füllen, leben in der Gegenwart / © Foto: Georg Berg
Des ruelles comme il y a 1.000 ans, mais les gens qui donnent vie à la ville vivent au présent / © Photo : Georg Berg

Pourtant, les personnes qui donnent vie à la ville vivent dans le présent. Téléphone portable à l’oreille, ils évitent les ânes, qui restent le principal moyen de transport.

Auf den Dächern von Fès sind eine Unzahl von Satellitenschüsseln zu sehen - Altertum trifft Gegenwart / © Foto: Georg Berg
Sur les toits de Fès, une myriade d’antennes paraboliques – l’Antiquité rencontre le présent / © Photo : Georg Berg

Sur les toits, une infinité d’antennes paraboliques. Les étrangers sont gentiment interpellés pour savoir comment ils vont et s’ils ne voudraient pas acheter quelque chose.

Cuivriers, laitonniers, orfèvres, tourneurs, tailleurs, marchands de tapis, fabricants de sacs, menuisiers et bouchers, marchands de poissons, d’épices et de légumes – tous ont leur propre quartier.

Fischhandel anders als wir ihn kennen / © Foto: Georg Berg
Un commerce de poisson différent de celui que nous connaissons / © Photo : Georg Berg

Chacun avec sa propre mosquée, sa fontaine, son hammam et sa boulangerie. Des crieurs publics tentent de couvrir le martèlement des métallurgistes. Partout, l’animation est à son comble jusqu’à ce que l’appel du muezzin se fasse entendre. Ensuite, tout devient plus calme. Certains accrochent des foulards devant les étalages ou ferment leurs boutiques et se dirigent vers l’une des 400 mosquées pour prier. Et ce jusqu’à sept fois par jour.

Zum Gebet geht es in eine der 400 Moscheen. Und das bis zu sieben mal am Tag / © Foto: Georg Berg
Pour la prière, on se rend dans l’une des 400 mosquées. Et ce jusqu’à sept fois par jour / © Photo : Georg Berg

La ville de Fès est la plus ancienne des quatre villes impériales marocaines et la troisième plus grande ville du pays. Elle est considérée comme la capitale spirituelle et religieuse du Maroc et a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’histoire du Maroc actuel commence avec la fondation du premier empire islamique par Idris, un descendant du prophète Mohamed. Fès est la ville de l’artisanat et riche en témoignages de l’art andalou-mauresque.

Alte Handwerkskunst findet man in ganz Fes / © Foto: Georg Berg
On trouve de l’artisanat ancien dans toute Fès / © Photo : Georg Berg

L’âne et le petit taxi à Fès

L’histoire de la ville de Fès, qui compte 1,5 million d’habitants, commence à la fin du 8e siècle et se manifeste encore aujourd’hui dans ses quartiers, qui ne pourraient pas être plus différents les uns des autres. La partie la plus ancienne est la médina de Fès al-Bali, toujours entourée de remparts. Ici, 285.000 personnes vivent dans de petites maisons et les ruelles étroites n’offrent de place qu’aux piétons, aux ânes et aux petites charrettes. Toutes les marchandises, tous les matériaux de construction, le ramassage des ordures et même les malades sont transportés de cette manière.

In Fés wird fast alles durch die engen Gassen transportiert / © Foto: Georg Berg
A Fès, presque tout est transporté par les ruelles étroites / © Photo : Georg Berg

Tous les autres quartiers de la ville sont accessibles en voiture. Les petits taxis rouges sont particulièrement avantageux. Un long trajet à travers Fès ne coûte guère plus de 5 euros. Ce qui est inhabituel pour les touristes européens, c’est que les taxis sont remplis si possible par trois passagers qui se partagent les frais de transport. S’il reste une place, le chauffeur s’arrête pour un autre passager et le prend avec lui s’il souhaite aller dans la même direction.

Besonders günstig fährt man in Fès mit den kleinen roten Taxis / © Foto: Georg Berg
Les petits taxis rouges sont particulièrement bon marché à Fès / © Photo : Georg Berg

Derrière de hauts murs, un palais caché Fès el Jedid, dont le nom signifie “Fès blanche” ou “nouvelle Fès”, a été construite au 13e siècle comme forteresse. Elle abrite également le Mellah, le quartier autrefois juif. Le palais royal se cache sur une immense surface derrière de hauts murs. Les gardes, en uniforme blanc en été et rouge en hiver, se tiennent aux portes et ne doivent pas être photographiés. Jusqu’à l’établissement du protectorat français en 1912, le Maroc était gouverné depuis ce lieu.

Bis zur Einrichtung des französischen Protektorats im Jahre 1912 wurde Marokko von Fès aus regiert / © Foto: Georg Berg
Jusqu’à l’établissement du protectorat français en 1912, le Maroc était gouverné depuis Fès / © Photo : Georg Berg

Influence française

Plus tard, la Nouvelle Ville a été construite plus à l’extérieur pour les fonctionnaires français et leurs familles, avec des maisons modernes. Avec le départ des Français du pays en 1956, la structure de la population de la médina a indirectement changé. Les familles riches ont quitté leurs anciens palais pour s’installer dans la Nouvelle Ville, où il y avait soudain beaucoup de logements modernes libres. Les opportunités professionnelles ont en outre attiré les membres de la famille élargie traditionnelle hors de Fès. La fin de la maison intergénérationnelle était arrivée au Maroc. La population rurale déracinée s’est installée dans les riads aux allures de palais. Là où plusieurs générations d’une même famille vivaient auparavant, jusqu’à 20 familles de la population rurale venues de la périphérie pour s’installer en ville se partageaient l’espace habitable, selon le nombre de pièces. ORIENTATION au sens propre du terme.

In den letzen Jahren sind ehemalige Patrizierhäuser zu luxuriösen Unterkünften umgebaut worden  / © Foto: Georg Berg
Ces dernières années, d’anciennes maisons patriciennes ont été transformées en logements de luxe / © Photo : Georg Berg

Ces dernières années, ces anciennes maisons patriciennes ont été transformées par des hôteliers en hébergements de luxe. Un séjour de plusieurs jours dans l’un de ces palais offre plusieurs avantages aux touristes entreprenants. Contrairement aux grands hôtels de la périphérie, le voyageur se sent très vite chez lui au Moyen-Âge oriental, sans pour autant devoir renoncer aux commodités d’une retraite privée. La vie quotidienne dans la vieille ville historique est à portée de main des visiteurs et les premières difficultés d’orientation peuvent être surmontées en entreprenant des excursions de plus en plus lointaines.

Départ de Bab Boujeloud à Fès

La vieille ville s’étend sur un territoire vallonné. Savoir quel quartier de la vieille ville se trouve en haut ou en bas peut aider à s’orienter. Une colline au nord, sur laquelle se trouvent les tombes mérinides en tant que curiosité historique, offre la meilleure vue d’ensemble.

Ein Hügel im Norden der Stadt Fès, auf dem als historische Sehenswürdigkeit die Meriniden-Gräber liegen, bietet den besten Überblick / © Foto: Georg Berg
Une colline au nord de la ville de Fès, sur laquelle se trouvent les tombeaux des Mérinides en tant que curiosité historique, offre la meilleure vue d’ensemble / © Foto : Georg Berg
Die Altstadt von Fes erstreckt sich auf hügeligem Gebiet. Zu wissen, welcher Bezirk der Altstadt oben oder unten ist, kann bei der Orientierung helfen. Im Vordergrund die bekannte Stadtmauer / © Foto: Georg Berg
La vieille ville de Fès s’étend sur un territoire vallonné. Savoir quel quartier de la vieille ville se trouve en haut ou en bas peut aider à s’orienter. Au premier plan, les célèbres remparts / © photo : Georg Berg

Si l’on ne veut passer qu’une seule journée à Fès, il faut absolument découvrir la vieille ville avec un guide agréé. Parmi les portes de la ville, qui ont toutes la traduction arabe Bab dans leur nom, Bab Boujeloud est le meilleur point de départ.

Von den Stadttoren von Fès, die alle die arabische Übersetzung Bab im Namen führen, ist das Bab Boujeloud der beste Startpunkt / © Foto: Georg Berg
Parmi les portes de la ville de Fès, qui portent toutes la traduction arabe Bab dans leur nom, Bab Boujeloud est le meilleur point de départ / © Photo : Georg Berg

Devant cette porte, deux voies principales mènent au centre. La Talaa Kebira et la Talaa Seghira sont toutefois toutes deux si étroites que, même pour les piétons, il n’y a, dans la plupart des endroits, qu’une seule voie au maximum pour la “circulation en sens inverse”. Un bon guide indique les règles de base dans la médina et s’adapte à ses clients ; il n’est pas fixé sur des objectifs précis et évite que l’on se perde. Et surtout, être accompagné par un guide officiel montre aux autres “guides” non agréés qu’ils n’ont même pas besoin de s’essayer à la drague dans la vieille ville.

Baalak, baalak – “fais-toi mince” !

Si l’on entend le cri “baalak”, un âne lourdement chargé est en route et son conducteur n’avertit pas une seconde fois. Les autochtones se pressent rapidement entre les étalages des marchands pour faire de la place. Les Fassis expérimentés, comme s’appellent les habitants de Fès, profitent d’une progression rapide en se faufilant à longueur de queue derrière une telle bête de somme rapide. Comme tous les trajets doivent se faire à pied, les ruelles encombrées de touristes sont pour les habitants une nuisance similaire à celle des autoroutes encombrées pour nous.

Da alle Wege zu Fuß gemacht werden müssen, sind von Touristen verstopfte Gassen, für die Einwohner von Fès so ärgerlich wie für uns verstopfte Autobahnen / © Foto: Georg Berg
Comme tous les trajets doivent se faire à pied, les ruelles encombrées par les touristes sont, pour les habitants de Fès, aussi irritantes que le sont pour nous les autoroutes encombrées / © Photo : Georg Berg

Dans la Talȃa Seghira, une petite entrée attire magiquement le passant. Sur les étalages, des objets usuels en laiton finement ciselés. C’est dans cette manufacture que le père du roi en exercice a commandé à Ahmed Guernani les ouvrages en laiton qui ont orné les portes en bois du mur entourant le palais royal entre 1961 et 1968.

Mit Messingarbeiten sind die hölzernen Tore der Mauer um den Königspalast zwischen 1961 und 1968 verziert worden / © Foto: Georg Berg
Les portes en bois du mur entourant le palais royal ont été décorées de laiton entre 1961 et 1968 / © Foto : Georg Berg

Aujourd’hui, son fils Abdelgabar est assis dans un petit coin du magasin et travaille sur une plaque de laiton. Chaque ornement est gravé dans le métal à l’aide d’un petit burin. “Les pochoirs ne sont utilisés que par les apprentis” explique son frère en anglais et montre la différence sur deux assiettes.

Jedes Ornament schlägt der Meister mit einem kleinen Meißel in das Metall / © Foto: Georg Berg
Le maître frappe chaque ornement dans le métal avec un petit burin / © Photo : Georg Berg

Marchander, ce n’est pas seulement faire baisser les prix

Dans chaque magasin et chez chaque commerçant, on peut aussi discuter des prix. Mais traditionnellement, le marchandage signifie plus pour les gens que la simple réduction des prix. On engage la conversation, on se renseigne sur les circonstances personnelles et, en passant, l’acheteur potentiel peut s’enquérir de l’une des marchandises proposées. Les compliments sont mieux acceptés que les inconvénients. Il est préférable que les touristes n’ouvrent pas la négociation avec un objet qu’ils souhaitent finalement acheter. Si le prix de l’objet d’essai, probablement plus cher, ne bouge plus, il est fort possible que l’acheteur “hésitant” se voie proposer une alternative moins chère. Et c’est ainsi qu’une affaire peut être conclue, dans laquelle les deux parties s’engagent avec le sourire.

In Marokko lässt sich bei jedem Händler auch über Preise reden. Traditionell bedeutet den Menschen das Feilschen aber mehr, als nur den Preis zu reduzieren / © Foto: Georg Berg
Au Maroc, il est possible de discuter des prix chez tous les commerçants. Mais traditionnellement, le marchandage signifie plus pour les gens que la simple réduction du prix / © Photo : Georg Berg

Des attractions touristiques fermées à Fès

Sur le chemin, le guide montre les quartiers de la ville divisés en fonction des métiers et doit signaler les monuments importants qu’il serait sinon facile de ne pas voir, car ils sont tous également situés dans des ruelles étroites et entourés d’échoppes. En levant les yeux, on aperçoit la mosquée Karaouiyine, recouverte de tuiles vertes, qui est aussi la plus ancienne université du Maroc. Le futur pape Sylvestre II y a étudié les mathématiques. Aujourd’hui, seuls les musulmans peuvent y entrer. Tout comme le plus grand sanctuaire de la ville, le tombeau du fondateur de la ville, la Zaouia Moulay Idris.

De somptueux monuments à Fès

L’un des rares monuments dont la cour intérieure peut au moins être visitée est la medersa Bou Inania. La cour intérieure de ce collège religieux, construit entre 1350 et 1357, est un exemple impressionnant d’artisanat mauresque. Les carreaux de terre cuite émaillés typiques du Maroc, appelés zellij, sont utilisés pour réaliser de petites mosaïques selon la technique du girik. Les murs sont ornés de calligraphies et d’arabesques sculptées dans le stuc. Au Maroc, les minarets sont presque tous de forme carrée. Peu sont octogonaux et seules les mosquées qui ne sont pas financées par l’État mais plutôt par des fondations étrangères ont une forme élancée. Elles sont très rares.

Mit den typischen marokkanischen Zellij genannten emaillierten Terrakotta-Kacheln sind in der Girik-Technik kleinteilige Mosaike gelegt / © Foto: Georg Berg
Les carreaux de terre cuite émaillés typiques du Maroc, appelés zellij, sont utilisés pour réaliser de petites mosaïques selon la technique du girik / © Photo : Georg Berg

Maroquinerie colorée à Fès

Que serait une visite de Fès sans un coup d’œil au célèbre quartier des tanneurs ? “Tannerie, tannerie”, s’exclament de jeunes hommes qui proposent une visite spéciale malgré le guide officiel. C’est le seul endroit de toute la ville où les touristes sont clairement en surnombre. Des escaliers montent de plus en plus haut à travers des ruelles à sens unique si étroites qu’il n’y a pas de circulation en sens inverse, jusqu’à ce que l’on atteigne un balcon d’où d’innombrables photographes appuient sur le déclencheur. Certains tiennent des branches de menthe devant leur nez et leur objectif pour se protéger de la puanteur. Dommage que le soleil n’éclaire convenablement la cour intérieure avec ses bassins de couleur que le matin.

Im ersten Arbeitsschritt weichen die Tierfelle in einem der wabenartig angeordneten Becken zunächst fünf Tage in einer Salzlösung auf / © Foto: Georg Berg
La première étape consiste à faire tremper les peaux d’animaux dans une solution saline pendant cinq jours dans l’un des bassins disposés en nid d’abeille / © Photo : Georg Berg

Lors de la première étape de travail, les peaux d’animaux sont d’abord trempées dans une solution saline pendant cinq jours dans l’un des bassins disposés en nid d’abeille. Un autre bassin est rempli d’une solution calcaire. Au bout de dix jours, les racines des poils sont dissoutes et les restes de peaux peuvent être peignés comme “laine morte”. Celle-ci n’est pas un déchet mais est utilisée pour le rembourrage des oreillers et des matelas. Le cuir passe ensuite dans un autre bassin, où il est foulé plusieurs fois par jour avec les jambes dans une solution de tanin, sous l’engagement physique total des tanneurs.

Le chemin du retour passe par les locaux de vente de la coopérative de cuir. Les tanneurs s’y sont regroupés pour éviter le dumping et les cuirs importés qui n’ont pas été traités selon les méthodes naturelles habituelles à Fès.

Verkaufsraum einer Lederkooperative von Fès. In ihr haben sich die Gerber zusammengeschlossen, um Dumpingpreise und Importleder zu verhindern / © Foto: Georg Berg
Espace de vente d’une coopérative de cuir de Fès. Les tanneurs s’y sont regroupés pour éviter le dumping et l’importation de cuir / © Photo : Georg Berg

En bordure du quartier des tanneurs, le cuir est transformé en sacs, chaussures et vêtements.

Am Rand des Gerberviertels von Fès wird das Leder zu Taschen, Schuhen und Kleidungsstücken weiterverarbeitet / © Foto: Georg Berg
En bordure du quartier des tanneurs de Fès, le cuir est transformé en sacs, chaussures et vêtements / © Foto : Georg Berg

Réserver un hôtel ou un riad à Fès ?

Il existe deux types d’hébergement à Fès. Les grands hôtels étoilés se trouvent en dehors de la ville. Au Maroc, l’évaluation des catégories n’est pas comparable aux critères de l’Hotelstars Union. Ainsi, un hôtel avec cinq étoiles marocaines correspond à la catégorie de confort Dreistern Superior, comparable au niveau international. Les hôtels disposent de nombreuses chambres et la majorité des clients sont des voyageurs en groupe qui passent rarement plus d’une nuit dans le même établissement.

Conseils de voyage au Maroc, Fès

Climat : il est préférable de visiter le Maroc en basse saison. Le climat est le plus agréable de mars à juin, puis à nouveau en octobre et novembre. En été, la température est souvent supérieure à 40°C.

Téléphoner en toute liberté : L’itinérance des données et les appels mobiles avec des contrats allemands sont chers. 1 Mo de données coûte plus de 15 euros. Pour cette somme, on peut acheter au Maroc une carte prépayée qui couvre 500 Mo de trafic de données. D’ailleurs, les nombreuses antennes de téléphonie mobile se camouflent parfois en palmiers.

In Marokko tarnen sich einige Mobilfunkmasten gelegentlich als Palmen / © Foto: Georg Berg
Au Maroc, certaines antennes de téléphonie mobile se déguisent parfois en palmiers / © Foto : Georg Berg

DE_6453_Palmen_Allee_Mobilfunk_Mast_Fes_Marokko.jpgD’ailleurs,
les nombreux pylônes de téléphonie mobile se camouflent parfois en palmiers
.

Monnaie : la monnaie au Maroc est le dirham (MAD). La conversion est simple, puisque 10 dirhams correspondent à environ 1 euro. Les billets les plus courants sont de 20 dirhams. Les commerçants ne peuvent souvent pas rendre la monnaie sur les grosses coupures.
Documents : Un passeport valable au moins trois mois est nécessaire pour entrer dans le pays.

Sécurité: Il y a beaucoup de police dans le pays, en uniforme mais aussi en civil. Cela signifie certes des contrôles occasionnels, mais d’un autre côté, peu de crimes contre les étrangers. Bien entendu, il ne faut pas laisser d’objets de valeur sans surveillance au Maroc.

Panorama der Stadt Fès durch kunsthandwerkliches Schmiedeeisengitter / © Foto: Georg Berg
Panorama de la ville de Fès à travers une grille artisanale en fer forgé / © Photo : Georg Berg

Calendrier mural avec photos de Georg Berg disponible en librairie (également en ligne) en différentes tailles : Fès – Le Maroc comme au Moyen Âge / également disponible comme planning familial (*)

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Ce voyage de recherche a été soutenu par l’Office du tourisme marocain.

(*) Cet article contient des liens publicitaires (également appelés liens d’affiliation ou de commission) qui mènent à Amazon.fr.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/fes-marokko-mittelalter