Voyager pour un monde meilleur

Les voyageurs s’intéressent au monde. Ils veulent faire des expériences en route qui leur permettent de se développer positivement et pas seulement eux-mêmes. Contrairement aux touristes qui ne font que consommer, les voyageurs éclairés se sentent responsables d’un environnement intact et respectent la culture de leurs hôtes.

Auch in der Regenzeit gemütlich: Die Küche, die bei Biosphere Expeditions grundsätzlich nur tropisch-vegetarische Kost anbietet / © Foto: Georg Berg
Confortable même pendant la saison des pluies : la cuisine, qui chez Biosphere Expeditions ne propose en principe que de la nourriture tropicale végétarienne / © Photo : Georg Berg

De nouvelles expériences grâce au tourisme durable

L’objectif n’est pas de profiter d’offres particulièrement luxueuses. Le temps précieux passé en voyage est bien plus utilisé pour repousser ses propres limites et acquérir de nouvelles connaissances grâce à des expériences totalement inhabituelles. Les voyageurs responsables ne veulent pas seulement rentrer chez eux reposés, mais aussi avec un bon sentiment.

Alors que les habitants des pays riches peuvent s’offrir le luxe d’un voyage, ceux de nombreuses destinations de vacances vivent au niveau du minimum vital. Ils n’ont pratiquement pas de vacances et rarement un jour de congé. Lors du sommet sur la durabilité des Nations unies à New York en 2015, il a été décidé de réduire l’écart entre les pays riches et les pays pauvres. Le tourisme, facteur économique important, a également été rendu responsable de ses conséquences. Idéalement, le tourisme devrait renforcer les destinations tout en préservant et en promouvant leur spécificité.

Blickkontakt in Sierra Leone / © Foto: Georg Berg
Contact visuel en Sierra Leone / © photo : Georg Berg

Un bilan positif pour la conscience

Les rencontres humaines, les expériences culturelles ou les découvertes de la nature font des voyageurs des personnes cultivées qui évaluent leurs actions futures avec un horizon plus large. Compte tenu de l’impact environnemental du voyage, le bilan peut être tout à fait positif dans la balance, bien que les émissions de dioxyde de carbone d’un voyage en avion ou d’une croisière constituent une charge pour le climat.

Le ministre allemand de l’économie et de la protection du climat, Robert Habeck, voit dans le tourisme une possibilité de rapprochement entre les peuples. Il n’y a “pas vraiment de meilleur contrepoids à la guerre que le tourisme”, a déclaré le politicien des Verts lors du salon international du voyage ITB 2022, qui est assombri par la guerre en Ukraine. Alors qu’avant la pandémie de Corona, le tourisme représentait environ huit pour cent des émissions de CO2 dans le monde, l’homme politique des Verts a plaidé pour un nouveau départ vers la neutralité climatique et la durabilité.

Warnung vor Landminen an der Grenze nach Afghanistan / © Foto: Georg Berg
Avertissement contre les mines terrestres à la frontière avec l’Afghanistan / © photo : Georg Berg

L’équilibre des intérêts entre les voyageurs fortunés et le tissu social et économique du pays de destination doit être conçu de manière à renforcer l’économie locale avec l’exploitation autonome d’installations qui ont le moins d’impact possible sur le climat social. Le développement des derniers paradis doit se faire de manière durable. Les repas raffinés, le bien-être ou les normes de confort les plus élevées ne conviennent pas aux régions où les gens n’ont ni électricité ni eau courante chez eux.

Les voyages m’ont changé

Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est dans l’espace de vie retiré des Aborigènes australiens que j’ai fait l’expérience la plus intense de moi-même et de mon propre rôle dans le monde. Des gens pour qui la famille est plus importante que la performance et la reconnaissance. Qui n’aiment pas être photographiés, car ils craignent que leur âme ne trouve pas le repos si des images d’eux sont diffusées après leur mort. Des gens qui marchent pendant des mois pour visiter des sites sacrés et y comprendre les leçons de vie que leurs ancêtres ont laissées sur des rochers il y a 20 000 ans.

Thommo (Name geändert) erklärt die Aborigine-Kunst seiner Vorfahren / © Foto: Georg Berg
Thommo (nom modifié) explique l’art aborigène de ses ancêtres / © photo : Georg Berg

Ce voyage loin de toute infrastructure civilisée m’a permis de comprendre que rien ou presque ne peut égaler le gain de maturité personnelle.

Les meilleures choses de la vie sont gratuites

Nous nous souvenons de nombreux événements survenus lors de voyages qui ne se distinguent que par leur caractère unique et non par un équipement luxueux ou un service parfait.

International


D’autres aspects : Citizen Science (en tant que citoyen scientifique auprès des tortues léopard géantes), la pêche à la lance au Japon, les asperges sauvages en Toscane, le brassage de la bière à la brasserie communale de Falkenberg, le don respectueux en Afrique et, à ne pas sous-estimer, le charme de l’imperfection.

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/ecotourism