La documenta à Kassel

En 1955, Arnold Bode, artiste, professeur d’art, commissaire d’exposition et habitant de Cassel, a créé la première documenta. Elle était alors considérée comme une exposition d’art moderne d’Europe occidentale. Au fil de ses 14 expositions, organisées tous les cinq ans, la documenta a évolué. Elle est devenue un lieu de grands débats sur l’art contemporain et le contexte sociopolitique actuel. Tous les cinq ans, Kassel est placée pendant exactement 100 jours sous le signe de l’art contemporain. Des installations, des performances et des conférences sont organisées dans les lieux les plus divers.

Pousser à la réflexion – Guerre

La documenta traite aussi régulièrement de la guerre. Le char Polemos, qu’Andreas Angelidakis a installé au Fridericianum pendant la documenta 14, en est un exemple. Lors de la documenta 2017, l’artiste a assemblé des modules de sièges en vinyle et en mousse pour former un char flexible. Dans le cadre d’une performance, les modules de couleur camouflage ont été assemblés deux fois par semaine pour former un char d’assaut grandeur nature. L’outil de guerre a été démonté à plusieurs reprises pour devenir une oasis de câlins et pourtant, il en résultait chez le spectateur un pressentiment de guerre et de destruction. Depuis le 22 février 2022, avec l’attaque de la Russie contre l’Ukraine, cette performance artistique d’Angelidakis est devenue une réalité bouleversante pour l’Europe. Les chars roulent à nouveau et leur démontage en modules de sièges, c’est-à-dire le retour à la diplomatie tel qu’il était encore souhaité dans la performance d’Andreas Angelidakis, semble hors de portée.

PanzerSitzelemente

La guerre – un thème récurrent à la documenta. Des modules de sièges en camouflage de taches sont assemblés deux fois par semaine lors d’une performance pour former un char d’assaut grandeur nature. (Ici, sur Internet, cela fonctionne déjà si l’on passe la souris sur l’image) / © Photo : Georg Berg

Piste de réflexion – Exploitation et destruction de l’environnement

Ibrahim Mahama, du Ghana, avec une œuvre d’art extérieure spectaculaire en 2017 : le camouflage des gardes de la porte. Les sacs de jute sont fabriqués en Asie, distribués dans le monde entier et utilisés au Ghana pour emballer le cacao destiné à l’exportation vers l’Amérique et l’Europe. Dans ces sacs se matérialise l’histoire du commerce mondial qui, aujourd’hui encore, parle souvent d’exploitation. Les fèves de cacao, en particulier, sont synonymes de très bas salaires, de travail des enfants et de destruction de l’environnement.

Die Verhüllung der Torwachen mit Jutesäcken des Künstlers Ibrahim Mahama aus Ghana während der documenta 14 in Kassel / © Foto: Georg Berg
L’artiste ghanéen Ibrahim Mahama recouvre les gardes-barrières de sacs de jute pendant la documenta 14 à Kassel / © Photo : Georg Berg

Destination Kassel

Kassel vaut la peine d’être visitée, et pas seulement à l’époque de la documenta. Pendant les semaines de la grande exposition d’art, des visiteurs du monde entier affluent dans la ville du nord de la Hesse. Des concerts, des performances ou encore des offres variées de street food enrichissent le paysage urbain. Mais le fait est aussi qu’après plus de 60 ans de documenta à Kassel, de nombreuses œuvres d’art sont restées dans la ville. La densité des musées est également impressionnante et les jeux d’eau dans le parc de montagne Wilhelmshöhe, inscrit au patrimoine mondial de l’humanité depuis 2013, offrent chaque année à partir du mois de mai une force hydraulique imposante. Une escapade à Kassel vaut également la peine en dehors des années de la documenta.

Auch Joseph Beuys wurde 1977 für tendenziell bekloppt gehalten. Er ließ zur documenta 7 fünf Jahre später 7.000 Eichen im Stadtgebiet von Kassel pflanzen und daneben jeweils einen Steinquader platzieren. Heute ist Kassel – auch wegen dieses documenta Projekts von Joseph Beuys grüner und schöner. / © Foto: Georg Berg
En 1977, Joseph Beuys était lui aussi considéré comme un peu fou. Cinq ans plus tard, à l’occasion de la documenta 7, il a fait planter 7.000 chênes dans la ville de Kassel et a placé à côté de chacun d’eux un parallélépipède en pierre. Aujourd’hui, Kassel est plus verte et plus belle, notamment grâce au projet documenta de Joseph Beuys. / © Photo : Georg Berg

D’autres aspects : Œuvres d’art extérieures à Kassel / Le commissaire de la documenta 2017 Adam Szymczyk et son concept / Installations et œuvres de : Daniel Knorr, Martha Minujin, performance Carved Flow d’Otobong Nkanga / Yugo-Export d’Irena Haiduk / Andreas Angelidakis “Polemos” outil de guerre et oasis de câlins

International

Matériau

Notre méthode de rédaction se caractérise par un travail de texte vécu et bien documenté et par une photographie professionnelle et vivante. Pour toutes les histoires, les impressions de voyage et les photos sont prises au même endroit. Ainsi, les photos complètent et soutiennent ce que nous lisons et le transmettent.

Ne manquez plus jamais les nouvelles histoires de Tellerrand ! Mithilfe eines Feed-Readers lassen sich die Information über neue Blogartikel in Echtzeit abonnieren Un lecteur de flux permet de s’abonner en temps réel à toutes les histoires du Tellerrandstories.

Reise Themen auf Tellerrand-Stories
Permalien de la version originale en allemand :https://tellerrandstories.de/documenta-kassel